Cépages résistants : ces appellations qui ont sauté le pas.

Cépages résistants : ces appellations qui ont sauté le pas.

De beaux raisins, bien murs et dorés à souhait qui arriveraient au chai sans que le vigneron ait à se soucier des pertes de récolte dues aux maladies, les mauvaise années... Le rêve. Voilà une des promesse suggérée par les cépages résistants. Où en sont ces derniers dans la conquête de nos vignobles ?

Petits rappels

Nous vous en parlions récemment (Connaissez-vous les variétés de vignes résistantes ?), les cépages résistants aux maladies telles que le mildiou et l’oïdium développés ces dernières années permettent de réduire d’environ 90 % les traitements à la vigne (comme par exemple le cuivre ou le souffre). Même s’ils ne permettent pas de se passer complètement de ces produits, ils sont la promesse d’une viticulture plus responsable et plus sereine.
Avec pas moins de 1200 hectares aujourd’hui plantés en France (source INAO 2021) et plus de 45 variétés, ces nouveaux cépages gagnent du terrain et sont en passe de conquérir une grande partie du monde viticole.
En effet, malgré leur percée timide et les doutes de certains vignerons, voilà que ces trois dernières années, plusieurs appellations ont sauté le pas et ont intégré les cépages résistants dans leur cahier des charges. Découvrons lesquelles !

Les IGP

Depuis 2019, ce sont 16 vignobles français en Indication Géographique Protégée qui permettent la plantation et la vinification de cépages résistants. Pour cela, chaque appellation a dû, de façon indépendante, faire une demande auprès de l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine) afin de pouvoir inclure ces nouvelles variétés dans leur cahiers des charges en justifiant de leurs intérêts technique, économique et environnemental.
De l’Atlantique en passant par le Val de Loire jusqu’à la Méditerranée, voici ces IGP qui misent sur le progrès:

IGP Alpes Maritimes
IGP Cévennes
IGP Coteaux du Pont du Gard
IGP Gard
IGP Pays d’Oc
IGP Var
IGP Atlantique
IGP Val de Loire
IGP Côtes Catalanes
IGP Vaucluse
IGP Ardèche
IGP Coteaux des Baronnies
IGP Drôme
IGP Pays de l’Hérault
IGP Périgord
IGP Comté Tolosan

Tout cela a été rendu possible par le Comité National des IGP en juillet 2018.
Ces appellations ont majoritairement opté pour les cépages floreal, soreli, muscaris ou souvignier gris pour l’élaboration des vins blancs ou encore du monarch, du vidoc, de l’artaban et du cabernet cortis pour les vins rouges.
Qu’en est-il des Appellations d’Origine Contrôlée ?

Les AOC

Ces appellations, au sommet de la qualité des vins français sont-elles prêtes à faire évoluer leurs pratiques ?
Il y a bien une appellation qui vient de faire le grand saut en ce début d’année 2022 et pas des moindre. Il s’agit de l’AOC Champagne.
C’est la première AOC à passer le cap en intégrant le cépage voltis à sa production.
Que dit la nouvelle réglementation ? Pas de bouteille de Champagne en 100 % voltis pour l’heure mais des exploitations viticoles champenoises qui pourront cultiver dès 2023 jusqu’à 5 % de leur surface en voltis et l’intégrer à hauteur de 10 % maximum dans leurs assemblages. Le but étant de faire évoluer les pratiques culturales dans le bon sens mais pas de révolutionner le profil des vins, bien au contrainte : évoluer tout en gardant l’identité de l’appellation.
Le voltis vient donc s’ajouter aux cépages chardonnay, arbane, pinot gris, pinot noir, pinot meunier et petit meslier, déjà autorisés pour la production du célèbre vin effervescent.
Cette variété résistante n’a pas été choisie au hasard. À des rendements maîtrisés, le voltis se rapproche de son ami chardonnay et se mariera à la perfection avec ce dernier. Il a la capacité de produire des vins souples, amples, persistants, avec une belle acidité.

Et demain ?

Déjà engagé dans l’adaptation du vignoble face au réchauffement climatique avec 6 nouveaux cépages méridionaux à l’essai pour la production d’AOC Bordeaux (comme le marselan, la touriga ou l’alvarinho), l’appellation ne souhaite pas en rester là.
Le vignoble bordelais pourrait bien être le prochain à intégrer des variétés résistantes dans son cahier des charges. La demande auprès de l’INAO est d’ailleurs en cours.
Les lauréats pour l’AOC Bordeaux seraient le souvigner gris, le sauvignac , le floréal en blanc et le vidoc en rouge. Des variétés qui ne dénatureraient en rien la typicité du très renommé vignoble.
Champenois et bordelais pourraient donc bien donner des idées à d’autres. Alors, quelle appellation sera la prochaine ? Le vignoble du beaujolais est en cours de discussion mais les avis quant à la possibilité d’intégrer des résistants sont partagés. Une affaire à suivre…

Il est important de souligner que ces nouvelles variétés de vignes sont bien résistantes aux maladies mais ne sont pas adaptées au réchauffement climatique.
En attendant de nouvelles évolutions viticole, vous pourrez bientôt déguster par vous même ces cépages fraîchement débarqués.

Lisez aussi notre article : Les cépages résistants

Publié , par Cécilia Galaret
Mise à jour effectuée