Que boire avec une tartiflette ?

Que boire avec une tartiflette ?

En février vous êtes plutôt feu de cheminée dans le confort de votre maison ou vacances sportives sur les pistes de ski ? Que vous préfériez l’air frais de la ville ou celui de la montagne, nul doute que vous aimez vous réconforter le soir avec une délicieuse tartiflette.

Mais le saviez-vous ? Cette recette traditionnelle date des années 1980. Et non, la tartiflette n’est pas un mets transmis de génération en génération depuis des siècles, mais bien un coup d’éclat marketing du syndicat interprofessionnel du reblochon. Une histoire moins authentique que celle de la fondue ou de la raclette, qui ne l’empêche cependant pas d’avoir trouvé sa place dans les plats montagnards favoris des français. Tant et si bien qu’elle a obtenu un label rouge en 2014 et connaît désormais de nombreuses variantes régionales telles que la croziflette, la ch’tiflette ou la morbiflette.

Des pommes de terre, des lardons fumés, des oignons émincés, un trait de vin blanc (de Savoie de préférence), le tout recouvert d’une bonne dose de reblochon (de Savoie lui-aussi) fondant et gratiné. Aucune légèreté ici, mais tellement de gourmandise ! Alors, quel vin allez-vous ouvrir pour accompagner dignement cette recette reine des repas hivernaux et conviviaux ?

Un vin blanc vif de Savoie…

Lorsque l’on pense à la tartiflette, on l’associe automatiquement à un vin de sa région, et on aurait tort de se priver d’un tel accord. Il y a toutefois une règle majeure à respecter. On recherche exclusivement des vins blancs faisant preuve de fraîcheur et proposant une belle trame acide car nous en aurons besoin pour apporter une pointe de légèreté à ce plat dominé par le gras. Mais la vivacité ne fait pas tout et pour trouver le juste équilibre, on se tournera vers des appellations produisant des vins ayant également une texture charnue. On pense ainsi à Chignin, Apremont, ou encore Roussette de Savoie.

… ou d’autres régions

Toujours dans cette optique de mélange habile entre suavité et acidité, on peut aller lorgner dans d’autres vignobles. Chez les voisins, le Jura et la Suisse sont particulièrement intéressants. Cette dernière produit des vins à base de Chasselas, cépage emblématique de Savoie, offrant une tension magnifique.
En Vallée du Rhône, les appellations incontournables Châteauneuf-du-Pape et Crozes-Hermitage se révèleront idéales.
En Alsace, on mise sans hésiter sur le Riesling.
Et pour surprendre vos invités, opposez les frimas de la Montagne au soleil provençal avec un Bandol.

Un rouge fruité

S’il n’est pas le premier choix, le vin rouge reste un candidat à ne pas sous-estimer. Attention toutefois aux tanins trop présents qui jureraient avec le mets. On les préfère donc discrets et fondus, au sein d’un vin réputé pour sa souplesse.
Pour ceux désirant rester en Savoie, faites une confiance absolue au cépage Mondeuse.
Quant aux autres, le Beaujolais et ses jolies épices ne vous décevront pas. Laissez-donc sa chance à un Juliénas ou un Moulin-à-vent pour une expérience inédite.