Cépages nobles : le Riesling

Cépages nobles : le Riesling

Alors qu’en France nous connaissons généralement le Riesling grâce aux nombreux vins alsaciens qui lui font honneur, son berceau se trouve en réalité en Allemagne. Pas ou très peu utilisé en assemblage, il est parti aux quatre coins de la planète pour délivrer des blancs secs et liquoreux. Toutefois, on le reconnaît à son acidité tranchante, sa belle minéralité et son caractère variétal fruité prononcé.

Amateur de climats frais…

Il apprécie tout particulièrement les climats frais, ce qui explique sa présence accrue dans les pays européens. Vous pourrez donc le croiser en Allemagne, bien entendu, mais également en Autriche, en Russie, en Ukraine, en Hongrie, en Moldavie, en Croatie, ou encore en Italie. Il est courant que les conditions y soient difficiles, mais le Riesling sait y résister avec brio pour produire de grands crus.

Comment le déceler à la dégustation ? Dès les premières fragrances, on est envahi par sa fraîcheur et sa tonicité. Une sensation que l’on peut attribuer à ses notes de silex emblématiques, responsables de cette impression de minéralité. Elles se mêlent aux fleurs blanches, à la poire, l’abricot et les fruits exotiques. En bouche, l’acidité est éclatante et structure l’ensemble. Elle offre un superbe équilibre ainsi qu’un beau potentiel de garde. Avec les années, il développe des arômes de fruits secs, d’épices douces, de miel et de cire.

… comme tempérés

Le Riesling a aussi réussi à s’exporter dans le Nouveau Monde. Seule modalité : qu’il s’agisse de zones tempérées, tout comme l’Alsace. Désormais, il s’épanouit en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Canada, aux États-Unis et au Chili. A l’instar du Chardonnay, autre variété noble qui a voyagé à travers le monde, il sait exprimer la typicité d’un vignoble particulier.

Cependant, les vins provenant de ce type de climat possèdent tout de même quelques points communs. Ainsi, ils ont tendance à gagner en tendresse et en opulence en comparaison avec ceux de secteurs plus frais. Au nez, on distingue la citronnelle, les fleurs, les fruits secs et blancs, et le silex, toujours. Les arômes sont intenses et l’alcool plus puissant en bouche mais son acidité et sa minéralité caractéristiques assurent une harmonie.

Des blancs doux d’exception

Les blancs doux issus du Riesling sont très répandus. On les obtient à l’aide de vendanges tardives, d’une sélection de grains nobles ou sous la forme de vins de glace. Et il y a une raison à cela. En effet, ce cépage possède une maturation lente sans pour autant perdre de son acidité. Les liquoreux qui en découlent font donc rarement preuve de lourdeur. Ils ont des senteurs d’agrumes confits et de fruits exotiques, avec des touches de miel et d’épices douces. Le palais propose un formidable équilibre grâce à sa vivacité naturelle. Cette dernière contrebalance les sucres et la matière riche. Quant à sa capacité de vieillissement, elle est impressionnante. Le temps lui octroie des notes de pétrole et de fumé.

Le saviez-vous ?

Le Riesling a beaucoup de faux homonymes. On peut par exemple citer le Welchriesling ou riesling italien, le Schwarzriesling ou Pinot Meunier, ou le Gray Riesling aux États-Unis. Attention à ne pas les confondre car ils n’ont pas les mêmes qualités organoleptiques.

Vous aimez aimé cet article ? Alors vous aimerez aussi :
- Riesling d'Alsace, les 4 raisons qui expliquent son succès
- Le vignoble d'Alsace, mon coup de cœur
- Vin riesling Henri Ehrhart 2017 : rencontre avec Sophie Ehrhart

Publié , par Marie Lallemand
Mise à jour effectuée