Que boire avec un crumble ?

Que boire avec un crumble ?

Place à un mets d’une grande simplicité qui ne manque pas de gourmandise : le crumble. Cette pâte émiettée, c’est d’ailleurs sa signification en anglais, permet d’ajouter du croustillant, en sucré comme en salé, à tous vos fruits et légumes favoris.

Elle a été mise au point outre-Manche lors de la Seconde Guerre Mondiale. Alors que les hommes étaient au front, les femmes faisaient tourner le pays, ce qui leur laissait peu de temps pour cuisiner. Sans oublier la perturbation des ravitaillements due à la situation. Pas d’œufs, donc, mais uniquement de la farine, du sucre et du beurre, le tout mélangé et parsemé sur les quelques fruits disponibles. Le conflit s’est heureusement terminé mais la recette, elle, a perduré. La preuve avec ces trois versions toutes plus délicieuses les unes que les autres à accompagner avec soin.

Avec un crumble pomme kiwi

Le croquant du crumble forme un mélange détonnant avec la douceur de la pomme et l’acidité du kiwi. Les becs sucrés amateurs d’accords classiques se dirigeront forcément vers des vins moelleux. Misez ainsi sur un Bonnezeaux issu du Chenin en Loire. La complexité et l’intensité rencontrent les fruits secs, la prune et le miel.

Autre alternative, un Pineau des Charentes, vin de liqueur dont la fermentation est stoppée par ajout de Cognac. Une belle association de puissance et rondeur. Toutefois, on le choisit de préférence vieux pour profiter de ses notes de noix.

Pour gagner en légèreté, n’hésitez pas à opter pour un vin effervescent. Une Blanquette de Limoux par exemple. Brut, demi-sec ou doux, quelle que soit votre faiblesse vous apprécierez ses saveurs de pomme verte, de grillé et de noisette (lisez notre article Blanquette ou Crémant de Limoux : comment s'y retrouver ?).

Avec un crumble banane coco

Attention, terrain glissant. En effet, ce dessert est un véritable concentré de sucres. Si les vins moelleux y font écho, le repas risquerait de se terminer sur une impression de lourdeur. Je vous propose donc d’explorer d’autres chemins. Un Crémant du Jura d’abord. Son attaque vive laisse place à une structure souple et une finale fraîche. Mais surtout, ses notes de beurre et de brioche sont idéales avec des pâtisseries.
Un Savennières ensuite. Le Chenin offre sur ces terroirs de Loire des vins minéraux, harmonieux et suaves qui se distinguent par leurs arômes de fruits secs.
Un Condrieu enfin, appellation phare du Viognier en Vallée du Rhône. Une superbe explosion de parfums qui oscille en bouche entre gras, rondeur et acidité.

Avec un crumble à la tomate

Le crumble se décline également en plats salés, il suffit alors de remplacer le sucre par une pointe de sel, comme en atteste notre variante à la tomate qui enjolivera vos tablées estivales. On évite le vin rouge et ses tanins, même soyeux, qui sont généralement des ennemis de la tomate.
Vous pourrez servir un Côtes du Roussillon blanc élégant qui délivre notes florales et légèreté.
Toujours en blanc, un Comtés Rhodaniens qui trouve son équilibre entre rondeur fruitée et fraîcheur.
Dernière possibilité, un rosé des Baux de Provence qui saura vous surprendre par sa structure, son gras, et ses touches de pierre à fusil.

Publié , par Marie - Drink a beat