Saint-Emilion - Exercices de style

Saint-Emilion - Exercices de style

Pour une raison difficile à expliquer, Saint-Émilion a toujours été le laboratoire mondial des innovations dans le vin. Dans les années quatre-vingt-dix, alors que la viticulture découvrait la mondialisation et faisait du vin un phénomène universel, des jeunes Turcs comme Jean-Luc Thunevin retardaient les vendanges, prenaient des risques, logeaient leurs vins en fûts neufs et bousculaient les hiérarchies établies depuis des siècles avec des vins venant de nulle part. Parti d’un modeste garage de Saint-Emilion, le phénomène allait bouleverser la viticulture mondiale en installant aussi les vins du Nouveau Monde au plus haut de la hiérarchie.

Ce bouleversement a conduit à des excès dont se sont bien gardés les promoteurs de la première heure. C’est à qui vendangerait le dernier, diminuerait le plus le rendement, élaborerait des vins très extraits, soutenus par des critiques qui, fondamentalement, aimaient ces vins confitures dont la buvabilité n’était pas le critère premier et qui pourtant devait l’être.

Depuis plusieurs années, le phénomène s’inverse, le boisé tant recherché est haï et la recherche de la fraîcheur devient le leitmotiv mondial. Cette recherche de la fraîcheur n’est pas des plus simples, surtout dans le contexte du réchauffement climatique. La recherche des terroirs calcaires, le changement des cépages plus  frais  prend du temps. Le cabernet-franc revient certes à la mode, le petit-verdot fait son entrée, mais les évolutions sont lentes et peu spectaculaires.

Le plus court chemin pour accéder à la fraîcheur est la vendange précoce et dans le monde entier, on assiste à un retour de la verdeur qui était honnie par la génération précédente. Du coup, des consultants, prenant le contrepied de leurs prédécesseurs totalement ringardisés, préconisent es vendanges ultra-précoces, jouant la provocation comme l’avaient fait leurs prédécesseurs dans l’autre sens.

L’amateur de vin assiste d’un air médusé à ces joutes qui excitent le landerneau d’autant que les vins chers se vendent de plus en plus difficilement. Rien ne vaut une bonne polémique pour animer le marché et d’ailleurs les premiers résultats ne se font pas attendre avec des crus qui s’arrachent d’autant que certains dégustateurs n’hésitent pas à mettre des notes fabuleuses à des vins verts.

Pourtant, les conseilleurs ne sont pas les payeurs et il faut bien se garder de suivre des modes, surtout dans les grands vins. L’histoire st un éternel recommencement. La réaction d’un Jean-Luc Thunevin, authentique amateur de vin qui les déguste, était contre des vins verts et anémiques, pourtant dotés de classifications prestigieuses comme des premiers crus classés, qui se faisaient laminer à la première dégustation à l’aveugle.

L’histoire du vin est jonchée de cadavres pourtant payés au prix fort à leur sortie. Tout comme il y avait dans les années soixante-dix et quatre-vingts des premiers crus flottards et verts qui ne sont pas transfigurés au vieillissement, les années récentes ont vu des 2003 raides et secs comme des triques et beaucoup de vins déséquilibrés par leur charge boisée et qui ne s’arrangent pas avec le temps, bien au contraire, alors qu’ils étaient propulsés par des critiques élogieuses et des prix défiant tout entendement.

Le mouvement actuel vers la fraîcheur ne manque pas d’intérêt et fait découvrir de nouvelles nuances que la recherche de la maturité avait occultées. Si certains producteurs ne bougent pas d’un iota en continuant avec des vins fortement extraits et boisés, d’autres qui avaient fait leur célébrité dans la vague précédente ont su évoluer très intelligemment sans jouer pour autant les provocateurs. Ainsi pour prendre deux exemples à Saint-Emilion, Angelus et Valandraud ont su, sans tambour ni trompette, prendre le virage vers des vins plus frais et raffinés, sans pour autant perdre leur âme. D’autres enfin, comme les consultants autour de Stéphane Derenoncourt, ont gardé, contre vent et marée, le cap vers des vins fins et équilibrés.

Dans un livre paru en 1947, l’écrivain Raymond Queneau racontait 99 la même histoire avec 99 manières différentes. Chaque histoire devait illustrer un genre stylistique différent. Les grands vins, dont les principes d’élaboration sont rigoureusement les mêmes, sont dans la même veine avec autant d’interprétations différentes.

L’amateur de vin qui achète les vins et les déguste, ce qui est tout de même la finalité, est dans le même esprit qu’Umberto Ecco qui a traduit les Exercices de style en italien. Tout comme la traduction, la dégustation fait naître un nouveau plaisir :  Je sais donc quel plaisir on éprouve à souffrir sur une phrase qui vous résiste, qu’il faut trahir en respectant les intentions de son auteur . Pour une fois, ce plaisir ne se fera pas attendre longtemps, car beaucoup de ces vins, en particulier les plus frais, pourront se déguster très vite. Seront-ils à leur rendez-vous à leur apogée, est une autre histoire.

Ces notes de dégustation sont issues des dégustations dites  en primeurs  qui ont eu lieu fin mars, début avril 2019, le plus souvent à l’aveugle, mais pas toujours et même un peu moins depuis que l’Union des Grands Crus a décidé de proscrire ce mode de dégustation. Les raisins ont été récoltés à l’automne 2018, ils ont été vinifiés et les vins sont en début d’élevage et loin d’être mis en bouteilles. Elles ne sont qu’une indication totalement dépendante de l’échantillon présenté. Nous les dégusterons à nouveau et en bouteille en 2021, puis encore en 2022 pour un avis plus définitif.

Saint-Emilion Grand cru

Clarendelle 89-90

Clarendelle est élaboré par l’équipe de Haut-Brion qui a déjà un pied à Saint-Emilion avec Quintus. La robe est sombre avec un vin relativement ferme, petite dureté tannique, mais compensée par de très beaux cabernet-franc. Le vin est élaboré avec 72 % merlot, 19 % cabernet-franc et 9 % cabernet-sauvignon avec quatre sources d’approvisionnements dont le 3e vin de Quintus qui représente un tiers. L’ensemble fait tout de même 430 hectolitres.

Ch. Croix de Bertinat Expression 86-87

Le vin est léger, fluide, bien équilibré, facile à déguster.

Ch. Ambe Tour Pourret 88-89

Issu d’un domaine en bio, le nez est d’enfer avec des arômes flamboyants. Un vin flatteur, joliment équilibré, très aromatique. Le vin est élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-franc.

Ch. Angélus 1er cru classé A Grand vin 97-98

La robe est grenat sombre avec des arômes de fruits noirs d’une belle pureté. Le vin est souple et dense avec un très joli milieu de bouche moelleux, léger petit creux pour le moment qui sera comblé à l’élevage, la finale est splendide. La fraîcheur du millésime lui fait grand bien, d’où un surcroît d’élégance. Le vin a été élaboré avec 65 % merlot et 35 % cabernet-franc. Les vicissitudes du millésime ont réduit le rendement d’environ 15 %, soit 85 000 b au lieu de 100 000 environ sur 27 ha.

Ch. Angelus Le Carillon d’Angelus 2e vin 93-94

La robe est sombre avec d’intenses arômes merlotant finement boisés. Le vin est dense en attaque, rigoureux même, assez tendu sur les tannins, mais tempéré par le boisé sur un étonnant fond de fraîcheur qui durcit un peu les tannins. Il lui fait deux à trois ans pour se desserrer. Le vin est élaboré avec 85 % merlot, 15 % cabernet-franc sur une quinzaine d’ha. Il est élevé avec 50 % de fût neuf.

Ch. Angelus N° 3 d’Angelus 3e vin 91-92

Robe grenat. Le nez est très intense, très aromatique. Le vin est souple, charmant, complètement sur le fruit avec la finale fraîche et même un peu tendue du cabernet-sauvignon. Le vin a été élaboré avec 70 % merlot, 15 % cabernet-franc et 15 % cabernet-sauvignon.

Ch. Ausone 1er cru classé A en 1955 Grand vin 97-99

La robe est dense avec un nez intense, un peu plus fruits noirs que d’habitude, de grande classe. Le vin est à la fois souple, dense, tannique, les tannins sont fins, avec beaucoup de longueur. Quoique masquée par la fraîcheur du cabernet-franc, la concentration est exceptionnelle. Il faudra être patient avec lui, car sous ses dehors avenants, il possède un des plus grands extraits secs de son histoire. Le vin est élaboré avec 60 % cabernet-franc et 40 % merlot. Le merlot a été vendangé du 25 et 27 septembre, le cabernet-franc les 3, 8 et 9 octobre sur 7,25 ha. Il affiche 14,5° avec un pH de 3,65.

Ch. Ausone Chapelle d’Ausone 2e vin 94-96

De robe violette, le vin se présente avec un très joli nez. Le vin est dense, frais, élégant, de la longueur. Le vin est élaboré avec 50 % merlot, 40 % cabernet-franc et 10 % cabernet-sauvignon. Le vin est aérien, joli fruit, de longueur moyenne. Production de 5000 b.

Ch. Balestard La Tonnelle Cru classé 90-91

La robe est grenat avec un très joli nez avec des notes de chocolat noir. Le vin est souple, charmant, bonne maturité du raisin, boisé, un peu sec en finale. Le vin est élaboré sur 9 ha en argilo-calcaire avec 70 % merlot, 25 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon. Vendanges du 1er au 10 octobre avec un rendement de 25 hl/ha.

Ch. Barde Haut Cru classé 92-95

La robe est noire avec un très joli nez de fruits noirs. Le vin est dense, serré, belle maturité du raisin, de belles épices, très harmonieux. Le vin est élaboré avec 73 % merlot et 27 % cabernet-franc sans signe de stress hydrique car le calcaire a fait tampon. Une partie est élevée en fut neuf, une partie en cuve inox qui ira en barrique plus tard.

Ch. Beau-Séjour Bécot 1er cru classé 94-96

Gros changement de style à Beauséjour-Bécot. Si la robe est classiquement noire avec un joli nez épicé, le vin est élégant, les tannins sont fins, l’ensemble de belle longueur, les tannins sont un peu fermes, mais sans son exubérance habituelle, ni ses arômes flamboyants, ni sa chair qui ont fait sa réputation. Le vin est élaboré avec 80 % merlot, 15 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon et il est élevé avec 65 % de fûts neuf au côté d’amphores et de foudres.

Ch. Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarrosse 1er cru classé 97-99

La robe est sombre avec un fantastique nez d’une incroyable finesse. Le vin est élégant, joli velouté, de la classe, les tannins sont à la fois présents et masqués, une classe folle, Le vin est élaboré avec 80 % merlot et 20 % cabernet-franc. Tous les cabernets-francs sont dans le vin et cela se sent en fin de bouche qui est géniale avec un incroyable rebond. Grandissime.

Ch. Bélair-Monange 1er cru classé 95-96

La robe est grenat soutenue avec un très joli nez élégant. Le vin est très fin, d’une belle longueur, les tannins sont très policés, les arômes sont magnifiques, l’ensemble de demi-corps. Les argiles côté Magdeleine font le bonheur du millésime en lui donnant de la chair. Les 23,5 ha sont situés sur calcaires à Astéries et argile bleue dans les côtes. Le vin est élaboré avec 90 % merlot et 10 % cabernet-franc.

Ch. Bellefont-Belcier Cru classé 91-93

La robe est sombre avec un joli nez de mûre. Le vin est élégant et pur. Par rapport aux millésimes précédents, Il manque cependant un peu de corps avec une petite sécheresse et un petit creux en milieu de bouche, mais il a gagné en pureté ce qu’il a perdu en puissance. Le vin est élaboré avec 70 % merlot, 25 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon avec un rendement de 37 hl/ha. Élevage en 30 % de fûts neufs.

Ch. Bellevue Cru classé 93-95

Élaboré en pur merlot sur 6,82 ha, le vin se présente sous une robe grenat foncé avec des arômes très épicés. Le vin débute avec une attaque dense et des arômes très épicés, le milieu de bouche est dense et relativement tannique, léger petit ceux, jolie finale fraîche.

Ch. Bellevue Mondotte 92-93

La robe est noire avec un nez discret évoluant vers les fruits noirs. Le vin est très ferme avec des tannins massifs qui donnent de la rigidité au vin, mais compensés par beaucoup de densité. Il faudra être patient pour que ce  monstre  de puissance développe tout son potentiel. Le vin est élaboré par l’équipe de Pavie sur deux ha avec 90 % merlot, 5 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon. Rendement de 30 hl/ha avec 14,6° d’alcool et un incroyable pH de 3,50.

Ch. Berliquet Cru classé 89-91

Ce château qui a changé de main a aussi fortement changé de style par rapport aux années passées. La robe sombre et le nez est discret, puis plus floral. Tout comme en 2017, le vin est léger, un peu fluide avec une petite amertume, à vrai dire méconnaissable pour ceux qui connaissaient l’ancien style certes un peu pataud, mais au profit d’une buvabilité immédiate sur la fraîcheur. Il est élaboré avec 78 % de merlot et 22 % de cabernet-franc et il est élevé avec 45 % de futs neufs.

Ch. Boutisse 90-91

La robe est sombre avec des notes de cuir. Le vin est souple et charmeur, avec beaucoup de suavité. Il pourra se déguster assez vite. L’assemblage est effectué avec 88 % merlot, 11 % cabernet-sauvignon et 1 % cabernet-franc et élevé avec 40 % de futs neufs.

Ch. Cadet-Bon cru classé 93-94

La robe est violette assez soutenue avec un joli nez certes pas très intense, mais bien défini. Le vin est dense, assez frais, d’une belle longueur avec un petit creux, belle finale sur le fruit. Une valeur sûre qui ne s’exprimera qu’au bout de quelques années.

Calicem 90-92

Cette micro-cuvée est élaborée depuis 2015 par le Couvent des Jacobins sur 1,5 ha de vignes plantées en 1961 sur graves sableuses avec essentiellement du merlot et un peu de petit-verdot. Le nez est très épicé, les tannins des terroirs argileux sont bien là aussi, l’ensemble est un peu rustique, mais avec une grosse matière. Il se fera avec le temps. Production de 1800 b. Il titre 14,5° avec un pH de 3,70.

Ch. Canon 1er cru classé Grand vin 94-96

La robe est noire et le vin est frais, élégant, de belle longueur, les tannins sont fins, jolie finale complexe, sans la chair des grands Canon d’autrefois, mais avec plus de fraîcheur et de droiture. Il est élaboré avec 72 % merlot et 28 % de cabernet-franc, soit pratiquement le même assemblage que 2017, tout comme il titre 14° tout comme en 2017. Les vendanges se sont déroulées sur plus d’un mois du 7 septembre (ce n’est pas une erreur) au 9 octobre.

Ch. Canon La Gaffelière 1er cru classé 95-97

La robe est grenat sombre avec un très joli nez d’une belle complexité, très fruits noirs. Le vin est élégant, de demi-corps, d’une belle longueur avec un côté lisse, jolie finale épicée. Il est remarquable d’élégance et classe. Le vin est élaboré en biodynamie avec 50 % merlot, 35 % cabernet-franc et 15 % cabernet-sauvignon avec un rendement de 35 hl/ha. Vendanges du 17 septembre au 4 octobre. Il est élevé avec 50 % fût neuf. Le travail de fond paie et le vin continue de progresser millésime après millésime.

Ch. Cap de Mourlin Grand cru classé 92-93

La robe est noire avec des arômes de fruits noirs. Le vin est compact et serré, relativement tannique et frais. Il faudra patienter quelques années. Le vin est élaboré sur 13 ha argilo-calcaire et argilo-siliceux avec 65 % merlot, 25 % cabernet-franc et 10 % cabernet-sauvignon. Vendanges du 3 au 11 octobre avec un rendement de 27 hl/ha.

Ch. Capet-Guillier 89-90

Un vin avenant, charmant, sur le fruit qui peut se déguster vite, très loin du tannique et très extrait 2017.

Ch. Carteau Côtes Daugay 90-91

Robe grenat et joli nez fumé pour ce vin à la fois frais et de bonne densité marqué par une belle empreinte des cabernets. Il est très au-dessus du fluide 2017, il est vrai cruellement touché par le gel. Le vin est élaboré avec 70 % merlot, 25 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon.

Ch. Chauvin Cru classé 91-93

Sur 13 ha argilo-sableux avec 75 % merlot, 20 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon. La robe est sombre avec un nez intense de fruits noirs. Le vin est souple, charmeur malgré une trame tannique importante. Du 26 septembre au 12 octobre.

Ch. Cheval Blanc 1er cru classé A en 1955 Grand vin 98-100

La robe est profonde, plus que d’habitude et les arômes s’installent dans un univers raffiné et complexe où rien ne dépasse. Au premier abord, le vin est très élégant, toute en longueur avec un incroyable éclat aromatique et un éclat de fraîcheur. Il possède beaucoup de classe avec une finale splendide. Pourtant, à l’aération, il devient très attachant et très profond, une profondeur qui vient de l’argile et qui n’est sans rappeler celle de Petrus et de Lafleur, celle qui tire les grands millésimes mythiques. Il est parti pour la gloire. Il titre 14,5° avec un ph de 3,72 et un IPT 67 (13,2° en 2017 avec un pH de 3,65 et un IPT de 64), la seule différence réelle étant 1,3° d’alcool en plus. Le rendement est 43 hl/ha, ce qui est une fourchette un peu haute. Les vendanges se sont déroulées du 10 septembre au 11 octobre, car les graves ont mis du temps à mûrir, les argiles marchaient bien et donnent les premiers jus, ce qui est très rare. Sur les 53 parcelles, 5 sont parties en vrac et 5 en Petit Cheval. Il est élaboré avec 54 % merlot, 40 % cabernet-franc et 6 % cabernet-sauvignon. Cheval Blanc 2018 est parti pour la gloire.

Ch. Cheval Blanc Petit Cheval 2e vin 94-96

Petit Cheval est élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-franc sur toute la diversité du parcellaire, ce qui en fait un mini Cheval Blanc. Toutes ces parcelles étaient d’ailleurs dans Cheval Blanc 2016, c’est donc un travail de sélection. La robe est sombre avec un nez très fin qui n’est pas sans rappeler celui de son grand frère. Le vin est très élégant avec des tannins bien enrobés et surtout un côté floral, déjà très ouvert. Il est moins dense, il est moins long, mais il n’est pas plus simple avec une fraîcheur étonnante. Il titre 14,25° avec un pH de 3,75.

Clos Badon 91-93

La robe est noire avec un nez de fruits noirs. Le vin est dense, serré, compact avec une petite dureté tannique qui disparaitra à l’élevage. Une des meilleures affaires de tout le bordelais.

Clos de l’Oratoire Cru classé 93-95

La robe est sombre avec un beau nez de cassis. Alors que pendant longtemps, il jouait la rondeur et la suavité, le vin est tendu, assez droit, un peu strict, le cabernet-franc prend toute sa dimension. Le vin est élaboré avec 85 % merlot et 15 % cabernet-franc et élevé avec 45 % de fût neuf. Rendement de 36 hl/ha. Vendanges du 21 septembre au 4 octobre.

Clos de Sarpe Cru classé 92-93

La robe est noire avec un joli nez de cuir. Le vin est riche, plein, boisé, assez tannique avec un petit creux en milieu de bouche qui sera couvert par la matière. Le vin est élaboré avec 85 % merlot et 15 % cabernet-franc issu de 3,7 ha du plateau et il est élevé avec 70 % de barriques neuves.

Clos des Baies 89-90

Situé entre Candale et Tertre Roteboeuf, la propriété appartient au maître de chai du château Ausone, Philippe Baillarguet. La robe est noire et le vin est souple, assez frais, long et précis, d’une belle longueur. Il est loin d’être prêt, l’élevage jouera un rôle important, mais le potentiel est là. Le vin est élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-franc.

Clos des Jacobins Cru classé 93-94

La robe est très sombre avec un nez discret se développant avec emphase vers les fruits noirs. Le vin dense, très fruits noirs aussi, avec des tannins très soyeux, l’ensemble est lisse, de bonne longueur, bien élevé et de grande classe. Une superbe réussite qui fera date.

Clos des Menuts L’Excellence 91-92

Le vin est souple et charmant, un peu strict sur ses tannins.

Clos Dubreuil 88-89

Avec 80 % merlot et 20 % cabernet-franc, la robe est très sombre avec des notes de mûre. Le vin est souple, léger, un peu fluide, mais de bonne persistance avec des tannins fins, mais appuyés.

Clos Fourtet 1er cru classé 95-97

La robe est sombre avec un nez superbe d’une grande finesse. Le vin est très élégant, tout en longueur avec beaucoup de classe et une grande finale complexe. Le vin n’a pas tout à fait la densité des plus grands millésimes, mais le terroir parle, le travail de fond aussi, avec un côté aérien très classieux. Le vin est élaboré avec 90 % merlot, 7 % cabernet-sauvignon et 3 % cabernet-franc avec un rendement de 33 hl/ha. Il titre 14° et il est élevé avec 60 % de futs neufs.

Clos la Madeleine Cru classé 90-91

Robe grenat et nez discret allant vers la violette. Le vin est frais, de demi-corps avec une petite fermeté tannique, la finale est un peu stricte, un peu agressive aussi. Les 2,3 ha sont situés en contrebas d’Ausone avec 76 % merlot et 24 % cabernet-franc.

Clos Lardière 88-89

Première présentation pour ce vin appartenant à M. Lardière, chef de culture de Jean-Luc Thunevin avec un vin un peu austère a priori, mais compensé par un merlot tonitruant qui lui donne du charme.

Clos Romanile 89-90

La robe est grenat avec des arômes de fruits noirs. Le vin est dense, serré, compact, pas très long, mais avec de jolis arômes de fruits noirs et une belle densité. Le clos qui fait un ha appartient à Rémy Dalmasso, le maître de chai de Valandraud.

Clos Saint Martin Cru classé 91-92

Le vin est boisé, dense, assez tannique et l’expérience montre qu’il évolue remarquablement en bouteille. Il est élaboré sur une petite surface de 1,11 ha avec 80 % merlot, 10 % cabernet-franc et 10 % cabernet-sauvignon et élevé en fûts neufs. Rendement de 38 hl/ha.

Clos Saint-Julien 90-91

Le Clos est certifié bio. La robe est dense avec un joli nez épicé. Le vin est d’une belle fraîcheur, très élégant, un tout petit creux masqué par une brillante finale épicée. Joli vin.

Ch. Corbin Cru classé 93-94

La robe est sombre avec un joli nez de fruits noirs. Le vin est de bonne densité, très élégant, tannins légers, jolie finale. Une belle réussite.

Ch. Corbin Michotte 92-93

Joli nez. Le vin est élégant, demi-corps, persistant, un vrai style. Le déclassement est incompréhensible, il est meilleur que la moitié des crus classés.

Côte de Baleau cru classé 92-93

La robe est noire avec un nez intense de mûre. Le vin est souple, charmeur, presque racoleur. Il est élaboré sur 11 ha d’un terroir argileux-calcaire et de sables avec 90 % merlot et 10 % cabernet-franc vendangés entre le premier et le 18 octobre avec un rendement de 20 hl/ha.

Ch. Couvent des Jacobins Cru classé 92-93

Le château est en 2e année de conversion bio. Nez intense de fruits noirs. Le vin est dense avec encore un peu de sévérité, mais il est beaucoup plus policé qu’autrefois, petite raideur en finale qui n’a pas encore été gommée. Le vin est élaboré avec 82 % merlot, 11 % cabernet-franc et 7 % petit-verdot avec un rendement de 22 hl/ha. Il titre 14° avec un pH de 3,70 et il est élevé avec 45 % de futs neufs.

Ch. Croix Cardinale 87-88

La robe est sombre avec un nez de fruits noirs. Le vin est équilibré avec de la fraîcheur, un peu de verdeur qui lui donne de la tenue. Le vin est élaboré avec 72 % merlot et 28 % cabernet-franc. Rendement de 40 hl/ha.

Ch. Croix de Bertinat Révélation 86-87

Joli nez. Le vin est équilibré, un peu fluide, léger.

Ch. Croix de Labrie 93-94

La robe est grenat sombre avec un joli nez de fruits rouges. Le vin est élégant avec de jolies notes de fruits rouges qui se retrouvent aussi en bouche, le vin possède de la densité, il est relativement tannique, un peu vanillé. Il est élaboré avec 96 % merlot, 3%cabernet-franc et 1 % cabernet-sauvignon et vendangé le 28 septembre avec u rendement de 20 hl/ha.

Ch. Croque Michotte 90-91

Robe sombre. Nez très intense, violette comme toujours. Le vin est de bonne densité, aromatique, il lui faut un peu de temps, très aneth.

Ch. Dassault Cru classé 90-92

Après un 2017 sans production, le 20128 se présente avec une jolie robe dense. Le nez est intense, d’une belle pureté. Le vin est de demi-corps, assez tannique, petite raideur en finale, fluide. Le vin est élaboré avec 73 % merlot, 22 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon vendangés du 20 septembre au 8 octobre. Rendement de 33 hl/ha.

Ch. Daugay 89-90

Ce château d’un peu moins de dix ha est situé sur divers types d’argiles (calcaires, sableuse et ferrugineuses). La robe est relativement soutenue avec des arômes réservés. Le vin est souple et suave, un peu fluide et une finale un peu plus tannique que d’habitude. Le vin est élaboré avec 63 % merlot, 32 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon.

Ch. de Candale 92-93

Magali et Thibaut Decoster du Clos des Jacobins ont maintenant pris leurs marques sur ce cru de 13 ha. Le vin se présente avec un très joli fond avec du moelleux. Ce vin suave est carrément craquant et il est pratiquement prêt à boire. Délicieux !

Ch. de Ferrand Cru classé 93-94

Robe sombre. Très joli nez très fin. Le vin est élégant, belle longueur, très vin du plateau, belle extraction, jolie réussite pour le millésime.

Ch. de Fonbel 90-91

La robe est violette et le vin est dense, serré, avec du fond et de l’élégance. Il est élaboré avec 70 % merlot, 20 % cabernet-sauvignon et 10 % de carmenère qui a bien mûri. Il a fallu patienter au 8 octobre pour le carmenère et le cabernet-sauvignon.

Ch. de Pressac Cru classé 93-94

Robe sombre avec un joli nez épicé. Le vin est souple, charmant, suave, de la tenue, une pointe de fraîcheur. Belle maturité du raisin. Une réussite. Le vin est élaboré avec 71 % merlot, 15 % cabernet-franc, 10 % cabernet-sauvignon, 2 % carmenère et 2 % noir de Pressac, petit clin d’œil à l’histoire qui n’est jamais que du malbec.

Ch. de Saint Pey 86-87

Un vin rustique, un peu court et sec hélas.

Ch. Destieux Cru classé 92-93

Robe grenat et nez de fruits rouges. Le vin est souple et charmant, très accessible, un peu sec en finale. Sur 8 ha, assemblage de 66 % merlot, 17 % cabernet-franc, 17 % cabernet-sauvignon. Vendanges le 16 octobre avec un rendement de 37 hl/ha.

Ch. d’If 93-94

Proche des châteaux Troplong-Mondot et Barde-Haut, l’ex-château Haut Plantey est élaboré avec 74 % de merlot et 26 % de cabernet-franc et il ne produira que 7000 bouteilles d’un vin très framboise avec une texture soyeuse quoique les tannins soient assez fermes.

Ch. du Parc 88-89

Robe sombre avec un nez intense. Le vin est suave et rond, un rien fluide. Le vin est élaboré avec 80 % merlot, 20 % cabernet-franc.

Ch. du Rocher 84-85

De robe noire, le vin joue ouvertement la fraîcheur.

Eclat de Valentin 88-89

Joli nez. Le vin est plus dense, plus long, une sélection parcellaire, joli profil aromatique.

Ch. Edmus 91-92

Robe violette. Le vin est de bonne densité, bonne longueur, joli fruit, beau cabernet-franc

Ch. Péby-Faugères Cru classé 91-93

La robe est relativement soutenue avec des arômes peu expressifs. Le vin est relativement tannique avec un peu de sucrosité, sèche un peu en finale. Il est élaboré en pur merlot sur 7,45 ha et élevé avec 65 % de fûts neufs.

Ch. Faugères 92-94

Le vin est élaboré avec 85 % merlot, 10 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon, l’élevage est de 15 mois avec 50 % de barriques neuves. D’une couleur profonde, le vin est dense, tannique, concentré, boisé aussi. Il lui faudra un peu de temps pour se faire.

Ch. Faurie de Souchard Cru classé 91-92

Le château qui appartient aujourd’hui à Dassault Wine Estate se situe sur 12 ha de coteau argileux et de pied de côte sablo-argileux. La robe est sombre avec un joli nez de fruits rouges. Le vin est dense et ferme, de longueur moyenne. Il est élaboré avec 70 % merlot, 25 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon. Les vendanges se sont déroulées du 20 septembre au 12 octobre avec un rendement de 30 hl/ha.

Ch. Figeac 1er cru classé 96-98

Dans le millésime 2018, 70 % du vignoble est en bio et bio contrôle. La robe est violette et le nez est très élégant. Le vin est long, dense avec de superbes arômes, il est très harmonieux, les cabernets tiennent l’édifice avec le cabernet-franc pour la classe et le cabernet-sauvignon pour la fraîcheur. La saveur en finale est exceptionnelle et il est plus Figeac que Figeac. Il est élaboré avec 37 % merlot, 33 % cabernet-sauvignon et 30 % cabernet-franc et il est élevé avec 100 % fût neuf. Fin août, les pépins sont déjà bruns, mais les vendanges ne débutent que le 17 septembre et se terminent le 12 octobre, car le cabernet-franc évolue lentement et le cabernet-sauvignon perd 20 % par évaporation. Il y avait peu d’extraction à faire et surtout maintenir la fraîcheur en vinification. Il a été élaboré 10 000 caisses avec un rendement de 39 hl/ha et 4500 de second vin. Il titre 14° avec un pH de 3,7. En 2017, il titrait 13,5° avec un pH de 3,66.

Ch. Fombrauge Cru classé 92-94

Elaboré avec 90 % merlot, 9 % cabernet-franc et 1 % cabernet-sauvignon, la robe est sombre avec des arômes un peu réservés. Le vin dense et strict avec des tannins fermes et aussi un petit creux en milieu de bouche, finale fraîche. Il est élevé avec 40 % fûts neufs. Rendement de 46 hl/ha.

Ch. Fombrauge Magrez-Fombrauge 92-94

La robe est grenat sombre avec un nez très retenu. Le vin est souple et ferme, le milieu de bouche est extrait, finale un peu fluide de café avec un étonnant retour acide. Il a été élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-franc

Ch. Fonplégade Cru classé 93-95

Le vignoble est en bio et en biodynamie. La robe est sombre avec des reflets violets. Joli nez très fin et très pur. Le vin est dense, épicé, un peu boisé, de l’élégance, frais et long, superbe finale. Au niveau d’un premier cru.

Ch. Fonroque Cru classé 92-94

Ce vin d’un château mené en biodynamie se présente avec une robe sombre avec un nez superbement épicé. Le vin est suave, charmant, demi-corps, aérien, d’une belle longueur. Le vin est élaboré avec 82 % merlot, 18 % cabernet-franc

Ch. Franc La Rose 86-87

Un vin de bonne densité, un peu strict.

Ch. Franc Lartigue 87-88

Un vin de bonne facture, joli poli.

Ch. Franc-Mayne Cru classé 93-94

Le château est dorénavant dirigé par Martine Cazeneuve qui assume sa première vendange à Franc-Mayne. La robe est sombre à reflets violets. Le nez est discret, puis évolue avec une belle pureté. Le vin est toujours léger, élégant, de demi-corps, d’une bonne longueur, les tannins sont un peu fermes, mais il a gagné un peu en densité. L’élevage est révolutionné avec, outre les traditionnels barriques, foudre et amphore. Il a été élaboré avec 90 % merlot et 10 % cabernet-franc. Le millésime 2018 amorce aussi une première étape vers le bio.

Gabriel Lauzat 87-88

Robe noire. Le vin est léger, des notes fumées, petite dureté tannique, petite fluidité aussi.

Ch. Godeau 92-93

Robe sombre avec un nez joliment épicé sur fond de fruits noirs. Le vin et dense et élégant, d’une belle longueur avec de la profondeur et un petit retour tannique. Il a été élaboré avec 95 % merlot et 5 % cabernet-franc.

Ch. Gracia 89-90

Robe sombre. Le vin est souple, un peu fluide, charmant.

Ch. Grand Barrail Lamarzelle Figeac 88-90

De robe grenat sombre, le vin est dense, un peu sérieux, plus structuré que d’habitude, d’une belle longueur. Le vin est élaboré avec 65 % merlot et 35 % cabernet-franc, ce qui est un record.

Ch. Grand Corbin 90-91

La robe est grenat avec un joli nez de fruits rouges. Le vin est léger, de demi-corps, équilibré avec un joli fruit. Délicieux.

Ch. Grand Corbin-Despagne Cru classé 93-94

La robe de ce vin mené en biodynamie est très sombre. Beau nez élégant. Le vin est suave, charmant, de la rondeur et du fond. Il a été élaboré avec 75 % merlot, 24 % cabernet-franc et 1 % cabernet-sauvignon

Ch. Grand Destieu 89-90

Un joli vin souple et suave, de bonne maturité du raisin avec une belle longueur.

Ch. Grand Pontet Cru classé 92-93

La robe est sombre avec un nez très fin. Le vin est de demi-corps, élégant, faiblement extrait, de la délicatesse. Le vin est élaboré sur 14 ha d’argilo-calcaire avec un rendement de 19 hl/ha. Les vendanges se sont déroulées du 25 septembre au 9 octobre.

Ch. Grandes Murailles Cru classé 92-94

Le vin est dorénavant suivi par l’équipe Derenoncourt avec un changement radical de style. La robe est sombre avec un nez bien défini. Le vin est fin, dense, long, raffiné.

Ch. Grand-Mayne Cru classé 90-91

Robe sombre un rien légère à reflets violets. Nez intense de violette. Le vin est léger, un peu fluide comme en 2017 avec des tannins un peu accrocheurs.

Ch. Grangey 88-89

Etabli sur la côte nord, la robe est noire. Le vin est fluide, boisé, élaboré avec 60 % bois neuf, de la fraîcheur (la face nord !). Il a été vendangé tard. Ceci explique cela.

Ch. Grangey Le Cerisier 87-88

Robe noire. Le vin est un peu fluide, ce qui est recherché. Il est élaboré sur une seule parcelle.

Ch. Guadet 93-94

Certifié bio et sans sulfite et malolactique non terminée. Robe grenat sombre. Le vin est dense, belle matière, de la fraîcheur, de la longueur.

Ch. Haut Veyrac 88-90

Joli nez de fruits noirs. Le vin est de bonne densité, léger et frais, mais persistant, joli terroir.

Ch. Haut-Rocher 87-88

Saint-Etienne de Lisse. Robe d’encre. Nez de réglisse. Le vin est assez dense, léger et frais.

Ch. Haut-Sarpe Cru classé 91-93

Robe noire. Nez intense de violette. Le vin est demi-corps, petite raideur en finale. Bio.

Ch. Haut-Simard 92-93

Élaboré sur 10 ha argilo-sableux et graveleux, le vin se présente avec un nez très joli avenant. Le vin est charmeur et racoleur, délicieux. Le vin est élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-franc. Il dépasse 14° avec une grande qualité de fruit. Le cabernet-franc a été ramassé du 5 au 8 octobre, les vignes sont encore assez jeunes.

Ch. Jean Faure Cru classé 93-94

La robe est grenat avec des arômes très fruits rouges d’une belle pureté. Le vin est tout en fraîcheur, très marqué par un superbe cabernet-franc, avec une grande persistance. Un style très à part, mais de grande classe. Le vin est élaboré avec 65 % cabernet-franc, 30 % merlot et 5 % malbec. Le vin est certifié bio.

Ch. La Clotte Cru classé 93-94

La robe est violette avec un très joli nez précis très précis. Le vin est dense, assez boisé, tannique, tout en longueur. Les tannins sont un peu secs, mais ils seront aplanis à l’élevage. De gros travaux sont engagés et seuls 2,5 ha sont en production. Cabernet-sauvignon et cabernet-franc ont été vendangés le 9 octobre.

Ch. La Couspaude Cru classé 91-93

La robe est très sombre comme d’habitude avec un nez discret s’ouvrant très joliment à l’aération. Le vin est souple et suave, un rien végétal, mais de bonne facture, de demi-corps ce qui est rare, avec une belle fraîcheur. Joli vin dans un style inhabituel qui le préfère plus corpulent et plus puissant.

Ch. La Croix du Merle 87-88

Le vin est élaboré sur 3 ha avec un nouveau propriétaire depuis 2015 et il est en pur merlot. Le vin est souple, un peu fluide, charmant.

Ch. La Croizille 90-91

Le vin est élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-sauvignon pour ce vin très noir avec de jolis arômes élégants. Le vin est ferme et élégant, doté d’une belle trame tannique avec de la pureté. Il lui faudra un peu de temps pour absorber son cabernet-sauvignon.

Ch. La Dominique Cru classé 93-94

La robe est très noire et le vin est dense, assez serré avec une toute petite marque du stress hydrique, de belle longueur, élégant avec une petite amertume qui sera gommée à l’élevage. Il titre 14,5° avec un pH de 3,65 (en 2017, 13° avec un pH de 3,7). Il est élaboré avec 85 % merlot, 12 % cabernet-franc et 3 % cabernet-sauvignon. Les vendanges du merlot se sont déroulées du 20 septembre au 3 octobre, le cabernet-franc le 3 octobre et cabernet-sauvignon le 4 octobre. Côté vinification, 10 % de vinification intégrale, 10 % en amphore. Le rendement est de 42 hl/ha avec 60 % de grand vin.

Ch. La Dominique Relais de la Dominique 91-92

Le second vin représente 40 % de la production et il est élaboré en pur merlot comme l’année dernière avec les jeunes plants et le secteur Jean Faure. La robe est violette avec un nez très ouvert. Le milieu de bouche est magnifique par ses arômes de violette, déjà prêt à boire. Ne touchez rien, il est déjà délicieux avec une belle pointe de fraîcheur en finale. Il titre 14° avec un pH de 3,75.

Ch. La Fleur Cardinale Cru classé 92-93

Robe sombre. Joli nez intense, joliment épicé. Le vin est souple, élégant, demi-corps, frais, léger creux, la finale est évanescente sans la concentration habituelle. Le rendement est de 45 hl/ha. Vendanges du 27 septembre au 24 octobre. Production de 120 000 b et 10 000 de second vin.

Ch. La Fleur d’Arthus 93-94

La robe est sombre à reflets violets avec un joli nez très pur de violette. Le vin est de bonne densité avec de la fraîcheur, un dense milieu de bouche, de seyantes notes fumées en finale. Un vin d’une grande élégance élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-franc. Belle réussite très judicieusement vinifiée.

Ch. La Fleur Morange Cru classé 86-87

La robe est grenat avec des arômes peu intenses. Le vin est d’honnête densité, mais un peu végétal avec une petite amertume.

Ch. La Gaffelière 1er cru classé 95-96

La robe est dense à reflets violets. Le vin est concentré avec un fond splendide, les 37 % de cabernet-franc lui donne de l’élégance et de la fraîcheur et une belle longueur. S’il n’a pas tout à fait l’extraordinaire densité du 2017, il le surclasse en finesse. Une grande réussite.

Ch. La Grace Dieu Les Menuts 86-87

Joli nez de réglisse. Le vin est léger, un peu fluide, d’une grande franchise.

La Grande Abbesse 86-87

Situé dans la plaine de Saint-Emilion sur des graves sableuses, le terroir n’a pas été à la fête dans la sécheresse de 2018. Il en résulte un vin très frais, végétal au nez comme en bouche, mais de bonne facture., judicieusement vinifié.

Ch. La Grave Figeac 88-89

Sans SO2 en vinification. Un vin de bonne densité, tannins légers, mais présents, demi-corps, équilibré.

Ch. La Marzelle Cru classé 88-89

La robe est sombre avec un nez un peu boisé. Le vin est souple et rond, sans la densité habituelle, un peu sec sur les tannins. Le vin est élaboré sur 17 ha avec un assemblage de 75 % merlot, 20 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon. Vendanges du 27 septembre au 12 octobre avec un rendement de 25 hl/ha.

Ch. La Mondotte 1er cru classé 96-98

La robe est noire avec un joli nez de mûre. Le vin est dense, velouté, les tannins sont fermes, belle fraîcheur en finale. La Mondotte est en 2018 un très grand vin avec un incroyable côté aérien. Le vin est élaboré avec 75 % merlot et 25 % cabernet-franc. Rendement de 40 hl/ha sur des vignes qui ont 70 ans d’âge. Un must !

La Perle du Brégnet 90-91

Issu d’une sélection de vieilles vignes et élevé douze mois en fûts, la robe très noire avec un très beau nez de cuir de Russie. Le vin est très élégant, tout en longueur, léger, belle finale. Une belle réussite.

Ch. La Révérence 86-87

De robe grenat, le vin est très vert avec une forte fraîcheur signe d’une vigne fort peu alimentée. Mais très judicieusement, l’extraction a été douce et le vin est d’une grande franchise. Il faudra le revoir après la mise.

Ch. La Serre Cru classé 92-94

Ce cru de 7 ha est situé sur de l’argile du plateau calcaire. La robe est grenat sombre avec merveilleux arômes épicés. Le vin est très élégant, suave, lisse, d’une belle longueur, les tannins font patte de velours avec un rien de mollesse ce qui est rarissime à La Serre, mais avec une très belle finale épicée et surtout une grande longueur. Le vin est élaboré avec 80 % merlot et 20 % cabernet-franc.

Ch. La Tour du Pin Figeac 86-87

Robe noire. Le vin est léger et fluide, un peu trop léger, propre.

Ch. La Tour Figeac Cru classé 93-94

Après le pur cabernet-franc de 2017 dû au gel du merlot, La Tour Figeac reprend son tour habituel avec un vin joliment aromatique et très élégant, de demi-corps, peu extrait, mais d’une belle longueur. Le vin est élaboré avec 65 % merlot et 35 % cabernet-franc.

Ch. Laniote Cru classé 91-92

Robe noire avec un nez très fruits noirs. Le vin est dense, tannique, de beaux arômes de fruits noirs, très sévère. Le vin est élaboré avec 80 % merlot, 15 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon vendangé du 30 septembre au 11 octobre avec un rendement de 36 hl/ha. Le plus beau Laniotte de tous les temps.

Ch. Laplagnotte-Bellevue 87-88

Un assemblage original avec 64 % cabernet-franc et 36 % merlot, ce qui donne un vin léger et fluide, mais avec de jolis arômes de cuir et une réelle élégance.

Ch. Larcis Ducasse 1er cru classé 96-98

Robe très sombre. Le nez est très splendide avec de la mûre. Le vin est souple, facile d’accès pour une fois, les tannins sont très fins, l’ensemble possède beaucoup de classe avec un côté très aérien, superbe de finale très classieuse. S’il ne possède pas n’a pas la chair du fabuleux 2015, il est beaucoup plus élégant et racé. Cette immense réussite est élaborée avec 89 % merlot et 11 % cabernet-franc, le merlot a été vendangé du 21 au 26 septembre, le cabernet-franc les 1er et 4 octobre. Le rendement est de 33 hl/ha avec 80 % de grand vin.

Ch. Larmande Cru classé 91-93

Après le terrible gel de 2017 qui avait décimé Larmande, le 2018 se présente avec une robe sombre et un nez très ouvert. Le vin est souple, charmant, presque prêt à être dégusté, un rien fluide, car la chaleur du mois d’août a été fatale aux terroirs légers. Mais il compense cette fluidité par une grande élégance et joli milieu de bouche grâce à une extraction de main de maître et une jolie finale épicée. Larmande possède un charme ravageur !

Ch. Laroque Cru classé 92-94

La robe est sombre avec un joli nez complexe. Le vin est dense avec un léger creux, mais le fruit est d’une grande pureté, l’équilibre bien conduit, jolie finale nuancée. Le vin est élaboré avec 97 % merlot et 3 % cabernet-franc. Les merlots ont été ramassés du 28 septembre au 12 octobre et le cabernet-franc le 16 octobre. Rendement de 46 hl/ha, ce qui est à peine plus qu’en 2017. Le vin titre 14,5° avec un pH de 3,48, ce qui est aussi très proche du 2017. Le grand vin est élaboré avec 41 % de la récolte.

Ch. Laroze Cru classé 92-94

La robe est sombre et jeune avec un nez très fin, très framboise d’une grande pureté. Le vin est élégant et frais, il affiche beaucoup d’élégance grâce à sa superbe trame de cabernet-franc. Une très grande réussite ! Il est élaboré avec 50 % merlot et 50 % cabernet-franc, le rendement est de 20 hl/ha sur 27 ha de silice sur argile.

Ch. Le Carré 90-92

Le vin est souple, charmeur, relativement frais, très avenant. Il est élaboré avec 85 % merlot et 15 % cabernet-franc.

Ch. Le Chatelet Cru classé 87-88

Le vin est léger et fluide, les tannins sont un peu accrocheurs.

Ch. Le Dôme 91-93

Ce vin construit sur le cabernet-franc joue résolument la fraîcheur et l’élégance, mais dans un style relativement corpulent. Il est élaboré avec 80 % cabernet-franc et 20 % merlot.

Ch. Le Prieuré Cru classé 92-94

La robe est sombre avec un très joli nez. Le vin est dense et très élégant, les tannins sont très fins, belle longueur, la fraîcheur des terroirs calcaires. Un très beau vin certifié bio.

Ch. Le Tertre Roteboeuf 95-97

Comme toujours, François Mitjaville a attendu patiemment que le raisin soit d’une belle maturité, et pas seulement le degré alcoolique, pour le ramasser vers les 4 et 5 octobre. Du coup, il affiche 15,7° d’alcool, mais cela ne se sent pas. Il recherche le stade  confit frais , d’où une aromatique géniale. Le vin est étonnamment dynamique, son pH est de 3,75 avec une grande persistance et un fruit d’une grande pureté.

Ch. Les Astéries 92-94

Issu de très vieilles vignes proches d château Fonroque, très fruits rouges et frais, le vin est droit et strict. Il lui faudra du temps pour se dérider. Il est classiquement élaboré avec 83 % merlot et 17 % cabernet-franc pour une longue garde.

Ch. Leydet Valentin 86-87

Un vin équilibré, léger et fluide.

Ch. L’Hermitage Lescours 86-88

Robe sombre, noir même. Joli nez élégant. Le vin est frais, léger, un peu végétal. Le vin est élaboré avec 80 % merlot, 15 % cabernet-sauvignon, 5 % cabernet-franc

Ch. Louis 90-91

Élaboré avec 20 % de grappes entières, le vin est souple avec un joli milieu de bouche de bonne densité.

Lucia 89-90

La robe est dense et le vin est ferme avec de la fraîcheur sur une charpente de demi-corps.

Ch. Lusseau 89-90

Issu de la propriété personnelle de Laurant Lusseau, vinificateur de château Pavie, la robe est sombre avec un nez très intense de mûre. Le vin est souple, directement accessible, un peu mince. Le vin est élaboré avec 70 % merlot, 20 % merlot et 10 % cabernet-sauvignon sur deux ha sur sol sablo-graveleux. Il titre 13,5° avec un pH de 3,7 (13,4° en 2017 avec un pH de 3,63). Il est élevé avec 60 % fût neuf.

Lynsolence 88-90

En pur merlot, la robe est sombre avec nez très avenant. Le vin est souple et charmant, assez frais en milieu de bouche, sans sa longueur habituelle, mais d’un bel équilibre.

Ch. Mangot 90-91

La robe est noire avec un nez très intense de fruits noirs sur fond de cuir. Le vin est de bonne densité, long et frais, encore un peu sec sur ses tannins pour le moment. L’élevage les aplanira.

Ch. Mangot Todeschini 92-93

La robe est dense avec un joli nez de cuir. Le vin est élégant avec de la fraîcheur, un peu de sécheresse tannique qui se fondra avec la belle densité du vin.

Ch. Martinet 87-88

Elaboré avec deux tiers merlot et un tiers cabernet-franc, la robe est noire avec un beau nez fumé. Le vin possède un joli fond, il est un peu strict sur les tannins, mais cela lui passera.

Ch. Mauvinon 88-89

Robe sombre. Le vin est assez compact avec un beau profil aromatique et du fond. Le domaine est en troisième année de conversion bio.

Ch. Milens 86-87

Situé à Saint-Hyppolite en pied de coteau, le vin se présente avec un joli nez. Le vin est un peu fluide, un peu sec, mais d’une bonne franchise.

Ch. Millaud Montlabert 86-87

L robe est sombre et le nez discret. Le vin est souple, facile d’accès, assez léger, un peu sec. A déguster sur son fruit.

Ch. Monbousquet Cru classé Grand vin 90-92

La robe est sombre avec un nez fumé. Le vin est dense, assez tannique jusqu’à une petite raideur, un peu court. Le stress hydrique est évident. Les vendanges se sont déroulées du 27 septembre au 9 octobre. Élevage en 50 % de fût neuf. Dans le vignoble, l’encépagement est 60 % merlot, 30 % cabernet-franc et 10 % cabernet-sauvignon.

Ch. Monbousquet Angélique de Monbousquet 2e vin 87-88

La robe est sombre avec un nez intense de mûre. Le vin est souple, rond, immédiat avec une petite raideur tannique. Le vin est élaboré avec 60 % merlot, 30 % cabernet-franc et 10 % cabernet-sauvignon avec un rendement de 42 hl/ha. Le pH de 3,7 avec 14,1° d’alcool. Élevage en barriques d’un vin.

Ch. Monlot 87-88

Acquisition chinoise, le château a mis beaucoup de moyens. La robe est grenat sombre avec un nez de fruits rouges. Le vin est souple, suave, d’une longueur très moyenne, la finale est végétale et fraîche.

Ch. Monlot Héritage de Monlot 2ème vin 86-87

La robe est sombre et le vin est dur, extrait, asséchant. Il faudra le revoir.

Monolithe 90-91

En pur cabernet-franc, ce qui est très rare, la robe est d’une belle densité avec des arômes d’une grande finesse. Le vin est élégant, raffiné, demi-corps, un rien sec en finale.

Ch. Montlabert 86-87

80 % merlot et 20 % cabernet-franc pour ce vin à la robe sombre et au nez végétal. Le vin est frais et végétal avec un boisé bien maîtrisé par rapport à 2017.

Ch. Moulin du Cadet Cru classé 91-92

Un vin 100 % merlot sur 2,85 ha vendangé manuellement le 5 octobre avec un rendement de 45 hl/ha. La robe est sombre, très sombre avec des arômes de fruits noirs. Le vin est souple, assez compact, ferme avec un joli velouté, un rien court.

Ch. Palais Cardinal 87-88

Nez de mûre. Le vin est de bonne densité, les tannins sont fins. Le vin est élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-franc.

Ch. Palatin 85-86

À Saint-Hyppolite. Robe noire, mais le vin est fluide, court.

Ch. Pas de l’Ane 86-87

Élaboré avec 55 % merlot, et45 % cabernet-franc, le vin est frais et un peu sec.

Ch. Patris Querre 87-88

Constitué de 90 % merlot et 10 % cabernet-franc, la robe est violette. Le nez est discret et le vin est fluide et équilibré à peine troublé par des tannins un rien verts.

Ch. Pavie 1er cru classé A Grand vin 95-96

La robe est très sombre avec un nez intense de mûre et de cassis. Le vin est dense, compact, tannique, très tannique même, mais avec de l’élégance. Il lui faudra de nombreuses années pour atteindre son apogée. Il titre 14,5° avec un pH de 3,6, soit à peu près la même chose qu’en 2017. Après une cuvaison de 38 jours, l’élevage s’effectue avec 80 % fût neuf. Le vin est élaboré sur 37 ha avec 60 % merlot, 22 % cabernet-franc et 18 % cabernet-sauvignon. Vendanges du 1er au 10 octobre.

Ch. Pavie Arômes de Pavie 92-93

La robe est noire et le premier nez est discret, puis il s’évade vers de belles notes de mûre. Le vin est souple, rond avec une petite dureté tannique, l’ensemble est arrondi par le boisé. Il est élevé avec 50 % fût neuf. Encépagement 68 % merlot, 18 % cabernet-franc et 17 % cabernet-sauvignon. Il titre 14,4° avec un pH de 3,6, soit pratiquement la même analyse que 2017.

Ch. Pavie-Decesse Cru classé 93-95

La robe est très noire avec un nez discret. Le vin est dense et suave avec de la rondeur, mais aussi avec une acidité très vive, l’ensemble sèche. Rendement de 32 hl/ha avec 14,5° et un pH de 3,6. Il est élaboré en 100 % fût neuf. Encépagement de 90 % merlot et 10 % cabernet-franc sur 3,65 ha.

Ch. Pavie-Macquin 1er cru classé 97-98

La robe est pratiquement noire avec un nez sur la réserve évoluant vers des notes de cuir. Le vin est dense et élégant avec un beau milieu de bouche moelleux ce qui est rare dans le millésime 2018, les tannins sont fermes, mais bien enrobés. Il est élaboré avec 78 % merlot, 20 % cabernet-franc et 2 % cabernet-sauvignon. Le merlot a été vendangé les 27 et 28 septembre, 1er, 2 et 5 et même le 9 octobre, le cabernet-sauvignon le 12 octobre et le cabernet-franc les 2 et 4 octobre. Son pH est de 3,45 en 2018, il était de 3,22 en 2016. Le calcaire parle et lui donne de la fraîcheur, les argiles n’ont pas subi de stress expliquent avec le grand savoir-faire le grand succès de Pavie-Macquin en 2018.

Ch. Petit Faurie de Soutard Cru classé 90-91

Propriété de l’AG2R Matmut depuis 2017, le vin se présente avec une robe noire. Le vin est demi-corps, harmonieux, un peu fluide, assez élégant. Il pourra se consommer, avec délice, relativement vite.

Ch. Petit Gravet Ainé 89-90

Certifié bio, la robe est grenat avec un très joli vin pur. Le vin est frais et de bonne densité, un peu plus sec que d’habitude, mais avec de jolis arômes et aussi un petit creux.

Ch. Petit Val La Muse du Petit Val 89-90

Cuvée de prestige du château Petit Val avec un peu plus de cabernet-franc. La robe est grenat sombre avec un nez boisé. Le vin est boisé aussi avec la belle fraîcheur du cabernet-franc.

Ch. Petit Val 88-89

Robe grenat et nez de fruits rouges. Le vin est léger et fluide.

Ch. Pindefleurs 89-90

Le vin est élaboré sur 19 ha de terroirs de graves et argilo-calcaires. La robe est grenat sombre avec un nez de mûre et d’épices. Le vin est souple, charmant, accessible, suave, peu extrait, petit amincissement en milieu de bouche, jolie finale épicée. Le vin est assemblé avec 90 % merlot et 10 % cabernet-franc.

Ch. Poesia 91-92

La robe est noire et nez discret avant d’exploser de fruits noirs. Le vin est souple et suave, petite dureté tannique, léger creux en milieu de bouche qui devrait se combler avec l’élevage. Le vin est élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-franc.

Ch. Puy Blanquet 89-90

Le vin est de bonne densité, assez droit, assez tannique aussi, petite minceur en milieu de bouche, finale de fruits noirs. Il est élaboré sur 20 ha du plateau argilo-calcaire avec 80 % merlot, 15 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon.

Ch. Quinault l’Enclos 93-94

Beaucoup de changements au château avec du nouveau matériel végétal et un nouveau cuvier parcellaire avec des futs neufs, des 500 l et des foudres. Le vin change aussi. La robe est violette avec un nez très fin. Le vin est élégant avec une belle acidité qui ne vient pas uniquement du cabernet-franc et du cabernet-sauvignon, mais qui vient du vignoble.

Ch. Quintus Grand vin 92-93

La robe est sombre avec des arômes de fruits noirs. Le vin est dense, serré, de bonne fraîcheur, mais onctueux tout de même. Il est élaboré avec 70 % merlot et 30 % cabernet-franc et il titre 15,2°.

Ch. Quintus Le Dragon de Quintus 2e vin 89-90

La robe est grenat et le vin de corpulence moyenne. Il joue la fraîcheur et le fruit.

Ch. Ripeau Cru classé 91-92

De robe grenat, le vin est marqué par de jolis arômes de fruits rouges. Le vin est frais et ouvert, léger, peu extrait, charmant. À déguster sur ce fruit délicieux qui ouvre une ère nouvelle.

Ch. Roc de Boisseaux 89-90

Ce château qui appartient à Marc Rivoal et Stéphanie de Boüard-Rivoal fait 8 ha sur des sols graveleux-sablonneux et argilo-sablonneux avec, en 2018, 80 % merlot et 20 % cabernet-franc. La robe est grenat et le nez est très intense, très fruits rouges. Subissant à plein la sécheresse, le vin est fruits rouges avec une structure légère. Il se boira assez vite.

Ch. Rochebelle Cru classé 88-89

La robe est grenat avec un nez très ouvert, fruits noirs. Le vin est harmonieux en attaque, plus rustique en finale, car sa fluidité fait un peu ressortir ses tannins.

Ch. Rol Valentin 91-93

Elaboré avec 90 % merlot et 10 % cabernet-franc, la robe est sombre avec un nez qui affiche ostensiblement une belle maturité du raisin. Le vin est ample, souple avec un beau fond riche et un rien de fraîcheur qui fait sortir de beaux arômes de framboise en finale. Un vin charmeur, suave, avenant.

Ch. Roylland 86-87

Constitué de 80 % merlot et 20 % cabernet-franc, la robe est sombre avec un vin léger et fluide.

Ch. Saint Georges Côte Pavie Cru classé 92-93

La robe est grenat et le nez discret comme d’habitude. Le vin est souple, charmant, sans les tannins un peu rudes de 2017 grâce à une extraction mesurée.

Ch. Saintem Saintayme 92-93

Ce vin de pur merlot, est charmeur et suave comme à son habitude, mais avec une pointe de fraîcheur supplémentaire. Il est élevé avec 30 % de fûts neufs.

Ch. Saint-Georges 93-95

De robe violette, le nez est magnifique, très pur. Le vin est dense et souple, très élégant, frais, toute en longueur. Le cabernet-franc a été ramassé le 9 octobre. Production d’environ 20 000 b. Depuis de nombreuses années, il a le calibre d’un cru classé, mais il n’est pas classé car il est vinifié dans le chai de Fonbel. Il est élevé en 100 % fut neuf avec 80 % merlot et 20 % cabernet-franc.

Ch. Sanctus La Bienfaisance de Sanctus 88-89

La robe est dense et le vin est un peu fluide, mais sans verdeur et avec de la douceur.

Ch. Sansonnet Cru classé 93-95

La robe est noire avec un beau nez de fruits noirs. Le vin est suave et élégant, la trace du terroir se retrouve avec des tannins d’une finesse exceptionnelle. Le vin est dense, belle maturité du raisin, les tannins sont fermes, la finale un rien asséchante. Le vin a été élaboré avec 90 % merlot, 7 % cabernet-franc et 3 % cabernet-sauvignon. Il est élevé en barriques neuves et deux amphores de 7,5 hl. Le rendement est de 35 hl/ha. Cabernet-franc et cabernet-sauvignon ont été ramassés le 15 octobre, les merlots du 26 septembre au 5 octobre. Grande bouteille en perspective.

Ch. Simard 90-91

La robe est violette avec un joli nez de ronce de mûre. Le vin est dense, assez tannique, mais doté d’un joli fruit. Il est élaboré avec 70 % merlot, 25 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon sur argilo-sableux et graveleux. Le vin est vinifié exclusivement en cuve et vendu en livrable uniquement.

Ch. Soutard Cru classé 94-95

La robe est sombre avec de belles notes de violette et de mûre. Le vin est dense et plein, il se sort bien de la chaleur du mois d’août grâce à ses terroirs argilo-calcaires, l’extraction des tannins est d’une grande justesse, l’équilibre superbe. Une vraie réussite, une des plus grandes du château.

Ch. Soutard-Cadet 90-91

Le vin a été élaboré sur 2,70 ha avec 90 % merlot et 10 % cabernet-franc. La robe est sombre avec un vin dense et compact qui possède fond et boisé, une grosse matière un peu rustique. Il a été élaboré en fût neuf et futs de 500 L. Les vendanges se sont déroulées du 1er au 9 octobre avec un rendement de 37 hl/ha. Production de 10 000 b et le vin titre 14,5°.

Ch. Tauzinat l’Hermitage 85-86

Un vin suave et charmant, facile d’accès. Il est élaboré avec 95 % merlot et 5 % cabernet-franc.

Ch. Tour Baladoz 87-88

La robe est grenat avec un seyant nez de fruits rouges. Le vin joue la fraîcheur du fruit avec des tannins toujours un peu fermes. Il a été élaboré avec 80 % merlot, 10 % cabernet-franc, 5 % petit verdot et 5 % cabernet-sauvignon.

Ch. Tour de Capet 87-88

La robe est violette et le nez discret. Le vin est souple, fluide, les tannins légers. À déguster sur ce beau fruit.

Ch. Tour Saint Christophe 89-90

La robe est noire avec un né de café et de fruits noirs. Le vin est structuré, ferme sur ses tannins, relativement corpulent, bien concentré avec de la fraîcheur. Il est élaboré avec 80 % merlot et 20 % cabernet-franc. Il est élevé avec 40 % de futs neufs et il titre 14,6°. Les vendanges ne se sont finies que le 15 octobre.

Ch. Trapaud 88-89

Les vignes sont situées à Saint-Etienne du Lisse et elles sont en bio. Le vin se présente avec un joli nez. Le vin est élégant, de demi-corps avec une petite dureté tannique à fondre.

Ch. Trianon 88-89

La robe est grenat sombre. Le vin est souple, léger, fluide, assez court avec une petite amertume en finale. À déguster sur son fruit.

Ch. Trimoulet 89-90

Une vieille connaissance qui revient à la surface avec un vin à la robe noire, des arômes de fruits noirs, et un vin dense et boisé, l’ensemble est bien construit.

Ch. Troplong Mondot 1er cru classé 94-97

La robe est sombre avec des arômes discrets, puis floraux. Le vin est de bonne densité, assez frais, de bonne longueur, fruits rouges et noir avec une finale très fraîche. Il a été vinifié sans sulfite avec 85 % merlot, 13 % cabernet-sauvignon et 2 % cabernet-franc. Les vendanges ont débuté précocement le 7 septembre, le gros a été ramassé en 8 à 10 jours, le reste sur un mois. Le millésime 2018 marque un changement spectaculaire de style. Après avoir été le dernier à vendanger, Troplong est le premier. Une nouvelle interprétation du terroir où la complexité vient de l’assemblage et non à la vinification. Une nouvelle ère. Le rendement est de 49 hl/ha (gros changement là aussi) avec 14,5° d’alcool et un pH de 3,56.

Ch. Troplong Mondot Mondot 2e vin 91-92

Elaboré en pur merlot, la robe est sombre avec des arômes très purs de fruits rouges. Le vin est frais, demi-corps, du fruit.

Ch. Trottevieille 1er cru classé Grand vin 95-96

La robe est sombre à reflets violets et le nez est magnifique, épicé à souhait. Le vin est élégant, de demi-corps, les tannins sont très fins, le merlot se fait cabernet, l’élégance est de mise avec une belle longueur et surtout une finale de grande classe. Le vin a été élaboré avec un pourcentage record de 54 % cabernet-franc, 44 % merlot et 2 % cabernet-sauvignon.

Ch. Trottevieille Dame de Trottevielle 2e vin 91-92

De robe sombre à reflets violets, le vin est élégant, de demi-corps avec une petite verdeur en finale qui s’apaisera dans un an. Il représente 35 % de la production. La Dame est une version plus légère et plus accessible du grand vin avec une pointe de fraîcheur. Le vin est élaboré avec 52 % merlot et 48 % cabernet-franc.

Ch. Valandraud 1er cru 95-97

La robe est très sombre avec un nez superbe de mûre et de cassis. Le vin est d’une rare élégance, il n’a pas sa puissance habituelle et Jean-Luc Thunevin s’est bien gardé de trop extraire, le milieu de bouche est même frais et aérien. Une facette peu habituelle de Valandraud qui ne manque pas d’intérêt. Le vin a été élaboré avec 90 % merlot, 4 % cabernet-franc, 3 % cabernet-sauvignon et 3 % malbec. Élevage de 24 à 36 mois en barriques neuves. Vendanges du 6 octobre au 14 octobre. La production est de 32 000 b. avec un rendement de 40 hl/ha sur 8,88 ha.

Ch. Valandraud Virginie 2e vin 93-95

La robe est noire avec des arômes très fruits noirs et d’épices. Le vin est souple, vanillé, plein, avec des tannins bien intégrés. Il a été élaboré avec 70 % merlot, 20 % cabernet-franc, 9 % cabernet-sauvignon et 1 % carmenère. Élevage de 18 à 24 mois en 100 % fût neuf. Vendanges du 20 septembre au 13 octobre. La cuvée fait 100 000 b avec rendement de 48 hl/ha sur 20 ha.

Ch. Villemaurine Cru classé 92-94

La robe est sombre avec de belles notes de mûre. Le vin est de bonne densité, beaucoup plus élégant que d’habitude, petit creux en milieu de bouche, un peu fluide aussi, mais charmant.
Xans Entre Amis 88-90
Voilà une dizaine d’années que Sébastien Xans a acheté une parcelle de vieux merlots, puis il s’est un peu agrandi. Vinifié dans un sablier de Radoux, le vin est très original avec un côté très épicé, atypique, mais passionnant.

Ch. Yon-Figeac Cru classé 91-93

Ce vin en progrès constants a été élaboré avec 81 % merlot, 13 % cabernet-franc et 6 % petit verdot. La robe sombre est impressionnante et le vin est dense, suave, certes de longueur moyenne et un peu sec pour le moment, mais très bien constitué. Après des années de galère, Yon-Figeac prend sa vitesse de croisière avec un 2018 qui est le plus grand de tous les temps.

Retrouvez les notes et commentaires de dégustation de Bernard Burtschy par région en cliquant sur les liens ci-dessous :

- Médoc
- Margaux
- Saint Julien
- Pauillac
- Saint Estèphe
- Moulis et Listrac
- Les Graves
- Pomerol et Lalande de Pomerol
- Les satellites
- Le Fronsadais et les vins de Côtes
- L'Entre-Deux-mers
- Les vins liquoreux