Les satellites de Saint-Emilion en 2018 : les terroirs froids se réveillent

Les satellites de Saint-Emilion en 2018 : les terroirs froids se réveillent

Inscrite au patrimoine de l’humanité par l’Unesco, la région de Saint-Emilion couvre plus de 5400 ha sur neuf communes avec ses appellations Saint-Emilion et Saint-Emilion Grand Cru et ses quatre types de terroirs (plateau calcaire, ses coteaux argilo-calcaires, ses pieds de côtes plus sablonneux et ses sols d’alluvions).

Mais derrière cet arbre immense se cache l’arbre des crus dits satellites de Saint-Emilion. Cinq villages, Montagne, Lussac, Parsac, Puisseguin et Saint-Georges, ont eu en 1921 le privilège de pouvoir accoler le précieux sésame de Saint-Emilion. Ils représentent des surfaces importantes : Montage 1600 ha, Lussac 1450 ha, Puisseguin 750 ha et Saint-Georges 185 ha, ce qui, mine de rien représente tout de même les trois quarts de la surface de Saint-Emilion. Le cinquième, Parsac, a préféré se fondre dans Montagne dans les années 70, tout comme d’ailleurs Saint-Georges, mais tous les producteurs n’ont pas suivi.

Plus discrets par nature, ils ont toujours été très raisonnables et n’on pas eu besoin d’afficher le boisé lorsqu’il était à la mode, ou maintenant la verdeur. Les sols sont pourtant les mêmes qu’à saint-Emilion, avec la même diversité. Tout au plus, les terroirs y sont globalement plus froids, ce qui a longtemps un handicap, mais devient un avantage dans le contexte du réchauffement climatique et le millésime 2018 en est un exemple patent.

Peu couverts par la presse avec des propriétés moins bling-bling, les prix sont restés très raisonnables. Le millésime 2018 est parfait pour découvrir de nouvelles pépites.

Lussac Saint-Emilion

Ch. Bel-Air Jean et Gabriel 91-92

La robe est noire avec un nez de mûre. Le vin est dense, serré. Élaboré sur argile, le raisin est mûr, le vin est un peu rustique, sanguin. Mais l’âge gommera ces aspérités pour donner une belle bouteille.

Ch. de Barbe Blanche 87-88

Robe grenat sombre. Le nez est un peu végétal et la bouche aussi.

Ch. de Lussac 90-91

Ce magnifique château dans le rôle-titre de l’appellation a tout pour en prendre le leadership. La robe est noire avec un nez de fruits noirs et de mûre plus particulièrement. Le vin est dense, serré, tannique, très fruits noirs, plus frais que d’habitude. Élaboré avec 80 % merlot et 20 % cabernet-franc, il lui faut toujours quelques années de bouteille et il vieillit magnifiquement. Vendanges du 26/09 au 11 octobre.

Ch. de Tabuteau 87-88

La robe est noire et le vin est un peu plus strict et un peu plus court que d’habitude. Donnez-lui un ou deux ans de sursis.

Ch. du Courlat Cuvée Jean-Baptiste. 90-91

Ce vin en pur merlot se présente avec une robe est noire et un nez de fruits noirs. Le vin est ample avec un beau milieu de bouche moelleux, il assez tannique, à la limite de la sécheresse comme souvent, mais il se rétablit en un an ou deux. Rendement de 46 hl/ha avec des vendanges du 1er au 10 octobre.

Ch. La Claymore 88-89

Issu d’un très joli terroir à Lussac, ce joli vin élaboré sur 50 ha en côte nord possède un joli raisin mûr et il est charmant. Il est élaboré avec 20 % malbec qui a mûri lui aussi.

Ch. La Grande Clotte L’Envolée 90-91

Élaboré sur un demi-hectare en pur merlot, le vin est souple, charmant, relativement frais. Il a été vendangé le 7 octobre.

Ch. La Rose Perrière 88-89

De robe noire, le vin est souple, un peu court, très frais. À déguster sur son fruit. Il est élaboré sur 6 ha avec 90 % merlot et 10 % cabernet-franc avec un rendement de 45 hl/ha. Il a été vendangé tard, jusqu’au 16 octobre.

Ch. La Tour de Ségur 88-89

La robe est grenat avec un joli nez de griotte. Le vin est souple, charmant, très fruité. À déguster sur ce fruit superbe.
Montagne saint-Emilion

Ch. Clos de Bouard 90-91

La nouvelle star de la région se présente avec une robe sombre et un nez très intense de cassis et de mûre. Le vin est dense avec un milieu de bouche très ferme et du moelleux, tout petit creux, belle finale de mûre. Le vin est élaboré sur une trentaine d’ha avec 85 % merlot, 10 % cabernet-franc et 5 % cabernet-sauvignon.

Ch. Clos de Bouard La dame de Bouard 86-87

La robe est grenat sombre avec un nez un peu végétal. Le vin est un peu fluide et végétal, mais bien construit sans creux et avec charme. Il est très en-dessous du grand vin, mais il joue sa partition de fraîcheur. Il est élaboré avec 60 % merlot, 30 % cabernet-franc et 10 % cabernet-sauvignon.

Ch. Faizeau 89-90

Elaboré en pur merlot, la robe est sombre. Le vin est suave et rond, tout en charme, sans aspérité. À déguster sur son fruit savoureux.

Ch. Flaunys 88-89

Le vin possède de la chair, il est souple et suave avec un joli fruit grâce à un beau merlot mûr.

Ch. Jura Plaisance 86-87

Le nez est joliment développé, le vin possède du fruit sur une taille svelte et un raide.

Ch. La Courolle 88-89

Avec son joli nez, le vin est de bonne densité, un peu strict mais de bonne longueur. Un beau potentiel.

Ch. La Papeterie 86-87

La robe est noire avec un joli nez. Le vin est de demi-corps, joliment fait, encore un rien sec sur ses tannins. Il est élaboré avec 90 % merlot et 10 % cabernet-franc.

Ch. La Picherie 87-88

La robe est noire avec un nez intense de mûre. Beau vin équilibré et charmant.

Ch. Messile Aubert 88-89

Cette valeur sûre d’une grande régularité se présente avec une robe noire avec un joli nez de mûre. Le vin est frais et pur, un rien végétal, mais de bonne densité. Il est élaboré avec 60 % merlot, 20 % cabernet-franc et 20 % cabernet-sauvignon.

Ch. Reclos de la Couronne 87-88

Pur merlot pour ce vin à la robe sombre et au nez de cuir de Cordoue. Le vin est souple, très cuir, fluide, un peu sec en finale.

Ch. Roc de Calon 87-88

La robe est sombre avec un joli nez de mûre. Un beau vin équilibré avec de la fraîcheur et une bonne longueur.

Dom. Simon Blanchard Guitard 92-93

On ne dira pas que les cordonniers sont les plus mal chaussés. Le consultant vedette de l’équipe Derenoncourt montre l’exemple avec un vin d’une belle complexité aromatique, élégant et raffiné, avec de la classe. Il s’est aussi choisi de bons outils puisque le vin est élaboré avec 83 % de cabernet-franc.

Dom. Simon Blanchard Au champ de la Fenêtre 91-93

Autre champ d’expérience du consultant Simon, Blanchard, le merlot. Ce vin de pur merlot se présente avec une robe sombre et un joli nez de cassis. Le vin est frais et pur, beaucoup de fraîcheur même et pourtant en pur merlot. Quelle leçon !

Ch. Teyssier 91-92

La robe est sombre et le vin est dense, assez frais avec ses jolis fruits rouges.

Ch. Tour Bayard 87-88

La robe est sombre avec un nez discret évoluant vers des notes d’herbe fraîche. Le vin est vert et fluide, tout en fraîcheur. Il est élaboré avec 80 % merlot et 20 % cabernet-franc.

Ch. Vieux Palon 89-90

La robe est encre noire impressionnante avec un nez intense de cassis noir et de fumée de cheminée. Le vin est souple et dense, dans son style unique et frais. Il est élaboré avec 75 % merlot et 25 % cabernet-franc.

Puisseguin Saint-Emilion

Ch. Clarisse Vieilles vignes 89-90

La robe est noire avec un très joli nez expressif. Le vin est compact, ferme, un peu austère, un peu revêche en ce moment. Un peu de temps en bouteille lui donnera la sagesse.

Ch. de L’Anglais 86-87

Un vin de demi-corps, il manque un peu de fond, mais il est de bonne facture. Il se fera vite.

Ch. Durand Laplagne 86-87

Le vin possède incontestablement de la chair, mais il est un peu sec sur ses tannins.

Ch. La Diligente 88-89

La robe est sombre. Le vin est frais, mais un peu court et étriqué. Il se fera vite.

Retrouvez les notes et commentaires de dégustation de Bernard Burtschy par région en cliquant sur les liens ci-dessous :

- Médoc
- Margaux
- Saint Julien
- Pauillac
- Saint Estèphe
- Moulis et Listrac
- Les Graves
- Pomerol et Lalande de Pomerol
- Saint Emilion
- Le Fronsadais et les vins de Côtes
- L'Entre-Deux-mers
- Les vins liquoreux