La région de l’Entre-deux-Mers

La région de l’Entre-deux-Mers

Insérée entre la rive gauche de la Dordogne et la rive droite de la Garonne, l’Entre-deux-Mers est une vaste région très méconnue qui comprend neuf des trente-trois cantons de la Gironde. Capable du meilleur et du moins bon, elle est avant tout connue pour ses vins blancs qui peuvent prendre l’appellation Entre-deux-Mers (à ne pas confondre avec la région).

Très vallonnée, son socle est constitué de calcaire à astéries qui a beaucoup servi à bâtir les grands bâtiments de Bordeaux, mais elle possède une grande variété de terroirs. Avec ses 7000 ha, elle représente la plus vaste région d’appellation contrôlée de la France.
Elle produit bien sûr des vins blancs, des vins secs mais aussi des vins liquoreux à Loupiac et à Sainte-Croix du Mont. Elle possède aussi une belle palette de vins rouges en appellation Bordeaux, Bordeaux Supérieurs, Cadillac Côtes de Bordeaux, Graves de Vayre, etc.

Ces notes de dégustation sont issues des dégustations dites  en primeurs  qui ont eu lieu fin mars, début avril 2019, le plus souvent à l’aveugle, mais pas toujours et même un peu moins depuis que l’Union des Grands Crus a décidé de proscrire ce mode de dégustation. Les raisins ont été récoltés à l’automne 2018, ils ont été vinifiés et les vins sont en début d’élevage et loin d’être mis en bouteilles. Elles ne sont qu’une indication totalement dépendante de l’échantillon présenté. Nous les dégusterons à nouveau et en bouteille en 2021, puis encore en 2022 pour un avis plus définitif.

Les vins rouges de l’Entre-deux-Mers De belles pépites en 2018

La vente des vins en primeurs est orientée vers les vins célèbres et chers, parfois spéculatifs et beaucoup d’analyses ne s’intéressent qu’à eux. Pourtant, le consommateur qui achète et déguste ses bouteilles, surtout s’il est plus intéressé par le contenu que par l’étiquette, ferait bien de faire un tour dans la région de l’Ente-deux-Mers. Il y découvrirait non seulement des bons vins à prix très raisonnables, mais même des grands vins qui pourraient faire des malheurs dans les dégustations à l’aveugle.

AOP Bordeaux Claret

Ch. Penin 90-91

La robe est soutenue avec de beaux arômes de fruit frais. Le vin est équilibré, d’une belle densité avec du charme. Il est élaboré en pur merlot.

AOP Bordeaux Rosé

Ch. Penin 89-90

La robe est rose pâle très à la mode avec un joli nez avec de la personnalité. Le vin est souple, facile d’accès. En pur merlot.

Ch. de Cérons 87-88

La robe est rose pâle à la mode. Le nez est discret. Le vin est léger, un peu fluide, mais espiègle. En pur merlot.

Ch. de Pressac 89-90

La robe suit la couleur mode avec un très joli nez très avenant. Le vin est de bonne densité avec de la personnalité et un bel élevage qui lui donne un charme fou. Une réussite.

AOP Bordeaux

Bad Boy 90–91

Un vin compact, assez tannique, très fruits rouges avec une petite dureté et même un peu plus sévère, ce qui fait effectivement mauvais garçon, mais pas mauvais bougre du tout. Avec une vraie personnalité qui ne passe pas inaperçue et qui fera merveille à table.

Clarendelle 88-89

Elaboré par l’équipe de Haut-Brion, un vin délicieux et suave avec une petite sucrosité même et des tannins légers. Pour une cuvée de 850 000 b, c’est une jolie performance parfaitement adaptée au marché.

Clos de la Molénie 88-89

La robe est grenat et le vin est souple et fluide, élaboré sans sulfite ce qui mieux pour notre santé. Joli vin.

Ch. La Freynelle Cuvée Cabernet-sauvignon 89-90

Elaboré par Véronique Barthe en pur cabernet-sauvignon, la robe est toute noire avec un agréable nez de cassis. Le vin est dense, compact, serré, légèrement boisé. Un beau vin.

Ch. Pilet 88-89

La robe est noire avec un nez de mûre et de cassis. Le vin est souple avec une petite sucrosité ce qui est charmant. Il est mis en bouteille avant les vendanges.

Virginie Thunevin 90-91

La robe est sombre et le vin est rond et suave avec de la rondeur et du charme. Un très joli Bordeaux d’une qualité très régulière.

AOP Bordeaux Supérieur

Balthus 92-93

Le vin est élaboré en pur merlot comme à son habitude et le nez est splendide. Le vin est souple et ample avec une toute petite mollesse en milieu de bouche mais redoutablement charmeur en finale.
Ch. Brande-Bergère Cuvée O’Byrne 87-88
La robe est sombre avec un beau nez de mûre. Le vin est élégant avec un peu de végétal en finale qui en devient mentholée.

Ch. de Brague 86-87

Elaboré sur 20 ha, le vin est souple, prêt à être dégusté rapidement, séducteur.

Dom. de Courteillac 89-90

De robe grenat, le vin est souple avec un peu plus de fraîcheur que d’habitude qui lui sied bien.

Ch. de La Ligne Cuvée Prestige 89-90

Logé dans une bouteille lourde, le vin est élaboré sans soufre sur un joli terroir de coteaux. Le vin est charnu avec encore une petite dureté tannique, mais de fort belle tenue.

Ch. du Bernat Exception 90-91

La robe est noire et le vin est élégant, d’une belle longueur, de demi-corps, aérien grâce à son terroir calcaire.

Ch. Grand Village 90-91

Elaboré par les Guinaudeau du château Lafleur, le vin est frais, d’une belle longueur, le vin est marqué par la classe des bouchets. Le vin n’a pas subi d’impact du gel, mais un ha d’arrachage anticipé. Il est élaboré avec 79 % merlot vendangé du 24 au 28 septembre et 22 % d’un splendide cabernet-franc ramassé les 5 et 6 octobre.

Ch. Gree Laroque 89–90

Toujours remarquablement réussi, la robe est dense avec un nez intense. Le vin est élégant avec de la richesse mais pas trop, encore un petit creux mais qui disparaîtra vite.

Ch. Jean Faux 88-89

Très joli nez très élégant. Le vin est souple, charmant, avec un peu plus de cabernet-franc qui lui donne une fraîcheur bienvenue.

Ch. La Tulipe de La Garde 87-88

Le nez discret et le vin est frais, plus frais que d’habitude, une petite dureté aussi qui signe le millésime. Dans un an, elle aura disparu.

Ch. Lafite Monteil Grande réserve 88-89

Elaboré sur un terroir argileux, le vin se présente avec un très joli nez de mûre. Le vin est souple, charmant avec ses petites notes fumées guillerettes d’autant qu’on s’est bien gardé de trop extraire.

Ch. Lajarre Eléonore 89-90

Robe sombre. Nez d’enfer très merlot. Le merlot est tonitruant, un peu rustique, finale puissante. Tout en puissance

Ch. Lamothe-Vincent Grand Rossignol 87-88

Elaboré en pur merlot, la robe est sombre. Le nez est discret, mais le vin est souple, légèrement tannique, un rien court, mais plein de charme. À déguster avec plaisir dès à présent.

Ch. Le Pin Beausoleil 90-92

Robe noire et le vin est dense, d’une grande longueur avec une finale splendide. Une vraie réussite qui fera des malheurs à l’aveugle.

Les Perrières de Lafleur 90-91

Les plants sont issus des bouchets de Lafleur et plantés sur la variante calcaire à astéries du fronsadais. Le vin est élaboré avec 51 % de bouchets vendangés le 8 octobre et 49 % merlot vendangés les 25 et 27 septembre. Le nez est intense, un peu animal dû à la réduction, il devient ensuite très fruits noirs. Le vin est très fin avec de la fraîcheur et l’impact du calcaire qui donne un vin plus aérien, demi-corps, les tannins sont très fins aussi. Une belle bouteille.

Ch. L’Escart Cuvée Eden 89-90

Elaboré en biodynamie, le vin est compact et serré. Il s’est sorti sans problème du mildiou, le vin est encore un peu rustique, mais quelle matière!

Ch. l’Isle Fort 89-90

De robe grenat violet, le vin est souple, charmant avec un moelleux ravageur. Ce beau moelleux vient d’une belle maturité du raisin, car il est élaboré avec, entre autres, 50 % cabernet-sauvignon et 32 % cabernet-franc.

Ch. Malromé 89-90

Ce vin que n’aurait pas renié Toulouse-Lautrec se présente avec une robe toute noire. Si le nez est discret, le vin est dense avec du fond et des tannins encore un peu âpres. Ils s’assagiront au collage.

Ch. Marjosse 89-90

Elaboré par Pierre Lurton qui dirige Cheval Blanc et Yquem, excusez du peu, la robe est très sombre et le nez intense, très cassis. Le vin est dense et frais, d’une belle profondeur avec une précision du fruit. Clairement, une nouvelle époque s’ouvre car il est de haut niveau. Il reste juste à affiner un peu les tannins, mais quel beau fruit!

Ch. Meaume 85-87

Le vin souple, un peu court, plus court, d’un charme immédiat. À déguster sur le fruit.

Ch. Penin Les Cailloux 90-91

Elaboré comme d’habitude en pur merlot, sa robe est grenat. Le nez est dominé par la mûre. En bouche le vin est charmant en attaque, un peu plus frais que d’habitude en milieu de bouche, la finale est suave. Un beau vin d’une régularité sans faille.

Ch. Pey La Tour Réserve du Château 89-90

De robe grenat, le vin est ample, avec de la matière et une belle longueur. Le vin a gagné en fraîcheur et en élégance. Cette cuvée est élaborée sur un tiers du vignoble de 140 ha avec 88 % merlot vendangé du 20 septembre au 8 octobre, 10 % cabernet-sauvignon du 10 au 15 octobre et 2 % petit-verdot le 10 octobre. Le cabernet-franc vendangé du 20 septembre au 1er octobre n’a pas pu être intégré dans la cuvée qui est, comme toujours, un des plus beau rapport qualité prix.

Ch. Peyfaures 89-90

La robe est grenat sombre avec un nez très élégant. Le vin joue la finesse et la fraîcheur avec une petite dureté tannique qui disparaîtra. Il est élaboré avec 85 % merlot, 8 % cabernet-franc et 7 % cabernet-sauvignon.

Ch. Peyfaures Dame de Cœur 90-91

La Dame est élaborée avec 80 % merlot et 20 % cabernet-franc. La robe est d’un violet profond avec un nez très cassis. Le vin est dense, élégant mais avec une petite dureté qui dénote un peu de stress sur la vigne, hélas. Mais l’élevage devrait le gommer.

Ch. Reignac Grand Vin 93-95

La robe est très sombre avec un nez d’une grande richesse. Le vin est ample et généreux avec un joli velouté et beaucoup de charme. Les tannins sont présents bien sûr, gage d’une grande longévité, mais les tannins sont très fins. Reignac élabore encore un vin de très haute tenue qui rivalise avec les meilleurs crus classés et il battra plus des deux tiers dans une dégustation à l’aveugle. L’assemblage de ce vin immense est de 67 % merlot, 25 % cabernet-sauvignon et 8 % cabernet-franc. À acquérir en priorité par les amateurs plus passionnés par le contenu que par l’étiquette.

Ch. Sainte-Barbe 89-91

La robe est grenat sombre avec un nez enjôleur. Le vin est souple, joliment boisé, plein de charme. Une bête de concours qu’il gagne souvent d’autant qu’il est issu d’un assemblage complexe avec 85 % merlot, 8 % petit verdot, 4 % cabernet-sauvignon et 3 % cabernet-franc.

Ch. Sainte-Marie Vieilles vignes 88-89

La robe est grenat avec un nez intense, fruits noirs. Le vin est souple et charmant, de demi-corps avec de la fraîcheur en finale. Il a été élaboré avec 72 % merlot et 28 % cabernet-sauvignon.

Ch. Subilaux 90-91

Ce vin de l’écurie Thunevin joue la densité et le fruit avec un vin charmeur, très framboise, fort bien constitué avec un très joli merlot.

AOP Cadillac Côtes de Bordeaux

Ch. Clos Chaumont

Issu en partie d’un terroir calcaire et pour l’autre en argilo-calcaire, le vin est de bonne densité, équilibré avec un joli fruit et une fraîcheur bienvenue. Le vin a été élaboré avec 70 % merlot, 20 % cabernet-sauvignon et 10 % cabernet-franc.

Ch. Coteaux de Lou 85-86

L’excellent château du Cros plus connu pour ses blancs élabore ce vin à la robe grenat. Le vin est frais, tendre, il joue le fruit. À déguster sur ce beau fruit.

Ch. De Marsan 85-86

Elaboré sur des coteaux argilo-graveleux, la robe est grenat. Le vin est très fruits rouges. D’une maturité un peu juste, il joue la fraîcheur, ce qui n’est plutôt bien vu à notre époque.

Dom. de Saint-Amand 88-89

Cette propriété non exploitée depuis cinq ans, a été reprise en main par une néo productrice. Le vin possède un joli fond avec un beau cachet, l’extraction est encore un peu maladroite, mais  ensemble de belle tenue.

Ch. du Payre L’Ancestrale 86-87

La robe est très noire. Le vin est souple, un peu sec sur ses tannins pour le moment. Mais cela devrait s’arranger dans un an.

Ch. Haut-Coulon 87-88

Le vin a été élaboré avec 60 % merlot, 20 % cabernet-franc et 20 % petit verdot, ce qui explique en partie sa robe très noire et son nez assez particulier. Le vin est souple en attaque, la masse tannique est impressionnante. Il faudra lui donner du temps d’autant que le merlot un peu fluide a du mal à contenir la charge tannique.

Ch. Lafitte 87-88

La robe est pratiquement noire avec un nez très fin de myrtille. Le vin est souple, un peu fluide et léger. Il se fera vite. Il est élaboré avec 75 % merlot, 20 % cabernet-sauvignon et 5 % cabernet-franc.

Ch. Puy Bardens 89-90

Le château s’étend sur 20 ha sur un beau plateau. Le vin se présente avec peu plus de sucrosité (il affiche 15,5° au compteur), mais l’ensemble est équilibré avec une belle finale de cabernet-franc. Il a été élaboré avec 80 % merlot et 20 % cabernet-franc.

Ch. Réaut 88-89

Elaboré avec 75 % merlot, 15 % cabernet-sauvignon et 10 % cabernet-franc, la robe est grenat sombre avec un nez très intense de fruits rouges. Le vin est souple et charmant avec une belle rondeur en milieu de bouche et une pointe de fraîcheur et tannique en finale. Une belle bouteille en perspective dans un an ou deux.

Ch. Reynon 89-90

Le vin du regretté professeur Denis Dubourdieu a été élaboré avec 61 % merlot, 25 % cabernet-sauvignon et14 % petit verdot. Sa robe est grenat sombre avec un nez profond de mûre. Le vin est ample, généreux, déjà abordable avec un raisin d’une bonne maturité. Il faudra lui donner deux ans pour polymériser ses tannins.

Ch. Ricaud Grand vin 88-89

La robe est sombre. Le vin est ample, et frais petite pointe tannique. Donnez-lui un an ou deux. Le vin a été élaboré avec 66 % cabernet-sauvignon vendangé très tard du 10 au 17 octobre, 29 % merlot du 20 septembre au 8 octobre et 5 % petit-verdot du 11 au 17 octobre. Le cabernet-franc vendangé le 8 octobre n’a pas été intégré.

Ch. Saint-Nicolas 88-89

Etabli sur des sols sablo-graveleux et argilo-graveleux, ce joli vin dense est de bonne longueur avec de jolies notes épicées, l’ensemble est très accessible.

AOP Côtes de Bordeaux

Ch. Pilet Cuvée Prestige 90-92

Cette parcelle issue du château Pillet est plantée sur la partie dominante de la Gironde où sont plantés les vieux plants de cabernet-sauvignon. Le cépage s’impose par un joli nez de cassis, l’ensemble est très élégant, tout en longueur avec belle finale. À suivre.

AOP Graves de Vayre

Ch. de Lesparre 87-88

Elaboré avec 80 % merlot et 20 % Cabernet, la robe est grenat avec nez de fruits rouges. Le vin est frais, un peu végétal.

Ch. du Petit Puch 87-77

Elaboré avec 80 % merlot et 20 % cabernet, le vin est souple, les tannins sont un peu fermes, il possède du fond. Joli vin.

AOP Sainte Foix Côtes de Bordeaux

Ch. Hostens-Picant 88-89

Le vin est élégant, long et dense, un peu plus frais que d’habitude. Il pourra se déguster relativement rapidement.

Ch. Hostens-Picant Lucullus 90-91

La robe de cette cuvée spéciale est dense et le vin est souple et charmant, déjà très accessible, mais il possède une très belle matière grâce à un merlot de choc et un brin de fraîcheur apporté par le cabernet-franc. Patientez un an ou deux pour qu’il s’exprime entièrement.

Les vins blancs de l’Entre-deux-Mers et d’ailleurs

Pendant longtemps, les vins blancs étaient majoritaires à Bordeaux. Aujourd’hui, Bordeaux produit 80 % de vins rouges et rosés, ainsi que 20 % de vins blancs, toutes catégories confondues, en secs, moelleux et liquoreux. Les vins blancs secs occupent une surface de 5000 ha (sur 117 000), essentiellement concentrés dans l’Entre-deux-Mers, même s’il est très chic d’en planter dans le Médoc ou dans le Libournais, sans compter la région traditionnelle des Graves bien sûr.

La production des vins blancs secs continue de diminuer à Bordeaux. Pourtant, ils n’ont jamais été aussi bons techniquement, en particulier dans la vaste région de l’Entre-deux-mers qui est un réservoir inépuisable d’excellents vins blancs secs à des prix ultra-compétitifs, qui sont parmi les meilleurs du marché mondial.
Le millésime 2018 est là pour le prouver avec toute une série de vins de haute volée que ce soit dans le cépage aujourd’hui mondial qu’est devenu le sauvignon, que dans le cépage plus confidentiel, mais à haute personnalité qu’est le sémillon avec des vins très attachants.

Suivant la voie tracée par le professeur Denis Dubourdieu qui nous a quitté récemment, toute une partie de la région s’est tournée vers le cépage sauvignon avec un style tout en droiture et en fraîcheur aidée par des récoltes précoces et une vinification en cuve inox. Fini les faux goûts, le dernier des vins est vinifié avec franchise et avec des règles rigoureuses d’hygiène, la plupart jouant la fraîcheur avec des arômes mentholés, dans les grands standards mondiaux pour une consommation précoce. Beaucoup de ces vins se vendent entre cinq et dix euros, ce qui en fait le meilleur rapport qualité-prix dans le monde.

Toujours dans le cépage sauvignon, certains recherchent une maturité un peu plus avancée du cépage pour des vins plus amples avec des élevages en fûts de chêne et même parfois d’acacia. Ce deuxième style donne des vins plus complets qui évoluent avec grâce dans le temps. Ils sont à peine plus chers avec des vins complets da haute gastronomie qui n’ont guère d’équivalent dans le monde d’autant qu’ils panachent savamment entre les cépages sauvignons blancs et gris.

Enfin, il faut parler du cépage sémillon, base des vins liquoreux bien sûr, mais aussi de vins blancs secs très originaux. Ce cépage qui vieillit remarquablement n’a pas d’équivalent dans le monde, à part une petite vallée australienne, et encore. Il donne des vins un peu plus colorés et autrefois plus oxydatifs. Mais aujourd’hui, toutes les productrices et tous les producteurs savent se prémunir des effets de l’oxydation et les vins sont de haute tenue, en particulier dans le millésime 2018 qui a engendré des vins superbes même en pur sémillon et qui évoluent admirablement dans le temps. Autre fait notable, les sucres résiduels ont été chassés et les vins sont entièrement secs.

Très souvent, les producteurs assemblent les deux cépages pour garder à la fois la fraîcheur du sauvignon, mais aussi le côté plus complet et plus ample du sémillon. Dans un premier temps, le sauvignon qui est un sprinter s’impose tant en nez qu’en bouche avec ses arômes d’agrumes et sa fraîcheur.

Mais au bout d’un an ou parfois deux, le sémillon qui est un coureur de fond impose sa marque avec ses arômes plus complets de miel et sa générosité, et il tient l’édifice pendant des années. Selon la proportion de sauvignon et de sémillon, tout est possible en ce domaine, le vin jouera le court terme ou un terme plus long dans un exercice d’équilibriste entre fraîcheur et complexité. À chacun de choisir selon ses envies.

Avec son surcroît de fraîcheur, le millésime 2018 a été particulièrement favorable aux vins blancs secs de Bordeaux, en particulier dans les terroirs un peu plus froids (mais un peu moins dans les terroirs de graves). Tous les vins dégustés sont de belle tenue, ce qui est très rare. Mais bon nombre d’entre eux dépassent largement ce stade pour aller vers des vins plus complets, à des prix ultra-compétitifs. Bref, en un mot comme en cent, ruez-vous vers les « petits  bordeaux blancs secs, petits par le prix et non par la qualité qui est géniale.

Par ailleurs, en dehors de la région des Graves grande productrice de vins blancs et qui est traitée dans la partie qui lui est consacrée, nous avons regroupé dans cette section tous les blancs produits ailleurs comme dans le Médoc par exemple.

AOP Bordeaux blanc

Absolu 92

Élaboré en pur sauvignon, blanc et gris, le nez affiche effectivement de beaux arômes mentholés d’une belle pureté. Le vin est élégant, demi-corps, très fin avec une belle palette aromatique. Un vrai style. Le vin est logé dans une bouteille spéciale qui peut ravir ou repousser. Mais le vin est à la hauteur. 9,90 €

Ch. Ballan-Larquette 89

Moitié sauvignon, moitié sémillon pour ce vin élaboré en cuve. De robe pâle légèrement soutenue, le nez est intense, très sauvignon citronné comme souvent à ce stade. En bouche, si le vin possède beaucoup de gaz carbonique, il ne manque ni de matière ni de volume, et la finale est fort séduisante. Un super rapport prix plaisir. 6,25 €

Ch. Bel Air Perponcher 89

De robe paille, le vin se présente avec un joli nez complexe agrémenté de notes de miel. Le vin est de bonne ampleur avec une petite amertume et joli milieu de bouche, la finale est encore un peu réservée. Le vin a été élaboré avec 82 % sauvignon blanc, 15 % sémillon et 3 % Muscadelle.

Ch. Belle Garde 91

Au premier abord, le nez discret, mais il évolue vers une belle complexité. Le vin est dense, équilibré, il possède du fond et de la complexité. Certes, mais il n’est pas très long, mais il déborde de charme. Il a été élaboré avec 70 % sauvignon gris, 20 % sémillon et 10 % sauvignon blanc. 5,65 €

Ch. Bourdicotte 89

Élaborée avec deux tiers de sauvignon et un tiers de sémillon, la robe est paille avec un nez intense de foin coupé. Le vin est souple avec une petite amertume et même un peu de tannins, mais le tout est enrobé d’une jolie matière qui lui donne un vrai fond. Un vin de gastronomie.

Ch. Briot 88

De robe pâle, le nez est très intense, très sauvignon citron vert avec une pointe de pêche. Le vin est de bonne densité avec toutefois une petite amertume, mais le joli milieu de bouche est bien construit, l’ensemble un rien court. Le vin de soif par excellence. Il a été élaboré en pur sauvignon en cuve inox. 16,00 €

Ch. Claouset 86

De robe pâle, le nez est discret. Le vin est frais, honnêtement constitué, de longueur moyenne, un peu fluide, d’une grande franchise. Il a été élaboré sur 5 ha avec 60 % sauvignon, 35 % sémillon et 5 % muscadelle. 6,00 €

Clarendelle 87-88

Le nez est très intense et le vin est souple avec une vraie complexité pas écrasée par le sauvignon, d’un bel équilibre. Un vin plaisir élaboré avec 42 % sémillon, 30 % sauvignon et 28 % muscadelle.

Ch. de Bonhoste Cuvée Prestige 92

Cette cuvée de prestige de robe paille est élaborée avec 90 % de sauvignon gris, ce qui est rarissime, au côté de 5 % sémillon et 5 % muscadelle. Le nez très intense, très miel avec des notes fumées. Le vin est suave avec de la complexité, un superbe milieu de bouche très plein, l’ensemble possède une vraie classe avec une finale splendide de fruits secs grillés. Il dépasse bien des crus classés de graves dans un style très personnel. Bravo ! 9,90 €

Ch. de Bonhoste 89

De robe paille, le nez se présente avec un festival de fruits exotiques. Le vin est ample, corsé avec une petite amertume mais avec du fond et un très beau sémillon qui ne représente pourtant que 30 % de l’assemblage au côté de 60 % sauvignon et 10 % muscadelle. Un vin à forte personnalité. 6,80 €

Ch. de l’Aubrade 89

De robe pâle, le vin se présente avec un joli nez de sauvignon avec un peu de verdeur et aussi d’agrumes. Le vin est léger, équilibré, charmant, d’une belle longueur avec une finale aérienne. Il a été élaboré en cuve inox avec 60 % sauvignon, 20 % sémillon et 20 % muscadelle. 5,10 €

Ch. de Ricaud 91

Élaboré avec le sauvignon et le sémillon à parts égales par les équipes Dourthe, ce vin est une belle réussite. La robe est paille avec un joli nez élégant construit sur le sauvignon pour le moment avec des notes de pamplemousse. Le vin est de bonne densité, enrobé, équilibré avec une bonne complexité et une jolie finale mentholée. Bravo !

Ch. d’Haurets 87

La robe est pâle avec un nez dominé par le sauvignon. Le vin est élégant et frais, de demi-corps, une petite amertume et du corps en finale.

Dourthe La Grande Cuvée 88

Macération pelliculaire, fermentation à basse température : Dourthe a été un des premiers à utiliser ces techniques innovantes pour mettre en valeur le cépage sauvignon. La robe est très pâle et le nez délicatement sauvignonné avec un peu de verdeur. Le vin est souple, un peu végétal, un peu court aussi, très propre avec de la fraîcheur. Année après année, il est bien dans son style.

Dourthe N° 1 Sauvignon blanc 87-88

Dourthe n° 1 a été créé en 1988 pour mettre en valeur le cépage sauvignon et il a été un des tout premiers dans cette démarche. Depuis, il a été beaucoup imité et le niveau général a augmenté. Mais il reste le porte-drapeau dans son style avec un vin à la robe pâle, très pâle, translucide. Le nez est moyennement intense, un peu végétal, très franc et droit. Le vin est léger, fluide et frais, bien construit avec un peu plus de chair et d’ampleur pour ce vin à grand spectacle.

Ch. du Cros 88

Ce vignoble réputé de Loupiac produit depuis de nombreuses années un très joli bordeaux blanc sec à base de sauvignon avec une pincée de 5 % de sémillon. De robe pâle, le nez est intense, très sauvignon bien sûr. Le vin est frais avec une honnête densité, une petite amertume, de la longueur, et une très jolie finale complexe avec une touche de fruits de la passion. 7,90 €

Ch. Gandoy Perrinat 88

Le château arbore fièrement sur son étiquette la date de 1281 qui est la fondation du domaine par Edouard 1er Plantagenêt, roi d’Angleterre et duc d’Aquitaine. Élaboré en pur sauvignon, la robe est très pâle avec un nez très intense, très sauvignon bien sûr, version agrumes et fleurs blanches. Le sauvignon est à forte personnalité, un peu musqué, une petite amertume aussi.

Ch. Grand Jean 88

Construit avec une large part de sémillon (70 %), la robe est légèrement paille avec des arômes discrets mais fins. Le vin est ample avec du corps en milieu de bouche, l’ensemble est clairement fermé avec une petite amertume, mais le sémillon qui le domine lui assure un grand avenir, les 30 % de sauvignon lui donnant un honnête support acide. Il sera bien meilleur dans un an. 6,80 €

Ch. Grand Village 89-90

De robe pâle, le vin est souple, marqué par le sauvignon gris vendangé entre le 3 et 5 septembre. Les 25 % de sémillon ont été vendangés les 31 août et 4 septembre.

Ch. Grand-Village Les Champs Libres 90-92

Un vin 100 % sauvignon blanc vendangé les 3, 5 et 6 septembre. Ce sauvignon donne un très joli nez très élégant avec des notes de miel sans la moindre trace végétale. Le vin est lisse, sans lourdeur grâce à une belle acidité.

Ch. Grangeneuve 87

Ce vin de pur sauvignon se présente avec une robe pâle un rien soutenue. Le vin est léger et fluide avec un peu de verdeur qui lui donne de la fraîcheur et une bonne matière.

Ch. Guichot 88

Voilà une petite dizaine d’années que s’est installé ce jeune producteur et il a atteint sa vitesse de croisière. Élaboré avec eux tiers de sauvignon et un tiers de muscadelle, la robe est très pâle avec un nez discret. Le vin est aussi peu expressif pour le moment, mais s’il est totalement fermé, il est équilibré, très pur, avec du fond et très joliment mentholé en finale. Une belle bouteille en perspective dans un an ou deux.

Ch. Guiteronde 86

Ce domaine en conversion vers l’agriculture biologique se présente avec un vin à la robe pâle et des arômes moyennement intenses. Le vin est souple, un peu court, la finale est légère. 7,20 €

Ch. Haut Rian 91

De robe paille, le joli nez est d’une belle complexité avec de délicats arômes d’acacia. Le vin est ample avec un beau fond donné par un sémillon splendide, l’ensemble est équilibré, complexe, pur, franc, d’une belle longueur. Un vin remarquable à tout petit prix. 5,20 €

Ch. Haut-Rieuflaget 86

La robe est très pâle et le vin est peu expressif, léger et fluide, d’une bonne franchise. À boire sur sa jeunesse.

Ch. Jean Faux 89-90

La robe est pâle avec un vin souple, charmant, presque soyeux.

Ch. La France 88

De robe pâle, le nez est intense, très marqué par un beau sauvignon d’une belle complexité avec une pointe végétale. Le vin est ample avec du fond et un sauvignon un peu vert mais contrebalancé par un beau sémillon, la finale se termine sur des notes d’herbe verte. Il est constitué de 53 % sauvignon blanc, 15 % sauvignon gris et 32 % sémillon le tout vinifié en cuve. 6,50 €

Ch. La Maroutine 90

Élaboré avec 80 % sauvignon et 20 % sémillon, la robe est paille légère avec un nez très discret. Le vin est ample grâce à un beau sémillon qui est pourtant minoritaire, la petite amertume est vite masquée par des petites notes fumées et une belle matière.

Ch. La Tuilerie 91

De robe pâle, le nez est très intense marqué par le sauvignon qui représente 80 % de l’assemblage au côté de 18 % sémillon et 2 % muscadelle. Le vin est souple avec un beau raisin mûr ce que ne laissait pas présager le nez, l’ensemble est suave avec un très bon potentiel et une petite amertume très noble. Belle réussite pour ce vignoble qui a toujours été travaillé mécaniquement sans utiliser de désherbant. 5,15 €

Ch. Lamothe-Vincent Héritage 88

Élaborée avec 55 % de sauvignon et 45 % de sémillon, la robe est paille avec un nez très intense à la fois fumé et boisé. Le vin possède beaucoup de CO2, mais l’ensemble est élégant, de demi-corps, presque aérien avec une petite amertume et une finale très spéciale, fumée de cheminée. 8,60 €

Ch. Lamothe-Vincent Intense 88

Élaboré en pur sauvignon, le vin se présente avec une robe aille grise et un de bourgeon de cassis typique du cépage sauvignon. La bouche est dominée par des notes d’asperge, l’ensemble est court et très typé sauvignon Nouvelle-Zélande. 7,20 €

Ch. Le Grand Verdus 87

De robe pâle, le nez est marqué par un sauvignon un peu vert, très asperge. Le vin est léger, fluide, un peu herbacé, loin du style habituel du château Il est composé de 60 % sauvignon blanc, 30 % sémillon et 10 % muscadelle, le tout est élevé en cuve. 6,90 €

Ch. Le Mayne Cabanot 85

Élaboré avec 70 % sauvignon blanc et 30 % sémillon, la robe est pâle avec un nez d’asperge. Le vin est fluide et vert, léger, court, techniquement bien fait avec franchise.

Ch. les Arromans de Garde 85

Ce vin est élaboré sur un hectare avec 70 % sauvignon blanc, 20 % sémillon et 10 % sauvignon gris soit grosso modo 7500 bouteilles. De robe pâle, le nez est légèrement réduit, mais évolue bien à l’aération. Le vin est de bonne densité avec une petite amertume liée à la verdeur qui lui donne de la fraîcheur. 5,65 €.

Ch. Lion Beaulieu 85

La robe est pâle un peu soutenue. Le vin est léger, fluide, un peu végétal et court, très propre avec une petite amertume. Il a été élaboré avec 65 % sauvignon blanc, 30 % sémillon et 5 % muscadelle.

Ch. Malbat C’est la vie ! 89

Élaboré en pur sémillon, ce qui est rare, la robe est pâle et le nez un peu musqué. Le vin est légèrement boisé ce qui le masque provisoirement, mais il est fort joliment constitué, très typé bourgogne par sa suavité avec une petite amertume charmante. La bouteille bourguignonne lui sied bien. 8,50 €

Ch. Marjosse 89-90

Propriété personnelle de Pierre Lurton, le patron de Cheval Blanc et d’Yquem, la robe est pâle à reflets verts avec un nez intense, très sauvignon. Le vin joue la fraîcheur, il est propre et franc avec jolie finale de poivre. Il a été élaboré avec 44 % sauvignon blanc, 20 % sauvignon gris, 32 % sémillon et 4 % muscadelle.

Ch. Mission Saint-Vincent 87

Elaboré en pur sauvignon, la robe est légèrement paille avec un nez intense de miel, ce qui dénote une belle maturité du cépage. Le vin est ample, marqué par un raisin ramassé très mûr, un rien court, mais charmant.

Ch. Penin 90-91

Le nez est marqué par le sauvignon et la bouche est fraîche et pure avec un joli sauvignon. Il est élaboré avec 65 % sauvignon blanc, 20 % sauvignon gris et 15 % sémillon.

Ch. Rauzan Despagne 87

Elaboré avec 80 % sauvignon blanc, 17 % sémillon et 3 % muscadelle, la robe est pâle et le nez est discret avec un peu de sauvignon qui émerge. Le vin est un peu fluide, un peu court aussi, mais propre et franc.

Ch. Réaut 86-87

Le vin en est profondément marqué par le sauvignon avec des arômes de cornichon. Il est frais, fluide, joliment aromatique. Il est élaboré avec 70 % sauvignon blanc et 30 % sauvignon gris.

Ch. Recougne 88

De robe pâle, le nez est intense, sauvignonné, pomme verte. Le vin est charmant, sa densité est moyenne, mais immédiatement accessible avec un vin très attrayant qui se livre sans complexe et c’est ce qu’on lui demande. Il a été élaboré en cuve avec 40 % sauvignon blanc, 35 % sauvignon gris et 25 % sémillon. 6,80 €

Ch. Reignac Grand vin 92-94

Ce vin très original se présente avec un nez intense de miel finement boisé. Le vin est rond et suave avec une belle matière pleine et dense, le vin est loin d’être prêt, mais présente un énorme potentiel. Patientez un an ou deux. Il est élaboré avec 53 % sauvignon blanc, 26 % sémillon et 21 % sauvignon gris avec une fermentation pour 85 % en barriques neuves et 15 % en cuves béton en forme d’œuf.

Ch. Reynon 87-88

Élaboré en pur sauvignon, le vin est frais de demi-corps, sans grande consistance. Il est élevé moitié en cuve, moitié en cuves bois. Pour la petite histoire, il a perdu la mention vieilles vignes en 2013.

Ch. Roc Meynard 88

Le vin est élaboré sur deux hectares avec 50 % sauvignon blanc et 50 % sémillon, mais le nez très intense est dominé par le sauvignon, un peu asperge. Le vin est de bonne densité, court, franc et net, incisif en finale, végétal aussi, mais bien enrobé. 7,00 €

Ch. Roche Belfond 86

Ce pur sauvignon se présente avec une robe paille claire et il est marqué par un nez de sauvignon pas très intense et herbacé. Le vin est frais, un peu végétal mentholé avec une finale d’asperge. À déguster sur sa fraîcheur.

Ch. Roquefort 87

La robe est pâle avec un nez très intense et pur avec des notes d’asperge. Le vin est vif et droit, un peu vert avec une petite amertume en finale. Il est élaboré avec 85 % sauvignon et 15 % sémillon. 7,00 €

Ch. Roquefort Roquefortissime 90

Cette cuvée spéciale du château de Roquefort est élaborée sur deux hectares des meilleures parcelles de sauvignon. La robe est paille avec un nez intense, spécial par son boisé avec des notes d’acacia et de miel d’acacia. Le vin est ample avec un beau raisin mûr qui lui donne de l’ampleur, il n’est pas encore en place mais il affiche un beau potentiel. Donnez-lui deux ans pour qu’il digère son élevage de six mois en fût neuf. 9,50 €

Ch. Roques Mauriac 85

Elaboré en pur sauvignon avec macération pelliculaire, la robe est très pâle. Le vin est étrangement caramel, un peu court, ce qui s’explique par le comportement d’un terroir argileux avec les conditions extrêmes du millésime. 5,00 €.

Ch. Rouquette 89

Ce château très ancien produit un pur sauvignon à la robe paille légère et un nez discret. Le vin est solide avec une petite amertume masquée par un très beau fond, l’ensemble est compact avec une jolie finale épanouie. Une valeur sûre.

Ch. Taussin 86

Très pâle, le nez est subtilement mentholé. Le vin composé de sauvignon blanc et gris est léger et fluide, propre, un peu court, mais très digeste. L’élevage avec 15 % en chêne français est à peine perceptible. 5,00 €

Ch. Tour de Mirambeau Cuvée Passion 88

De robe pâle, le vin est frais avec un bon milieu de bouche, l’ensemble est de demi-corps et élégant avec une belle longueur et une jolie finale. Joli vin. Il a été élaboré en cuve inox avec 80 % sauvignon, 17 % sémillon et 3 % muscadelle.

Ch. Turcaud Cuvée Majeure 87

Ce grand classique des bordeaux blancs se présente avec une robe paille. Le vin est ample avec de la rondeur, une petite amertume et des notes boisées. Il mérite un an de bouteille pour se développer. Il a été élaboré avec 45 % sauvignon blanc, 40 % sauvignon gris et 15 % sémillon. Il a été fermenté en barriques avec 25 % de neuves, 20 % de fûts d’un vin, le reste en fûts de deux et trois vins. 10,00 €

AOP Entre-deux-Mers

Ch. Sainte-Marie Vieilles vignes 88-89

La robe est très pâle avec un nez très sauvignon. Le vin est tranchant et frais, demi-corps, honnête finale. Le vin a été élaboré avec 70 % sauvignon blanc, 25 % sémillon et 5 % muscadelle.

AOP Graves de Vayres

Ch. de Lesparre Grand vin 87-88

Elaboré avec 50 % sémillon et 50 % sauvignon, le vin est dominé par les arômes de miel et de boisé. Le vin est souple, un peu fluide, un peu court.

AOP Sainte-Foix Côtes de Bordeaux

Ch. Hostens-Picant 88-89

La robe est de paille claire avec un nez de sauvignon. Le vin est souple avec de la chair, jolie finale.

Retrouvez les notes et commentaires de dégustation de Bernard Burtschy par région en cliquant sur les liens ci-dessous :

- Médoc
- Margaux
- Saint Julien
- Pauillac
- Saint Estèphe
- Moulis et Listrac
- Les Graves
- Pomerol et Lalande de Pomerol
- Saint Emilion
- Les satellites
- Le Fronsadais et les vins de Côtes
- Les vins liquoreux