Pourquoi ne faut-il pas mettre de glaçons dans le rosé ?

Pourquoi ne faut-il pas mettre de glaçons dans le rosé ?

C’est l’été ! Les verres de rosé scintillent à la terrasse des cafés. Il est vrai que cette couleur, même si elle doit s’inviter à votre table tout au long de l’année, est particulièrement propice aux apéros au bord de l’eau et aux grillades estivales. Il serait donc bien dommage de la dénaturer... Pourquoi ne faut-il pas mettre de glaçons dans le rosé ?

Parce-que le rosé est un vin

Il est parfois bon de reposer les bases. Le rosé, tout comme le blanc et le rouge, est un vin. Cette catégorie traîne encore beaucoup trop de préjugés (voir notre article Vin rosé, halte aux préjugés ! et c’est bien regrettable !

Il est élaboré comme un blanc, avec une fermentation alcoolique en phase liquide (donc après pressurage des baies), mais avec des raisins rouges. La phase de contact entre le moût (le jus non fermenté) et les pellicules (les peaux de raisins) contenant les composés phénoliques responsables de la couleur rouge (les anthocyanes) étant très courte, l’extraction de la couleur est très légère (voir notre article Pourquoi le rosé peut-il avoir des couleurs différentes ?.

Parce-que vous devez respecter le travail des vigneronnes et vignerons

Les vigneronnes et vignerons bichonnent leurs vignes toute l’année pour avoir de beaux raisins. Quand la date des vendanges approche, ils dégustent patiemment les baies afin de déterminer la maturité optimale (voir notre article Comment sait-on qu'un raisin est mûr ?, celle qui leur permettra d’obtenir le profil de vin souhaité.
Une parcelle destinée à la production de rosé sera ramassée un peu plus tôt (par rapport aux rouges) afin de garder de la fraîcheur.

En cave, la vinification, l’élevage, les assemblages et la mise en bouteille (voir notre article Les secrets de la mise en bouteille) d’un vin rosé nécessitent beaucoup de rigueur. Ce dernier étant très sensible à l’oxydation, il demande beaucoup d’attention, ainsi qu’un pressoir pneumatique performant (et onéreux), afin de préserver ses qualités organoleptiques.

Parce-que vous devez le respecter

Toutes ces étapes, franchies avec passion et professionnalisme, sont déterminantes dans l’expression du rosé : sa couleur, son nez, son équilibre en bouche. Quand on y rajoute des glaçons, ils fondent et diluent ainsi le vin. C’est un peu comme si vous rajoutiez un verre d’eau dans votre assiette de pâtes bolo. Elles seraient alors bien plus fades.

Un vin rosé dilué par ajout de glaçons aura un bouquet aromatique moins intense, moins de volume, d’acidité, de saveurs en bouche, ainsi qu’une finale bien plus courte.
Bref, cela ne sera plus du vin mais une boisson à base de vin, tout comme le rosé pamplemousse !

Parce-qu’il y a des solutions pour maintenir le rosé au frais

Il est vrai que déguster un rosé à une température de plus de 15 degrés s’avère très compliqué. Cependant, seaux à glace, Ice Bag, fourreaux réfrigérants divers et variés sont à votre portée pour maintenir votre cuvée préférée au frais sans la dénaturer (voir notre article Comment refroidir une bouteille de vin ? !

La chaleur donne une envie légitime de fraîcheur. Alors, optez pour un vin rosé au profil rafraîchissant (avec de la vivacité, tout en légèreté), au lieu de bafouer le fruit d’un terroir et d’un travail de longue haleine !