Comment sait-on qu’une vigne est bien équilibrée ?

Comment sait-on qu’une vigne est bien équilibrée ?

Quand certains sont en vacances, les orteils en éventail sur un transat, d’autres scrutent leurs grappes, à grandes enjambées dans leurs parcelles.
Le millésime 2019 est lancé dans le vignoble français. Plusieurs paramètres décideront de sa réussite, dont un à la base de tout, l’équilibre de la souche. Mais comment sait-on qu’une vigne est bien équilibrée ?

Une vigne bien équilibrée a assez de feuilles pour nourrir ses raisins

Petit rappel de physiologie végétale : l’activité photosynthétique des feuilles de la vigne, liée au rayonnement lumineux, permet la production des sucres et d’autres composés (anthocyanes, arômes...) qui sont essentiels au processus de maturation des raisins.

Bref, si la plante n’a pas assez de feuilles aptes à faire la photosynthèse, c’est-à-dire assez de feuilles exposées au soleil, elle n’arrivera pas à nourrir ses raisins. Leur maturité sera plus tardive, voire inaboutie, et la qualité de la vendange s’en trouvera pénalisée.

Comment cela peut-il arriver ?
Le feuillage peut être insuffisant si la vigne manque de nutriments essentiels à son développement (azote, phosphore, potassium, magnésium...) ou s’il a été détérioré par un accident climatique (grêle, stress hydrique...), une attaque de champignons (voir notre article Les maladies de la vigne).

Une vigne bien équilibrée n’a pas trop de grappes

Le rendement est un facteur primordial dans l’équilibre de la vigne, il doit être adapté à sa surface foliaire.

Si une souche a trop de grappes par rapport à ses feuilles, elle n’arrivera pas à les nourrir correctement et les conséquences seront similaires au cas précédent.

Comment cela peut-il arriver ?
Quand un cépage productif a été planté sur un sol trop riche, lorsque la fertilisation a été excessive ou si la charge n’a pas été correctement estimée au moment de la taille (voir notre article Pourquoi taille-t-on la vigne ?).

Comment évaluer cet équilibre ?

L’équilibre physiologique de la vigne est évalué selon un rapport feuilles/fruits.
Il est calculé en divisant le périmètre exposé de végétation par le rendement par hectare.

L’indice idéal varie selon le profil de vin recherché. Par exemple, des études réalisées par l’IFV Sud-Ouest ont montré que pour les cépages rouges locaux comme le Malbec, une valeur de 2 permet d’obtenir une maturité optimale à l’élaboration de vins de qualité.

Comment rectifier le tir ?

Plusieurs facteurs agissent sur l’équilibre de la vigne : adaptation d’un cépage à son terroir, fertilisation raisonnée, nombre de bourgeons fructifères laissés pendant la taille, palissage favorisant l’exposition foliaire, protection contre les maladies...

Si toutes ces attentions n’ont pas suffi à obtenir un équilibre satisfaisant, les vigneronnes et vignerons peuvent pratiquer des vendanges en vert afin de limiter le rendement (voir notre article Les travaux en vert de la vigne). Cette opération consiste à éliminer des grappes au moment où la phase de maturation est enclenchée, après la véraison (voir notre article La véraison de la vigne).

Vous l’avez compris, une vigne bien équilibrée est le fruit d’un travail de longue haleine où l’Homme et la nature se donnent la main afin de toucher du doigt l’excellence...