Le Chenin de Loire
Le Chenin de Loire
Publié le lundi 30 avril 2018

Le Chenin de Loire

Au niveau international, le Chenin Blanc ne fait pas partie des cépages les plus en vogue. En France, il est surtout connu des amateurs de vin. On le retrouve sur des terroirs particuliers (Limoux, Lot et Garonne, Corrèze...) et dans son berceau d'origine, le Val de Loire (Anjou, Touraine), où il s'exprime comme nulle part ailleurs...
Pourquoi le Chenin de Loire a-t-il du chien ?

Parce qu'il a fait craquer Rabelais

Voilà l'exemple parfait d'un cépage autochtone !
Le nom de Chenin aurait été cité pour la première fois par François Rabelais, né tout près de Chinon, en 1534 : Et, avec gros raisins Chenins, estuverent les jambes de Forgier mignonnement, si bien qu'il fut tantost guery. Son origine remonterait même au 10ème siècle, dans la région de Layon et en Anjou.

Après maints rebondissements (crises économiques, phylloxéra...), il a su traverser l'histoire, bien ancré dans son territoire de prédilection.
Aujourd'hui, même si l'Afrique de Sud reste de loin le leader mondial (la surface est deux fois plus importante qu'en Val de Loire) et s'il est seulement le 3ème cépage planté en Val de Loire, il demeure l'étendard de l'appellation.
On le retrouve dans pas moins de 32 AOP d'Anjou, Saumur et Touraine, seul ou en assemblage.

Parce qu'il faut l'apprivoiser

C'est une variété vigoureuse, fertile, tardive, gélive et sensible. Bref, sur le papier, ses caractéristiques ne donnent pas forcément envie de se lancer dans l'aventure !

Le Chenin Blanc peut donner des vins aux profils très différents selon les types de sols, les conditions de culture et les méthodes de vinification. Il demande une grande attention et un réel savoir-faire, de la plantation à la mise en bouteille.
Seuls les terroirs, les vigneronnes et vignerons qui sauront le dompter, tout en le cajolant, arriveront à tirer de lui le meilleur. Et alors, qu'est-ce que c'est bon !

Il n'est jamais racoleur. Il se livre avec élégance et sincérité.
Il offre une complexité aromatique renversante (fleurs sauvages, coing, mirabelle, goyave, miel, fumé, épices...), une fraîcheur captivante, des finales qui côtoient l'éternité, une garde qui traverse les générations.

Le climat septentrional du Val de Loire agit comme un révélateur du Chenin. La grande diversité des terroirs et l'expérience ancestrale de ses protagonistes sont les facteurs clés de cette relation symbiotique.

Parce qu'il a plusieurs visages

Vous l'aurez compris, la versatilité du Chenin Blanc fait tout son charme. Il est capable du meilleur, dans toutes les catégories des vins de Loire !

Il est magique dans les liquoreux, entre suavité et nervosité, grâce à son aptitude au développement de la pourriture noble (voir billet : Le Botrytis de la vigne) : AOP Quarts de Chaume, Coteaux du Layon, Coteaux de l'Aubance, Bonnezeaux...

En blanc sec, il respecte les millésimes et magnifie les terroirs de schistes de l'AOP Savennières, les argilo-calcaires de Saumur et de Touraine...

Vinifié selon la méthode traditionnelle, il est le compagnon privilégié des Anjou Fines Bulles, aux côtés du Chardonnay et du Sauvignon Blanc.

Vouvray illustre à merveille les différents visages du Chenin Blanc, appelé ici le Pineau de la Loire. Il est le cépage unique de cette AOP, où on le rencontre à la fois en vins effervescents, tranquilles secs, tendres ou moelleux.

A la fois virils et polissons, mais aussi alanguis, soyeux et lascifs, les vins de Chenin sont séduisants, Jean-Robert Pitte, Membre de l'Académie du Vin de France.

Source : Le Val de Loire, Terres de Chenin, Christian Asselin et Pascal Girault, Editions Les caves se rebiffent.