L'histoire des 10 Crus du Beaujolais
L'histoire des 10 Crus du Beaujolais
Publié le jeudi 22 juin 2017

L'histoire des 10 Crus du Beaujolais

Vous êtes nombreux à connaître les vins du Beaujolais, grâce notamment au fameux Beaujolais Nouveau, qui fait beaucoup couler d'encre au mois de novembre de chaque année. Mais le vignoble du Beaujolais c'est aussi douze appellations, à déguster tout au long de l'année. Et ça, moins de personnes le savent !

Un peu de géographie

Le vignoble du Beaujolais s'étend sur 17.000 hectares au nord de Lyon, jusqu'à la bordure de la région voisine, la Bourgogne. Cette bande de 50 kilomètres de long abrite en son sein de prestigieuses AOC, souvent dissociées du Beaujolais dans l'imaginaire commun. On y retrouve aussi deux appellations génériques.

La première de celle-ci se nomme tout simplement “Beaujolais” et se situe principalement dans le sud de l'aire d'appellation. On y produit les vins les plus légers de cette région viticole, parfois appelés “vins des pierres dorées”, en référence à la couleur des sols. Les habitations sont construites à base des pierres locales, et se balader dans ce coin est un régal pour les yeux. Certaines communes y sont mêmes classées et font partie des plus beaux villages de France

A quelques kilomètres plus au nord, siège le territoire des “Beaujolais Villages”. Le relief y est moins nivelé et on comprend mieux le surnom de cette région, qualifiée de petite Toscane. Vous vous trouvez tout de même sur le vignoble le plus escarpé de France : plus de la moitié de la culture de la vigne est située sur des pentes à plus de 20%. Les vins de cette contrée sont tout autant fruités mais possèdent une complexité plus importante. Ils peuvent se conserver entre un et trois ans, mais ce ne sont pas des vins de grande garde.

Lovés autour des Beaujolais-Villages, se cachent les fleurons de ce vignoble, les dix crus du Beaujolais. Tous se distinguent par des arômes qui leurs sont propres, bien que le cépage en rouge soit le même de partout : le Beaujolais est le royaume du Gamay noir à jus blanc ! Les vins plus complexes qui y sont produits proposent une typicité allant de la cerise, la myrtille, jusqu'au fleurs que sont la violette ou encore le lilas en passant les des fruits à chair blanche : la pêche, par exemple. Les crus du Beaujolais se nomment : Brouilly, Côte de Brouilly, Régnié, Fleurie, Morgon, Chiroubles, Chénas, Juliénas, Moulin à Vent, Saint Amour.

Des vins Beaujolais blanc, à base de chardonnay, des Beaujolais rosés et des crémants ont plus récemment élargi la gamme des vins proposés dans cette région. Chaque année, les vignerons des crus se rassemblent dans un des dix villages, dans le cadre de la Fête des Crus, week-end festif ponctué par dégustation et nombreuses animations.

L'histoire des crus du Beaujolais

On parle du vignoble du Beaujolais depuis très longtemps dans l'histoire (on y trouve des traces de vignobles Romains sur la colline de Brouilly) et, pendant un certain temps, ces terres étaient intégrées au Duché de Bourgogne. Mais c'est autour du XVème siècle que le Beaujolais acquiert véritablement ses lettres de noblesse, lorsque le Gamay fut banni du vignoble bourguignon, au profit du Pinot Noir.

Grâce à sa proximité avec la métropole de Lyon, le Beaujolais a longtemps connu un moyen rapide de vendre ses vins. Seulement, sa notoriété peinait à rayonner au-delà, jusqu'au lancement du fameux Beaujolais Nouveau. Aujourd'hui, comme nous le disions en préambule, il a réussi à se faire une place au milieu des plus prestigieux vignobles du monde.