Focus cépage : le Mourvèdre

Focus cépage : le Mourvèdre

Il ne fait pas partie des stars internationales des cépages et pourtant, on le retrouve principalement dans des cuvées haut de gamme. Qui est le Mourvèdre ? Dans quelles régions viticoles le retrouve-t-on ? Comment s’exprime-t-il dans le verre ?

Qu'est-ce que le Mourvèdre ?

Le Mourvèdre est un cépage rouge facilement identifiable à la vigne par ses feuilles rondes très dentelées, qui évoquent une scie circulaire, et ses rameaux à port érigé avec des entre-nœuds de couleur rouge (voir notre article Qu’est-ce que l’ampélographie ?).

Au niveau agronomique, sa culture est exigeante et délicate.
Il demande une alimentation hydrique limitée mais régulière. Il est sensible aux carences. Sa production par souche doit être faible afin d’éviter le risque d’épuisement et de favoriser la maturation des raisins.
D’autant plus que c’est un cépage à cycle tardif, pour le débourrement (voir notre article Qu’est-ce que le débourrement de la vigne ?) et la maturité.

En résumé, le plus compliqué avec le Mourvèdre, c’est d’obtenir des raisins murs (voir notre article Comment sait-on qu'un raisin est mûr ?) afin que son vin dévoile ses arômes enchanteurs, des tanins bien enrobés, une belle concentration, qu’il soit apte au vieillissement et à l’élevage en fût de chêne.

Dans quelles régions viticoles le retrouve-t-on ?

Dans des zones méridionales chaudes favorables à une maturité optimale !

Il est un des cépages les plus plantés d’Espagne, son pays d’origine, sous le nom de Monastrell, principalement au sud de Madrid, en Catalogne, autour de Valence.
Il a séduit le palais des pays producteurs du Nouveau Monde (Australie, Californie), où on l’appelle aussi le Mataro.

Mais c’est la France qui signe ses cuvées les plus prestigieuses...
Il est le roi de l’appellation Bandol, un vignoble avec vue sur la méditerranée, où il apporte toute sa singularité à ces vins rouges d’une garde incroyable.
Il s’épanouit au sud de la vallée du Rhône (Costières de Nîmes, Cairanne, Châteauneuf-du-Pape, Gigondas...), en assemblage avec du Grenache Noir et de la Syrah.
On le retrouve de plus en plus en cépage majoritaire dans les cuvées haut de gamme des AOP Languedoc (Terrasses du Larzac, Saint-Chinian, Faugères...).

Comment s’exprime-t-il dans le verre ?

Par des rouges de garde, puissants, structurés par une solide trame tannique, longs en bouche. Au nez à la fois séducteur et typé, sur des notes épicées, de cacao, de fruits noirs, avec une pointe animale (cuir).

Des vins capables de sublimer des mets de caractère ; côte de bœuf, bœuf bourguignon, civet de lièvre, gardiane de taureau.

Il donne aussi de très beaux rosés de gastronomie, charnus, élégants, aptes à s’inviter sur vos tables toute l’année.

Le Mourvèdre est un cépage exigeant, qui n’est pas sous le feu des projecteurs, alors qu’il est capable du meilleur...