Tour du monde des vignobles : la Birmanie

Tour du monde des vignobles : la Birmanie

Vous avez des envies de voyage et de découverte œnologique ? Rendez-vous dans une contrée lointaine et connue surtout pour ses sanctuaires bouddhistes dans laquelle réside un vignoble confidentiel : la Birmanie. Ce pays intrigant, d’une beauté à couper le souffle, voit ses paysages façonnés par de majestueux reliefs montagneux. Et si, contrairement à l’Europe, il n’a aucun passif viticole, la vigne parvient à s’y développer dans des conditions rudes pour délivrer des vins singuliers. Une épreuve de taille pour les viticulteurs qui s’y sont aventurés…

Myanmar Estate, l’origine de la viticulture birmane

Lorsque l’allemand Bert Morsbach débarque en Birmanie, c’est pour une activité d’exportation de riz. Mais, son stock confisqué par un ministre, il entame une stupéfiante reconversion en plantant des ceps venus de France. C’est ainsi que naît Myanmar Estate, vignoble d’altitude et premier domaine historique du pays. Il se compose aujourd’hui d’une vingtaine d’hectares répartis dans diverses régions, de Loikaw à l’est, à Mektila dans le centre, en passant par le Mont Popa, un ancien volcan aux sols incroyablement fertiles. Tous ont en commun des températures relativement fraîches afin que les vignes puissent s’épanouir.

On y retrouve des variétés internationales qui donnent des résultats intéressants. Nous pouvons par exemple citer un effervescent blanc issu du Sauvignon Blanc qui séduit par sa grande fraîcheur et son intensité aromatique. Mais également, plus étonnant, un "vendanges tardives" caractérisé par une superbe trame acide. Toutefois, parvenir à les délivrer n’est pas une mince affaire. Les plantes sont soumises à des conditions météorologiques tropicales qui nécessitent quelques ajustements dans les modes de culture. Ainsi, l’herbe est maintenue à un niveau très bas pour éviter trop d’humidité et le développement des maladies. Et en été, c’est la sécheresse qu’il faut combattre à l’aide d’un système d’irrigation. C’est pourquoi il n’existe pour l’instant que deux propriétés viticoles…

Red Mountain Estate, la confirmation

Et la seconde, c’est Red Mountain Estate, sur les bords du lac Inle. Au fil des années, ses cuvées se sont faites une place parmi les vins les plus réputés d’Asie grâce à l’expérience de l’œnologue français François-Xavier Raynal, qui a fait ses armes à travers le monde. Après l’Israël, la Nouvelle-Zélande, ou encore la Turquie, il se fixe un nouveau challenge en se rendant en Birmanie. Et cette décision ne sera pas de tout repos, notamment en raison de la situation politique particulière ; Impossible ici d’être propriétaire pour un étranger. Cela signifie donc que ces terres sont prêtées par le gouvernement, et peuvent ainsi être reprises à n’importe quel moment. Une incertitude constante qui n’est pas toujours évidente à gérer.

Cependant, il s’en accommode et s’installe en haut d’une colline verdoyante pour réaliser son projet fou. Il fait venir de France et d’Espagne une multitude de cépages et, après de nombreuses expérimentations, sélectionne avec soin ceux qui recouvriront ses 75 hectares de superficie. La Syrah, le Pinot Noir et le Carignan en rouge, mais aussi le Chenin, le Sauvignon Blanc et le Chardonnay en blanc, se délectent de ces coteaux ensoleillés. La gamme est aussi déconcertante que délicieuse. Mention spéciale au pinot noir qui se distingue par son joli fruité grâce à la détermination sans faille de son producteur. Une dégustation unique. Ce n’est donc pas un hasard si le domaine est devenu une véritable attraction touristique pour les visiteurs surpris de pouvoir dénicher du vin ici.

Découvrez notre rubrique sur les vignobles à l'étranger !

Publié , par Marie - Drink a beat
Mise à jour effectuée