Top 5 des anecdotes sur le Lambrusco

Top 5 des anecdotes sur le Lambrusco

Vous pensiez tout savoir du Lambrusco, surprenant pétillant italien aux multiples facettes ? Ce vin exubérant, dont les vignes dominent fièrement la ville de Modena, est l’un des plus vendus au monde. Mais il vous réserve d’autres secrets encore…

1 - Plutôt rouge ou rosé ?

Traditionnellement, le Lambrusco se distingue par sa couleur pourpre emblématique. Car si l’effervescent rouge est un produit qui surprend souvent nos palais français, il est très répandu chez nos amis transalpins. Tant et si bien qu’il se décline désormais en rosé, et, plus rarement, en blanc. On le savoure généralement dans sa jeunesse, sur le fruit, en profitant de sa vivacité, de son degré d’alcool naturellement faible et de sa belle palette aromatique.

2 - Son nom fait aussi référence à des cépages

Plus précisément à une famille de cépages regroupant une soixantaine de variétés. On la trouve principalement dans la région d’Émilie-Romagne, dans le nord de l’Italie, mais elle a réussi à s’exporter dans le Nouveau-Monde. Ne soyez donc pas surpris d’en croiser en Australie et en Argentine. Trois cépages ont su se démarquer : le Lambrusco di Sorbara, qui offre des vins légers aux notes de framboise et de violette ; le Lambrusco Salamino, appelé ainsi car ses grappes font penser à des saucissons, qui délivre corps et fruits sauvages ; et l’opulent Lambrusco Grasparossa. Ils peuvent être vinifiés seuls ou être assemblés avec d’autres variétés encore telles que le Lambrusco Marani ou le Lambrusco Ruberti.

3 - ll peut venir de différentes méthodes de production

Fait assez surprenant pour être évoqué, le Lambrusco peut provenir de trois techniques qui varient selon les producteurs. La méthode dite Charmat avec une fermentation en cuve close, la traditionnelle qui se traduit par une seconde fermentation en bouteille comme pour nos crémants et champagnes, et l’ancestrale avec une mise en bouteille avant la fin de la première fermentation. On répertorie également deux niveaux d’intensité de bulles : frizzante, pétillant avec une mousse légère, et spumante, riche en effervescence. Et sa diversité ne s’arrête pas là. Il existe des Lambruscos Amabile et Secco, que l’on peut apparenter à nos mentions Demi-sec et Sec. Pour les premiers, les plus répandus, la fermentation est stoppée avant la fin pour laisser plus de sucres résiduels, d’où cette sensation de douceur en bouche.

4 - Il a longtemps eu mauvaise réputation

Durant de nombreuses années, le Lambrusco a été l’apanage des producteurs industriels et n’était pas synonyme de qualité. Très sucré, grossier…son ancienne réputation l’empêche encore aujourd’hui d’être estimé à sa juste valeur. Pourtant, il est important de souligner les nombreux efforts qui ont été faits pour l’améliorer. Les techniques ont été ajustées et on préfère maintenant la qualité à la quantité, la fraîcheur à la douceur. Autrefois réservé aux soirées étudiantes, il se montre capable de donner des crus complexes qui peuvent faire preuve d’un beau potentiel de garde. Ce n’est pas un hasard s’il est reconnu par plusieurs appellations : IGT Emilia Lambrusco, DOC Reggiano Lambrusco, DOC Lambrusco di Sorbara, DOC Lambrusco Salamino di Santa Croce, DOC Lambrusco Grasparossa di Castelvetro et DOC Lambrusco di Modena.

5 - Délicieux de l’apéritif au dessert

On peut le savourer à l’apéritif, mais il ne sera jamais aussi bien mis en valeur qu’aux côtés de spécialités gastronomiques italiennes. En version rouge, comme le Lambrusco Amabile Bio de la maison Vilaveroni, il apprécie les pâtes farcies généreuses en viande, les ragoûts et les fromages vieillis type parmigiano reggiano. Vilaveroni propose aussi un Lambrusco Rosato Bio, qui saura sublimer de croquants biscuits amaretti tout autant que quelques tranches de mortadelle fondante.

Après des années à acquérir un savoir-faire unique, le Lambrusco a donc un avenir définitivement prometteur !

Vous avez aimé cet article ?
Lisez aussi Vins italiens bio pétillants : c’est frizzante !

Publié , par Marie - Drink a beat