Tendance : Que valent les vins faiblement alcoolisés ?
Tendance : Que valent les vins faiblement alcoolisés ?
Publié le mercredi 15 juillet 2015

Tendance : Que valent les vins faiblement alcoolisés ?

Rosés à 9 % Vol, vins blancs qui ne dépassent pas les 10 % Vol… Depuis quelques mois, les vins faiblement alcoolisés ont fait leur apparition sur le marché. Plus légers que les vins traditionnels, qui titrent aujourd'hui entre 12 et 16 degrés d'alcool selon les régions, ils offrent une option réduite en alcool pour les œnophiles qui le supportent mal ou qui font la chasse aux calories. Toutlevin.com a voulu savoir ce qui se cache derrière ces vins à faible teneur en alcool. Tour d'horizon en six questions clés.

Vins à faible teneur en alcool et vins classiques, quelle différence ?

L'alcool contenu dans un vin provient de la fermentation du sucre. Plus les raisins sont sucrés, plus le degré d'alcool sera élevé. Réchauffement climatique oblige, les vignobles sont aujourd'hui soumis à un ensoleillement plus intense qu'il y a quelques décennies. On obtient donc des raisins plus sucrés, qui donnent des vins plus alcoolisés que dans les années 80. En affichant un degré d'alcool entre 9 et 11 % Vol, ces vins offrent une alternative originale. Attention : pour pouvoir prétendre au qualificatif de vin, ces bouteilles allégées en alcool doivent impérativement titrer entre 7,5 et 11 % Vol selon les régions.

Comment sont produits les vins faiblement alcoolisés ?

On peut employer deux techniques pour produire des vins à faible teneur en alcool. La première consiste à utiliser des raisins récoltés avant d'atteindre leur maturité. Moins concentrés en sucre, ils donnent mécaniquement moins d'alcool lors de la fermentation. L'autre méthode, plus technologique et aussi plus employée, implique de désalcoliser partiellement les vins traditionnels. La vinification est alors la même que pour les vins classiques. Le changement se fait avant la mise en bouteille : les vignerons peuvent alors diminuer le taux d'alcool dans leurs vins grâce à des procédés techniques comme la distillation inversée qui permet de perdre plusieurs degrés en laissant l'alcool s'évaporer.

Y a t-il une influence sur le goût du vin ?

Quelle que soit la méthode utilisée pour réduire le taux d'alcool dans le vin, le goût est légèrement modifié. Dans le cas des récoltes précoces, les raisins n'ont pas atteint leur maturité aromatique. On obtient alors des vins moins complexes. La désalcoolisation partielle, elle, change l'équilibre d'un vin. La raison est simple : c'est l'alcool qui apporte la rondeur et la sensation de sucrosité dans un vin. En diminuant le taux d'alcool, on souligne donc l'acidité des vins blancs et rosés, tandis que les tanins des vins rouges sont mis en valeur. Les professionnels peuvent toutefois utiliser certains correctifs, comme le mout de raisin ou le glycérol, s'ils veulent donner un peu plus de rondeur à leurs vins.

Tous les vins peuvent-ils être allégés en alcool ?

Aujourd'hui, la technologie permet de diminuer le taux d'alcool dans la totalité des vins. Dans les faits, tous ne réagissent pas de la même façon. Avec un degré d'alcool d'origine entre 11 et 13 % Vol, les blancs et les rosés peuvent être désalcoolisés sans dommages. On retrouvera seulement des notes un peu plus acides, avec une dominante de citron et d'agrumes. Les vins rouges légers, comme les vins du Beaujolais, se prêtent également très bien au procédé. En revanche, des rouges plus charpentés, à l'image des vins du Sud-Ouest, s'exposent à un déséquilibre aromatique. Pour atteindre 10 à 11 % Vol, il faudrait laisser près d'un quart de l'alcool s'évaporer, ce qui pourrait provoquer un déséquilibre aromatique.

A quelle occasion déguster les vins à faible teneur en alcool ?

Vous évitez de boire du vin le midi ou en cas de forte chaleur ? Les vins faiblement alcoolisés offrent une alternative. Ils sont un bon choix aussi à l'heure de l'apéritif, simplement accompagnés de brochettes de melon et jambon, ou de tomates cerises et d'olives pour un effet rafraîchissant. Leur faible taux d'alcool vous permet de rester sur une note légère avant d'enchaîner avec un repas durant lequel vous servez des vins traditionnels. Les vins légèrement désalcoolisés peuvent également se déguster avec un dessert : vous évitez ainsi de rajouter trop de volume après un déjeuner ou un dîner copieux. La légère acidité des vins rosés et blancs apporte aussi un peu de fraîcheur à la fin d'un repas.

Alexandra Reveillon

Merci à Fabrizio Bucella, sommelier et professeur à l'Université Libre de Bruxelles.