Picpoul de Pinet, un pied de nez aux préjugés

Picpoul de Pinet, un pied de nez aux préjugés

L’AOP Picpoul de Pinet est la plus grande région de vin blanc du Languedoc et pourtant, bon nombre d’idées reçues collent encore à la peau du Piquepoul Blanc... Et si on faisait un pied de nez à ces préjugés ?

Le Picpoul de Pinet est un vin de terroir

Nul besoin d’être un agronome confirmé pour se rendre compte de l’exception de son territoire. Il vous suffira juste de pénétrer dans son vignoble, un balcon avec vue sur l’étang de Thau, la colline de Sète et la grande bleue, pour que le charme opère...

Les 1500 ha en production de l’appellation se répartissent en deux zones séparées par l'ancienne voie romaine Domitienne.
Au nord, le triangle entre Pinet, Castelnau-de-Guers et Montagnac est appelé le milieu fermé. Ici, les coteaux calcaires très caillouteux sont moins soumis à l’influence maritime (climat plus chaud et sec). Les vignes sont entourées de garrigue et de pinèdes.
Au sud (entre Florensac, Pomerols, Pinet et Mèze), le plateau s’ouvrant sur la mer, constitué de limons, argiles, sables et cailloutis, est exclusivement planté de vignes. Son climat est tempéré par les brises et les brouillards marins.

Il est tendance

Les 75 à 80 000 hl produits annuellement n’arrivent pas à satisfaire tous les marchés du Picpoul de Pinet !
L’incontestable succès de cette appellation dépasse largement nos frontières : 70% de la production est vendue à l’export, dont 45% au Royaume-Uni.

Il est tendance parce-qu’il est fier de ses racines. Il est issu d’un seul cépage autochtone, le Piquepoul Blanc, présent au bord de l’étang de Thau depuis l’Antiquité. Il est rattaché à un terroir unique, Picpoul de Pinet. Son terroir, c’est la mer.
Parce qu’il est accessible. Ses vins sont frais, dotés d’une belle finesse aromatique, festifs, d’un bon rapport qualité prix.

Et la tendance n’est pas prête de s’inverser. Dans un contexte de réchauffement climatique, ce cépage tardif et résistant à la sécheresse arrive à maturité sans perdre son acidité naturelle et avec des teneurs en sucres (donc en alcool) maîtrisées.

Le Picpoul de Pinet peut aussi être un vin de garde

Cela faisait déjà un moment que les vigneronnes et vignerons souhaitaient montrer tout le potentiel du Picpoul de Pinet. Dès son arrivée à la présidence du syndicat de défense de l’AOP en 2017, Frédéric Sumien l’a fait !

Une dizaine de cuvées du millésime 2018 vont être ambassadrices de l’appellation. Ces sélections portent bien leur nom parce qu’elles ont été sélectionnées après trois dégustations rigoureuses, qu’elles sont issues de sélections à la parcelle (des vieilles vignes, des maturités plus poussées) et en cave (élevages sur lies fines).

Ces vins offrent plus de nuances au nez, ils sont plus complexes, plus gras, plus longs en bouche, tout en conservant leur jolie trame acide. Des caractéristiques propices à une belle tenue dans le temps.

Il n’est pas réservé qu’aux huîtres de Bouzigues

Qui n’a pas rêvé de siroter un verre de Picpoul de Pinet, accompagné d’un plateau de coquillages, sur les rives de l’étang de Thau ?

Il est indéniable que sa fraîcheur saline se marie très bien avec les fruits de mer, mais pas que...
Il peut aussi accompagner un ceviche de dorade, des accras de morue, une pissaladière, un filet de Saint-Pierre...

Les cuvées sélections ouvrent la porte à des accords mets et vins de caractère. Anaïs Ricôme (voir notre article Portrait d’Anaïs Ricôme du domaine La Croix Gratiot nous conseille son Bréchallune avec un fromage de chèvre, des maquereaux à l’escabèche, des harengs au four.

Quand le Picpoul de Pinet fait un pied de nez aux préjugés, on ne peut que s’en féliciter !