Portrait d’Anaïs Ricôme du domaine La Croix Gratiot

Portrait d’Anaïs Ricôme du domaine La Croix Gratiot

Partons à la rencontre d’Anaïs Ricôme, la vigneronne du domaine La Croix Gratiot à Montagnac dans l’Hérault. L’OVNI de l’appellation Picpoul de Pinet...

Bon nombre de mâles dominants du milieu du vin ne lui ont pas fait de cadeaux quand elle s’est lancée en 2009 à la tête de La Croix Gratiot. Cette jeune femme au charme discret a dû faire ses preuves pendant plusieurs années avant d’acquérir la reconnaissance qu’elle mérite amplement.

Animée par sa passion du vin et de son terroir, elle a repris le domaine familial à bras le corps pour lui donner un nouveau souffle. Celui d’efforts qualitatifs, d’une conversion à l’agriculture biologique, d’une valorisation en bouteilles, d’une très belle gamme de vins où, dans chacun d’entre eux, elle raconte une histoire...

Son BTS viti-œno en poche, des rêves de vinifications aux quatre coins du monde plein la tête, elle a pris la décision d’écourter son voyage œnologique pour reprendre les rênes de son petit paradis. Aujourd’hui, elle ne se verrait plus faire du vin ailleurs qu’ici, sur ses 30 ha de vignes en coteaux baignées de soleil, rafraîchies par les alizés marins de la grande bleue, avec vue sur la colline de Sète et l’étang de Thau.

A la question Qu’est-ce que votre terroir a d’irrésistible ?, elle s’est exclamée il est beau !, des étoiles plein les yeux....

La cave du domaine La Croix Gratiot
La cave du domaine La Croix Gratiot
.

La WINEista. Qu’est-ce que le Languedoc a de plus que les autres vignobles ?

Anaïs Ricôme :
On a beaucoup de liberté ! Un large éventail de cépages et de terroirs qui stimule notre créativité ! Suite à ma vinification en Nouvelle Zélande, j’ai voulu planter du Pinot Noir. J’ai pu le faire et je suis très satisfaite de son expression.

La WINEista. Qu’est-ce que vous aimez dans votre métier ?

A.R. J’aime mon métier parce qu’aucun jour ne ressemble à un autre. Tu es à la vigne, tu es à la cave, tu vends du vin, c’est mon kiff total !

La WINEista. Quel est votre moment préféré de la vigne à la bouteille ?

A.R. Les vendanges ! Pour moi, l’excitation est à son comble ! La concrétisation de tout le travail et de toutes les idées que j’ai eues pendant l’année.

La WINEista. Quel est le moment que vous redoutez le plus ?

A.R. Maintenant ! La période mai juin parce qu’il y a énormément de travail entre la vigne et la commercialisation. On ne peut pas être partout. Et puis c’est là que tout se joue, autour de la floraison de la vigne.

La WINEista. Quelle est la cuvée dont vous êtes la plus fière ?

A.R. Elles ont toutes une vraie signature. Elles ont été créées avec une envie particulière... Mon objectif est de montrer que le Piquepoul Blanc (ndlr : le seul cépage autorisé dans l’AOP Picpoul de Pinet) est capable de se garder dans le temps. Je dirais donc la cuvée Bréchallune (ndlr : voir notre article 3 vins du Languedoc pour accueillir l'été), issue de sélections parcellaires et élevée sur lies. Je suis vraiment fière de révéler tout le potentiel de ce cépage emblématique de la région.

La WINEista. Et pour quel moment de vie ?

A.R. Alors... Quand j’ai envie de surprendre, d’étonner les gens !

La WINEista. Quel est votre cépage chouchou ?

A.R. Mon cépage chouchou c’est le Piquepoul Blanc mais mon cépage préféré c’est la Roussanne. Je l’adore, la vigne est magnifique, avec ses belles grappes qui roussissent en septembre. Et puis, les baies à maturité ont tellement de goût... Hum...
On la retrouve dans ma nouvelle cuvée Le Chant des Dolia Blanc, un vin élevé pendant un an en Dolia (ndlr : des jarres) de grès et céramique.

La WINEista. Quels sont vos projets pour votre domaine ?

A.R. Mon projet, que j’ai dans la tête depuis longtemps, est de planter la parcelle de 1 ha située juste devant le domaine avec une douzaine de cépages blancs et rouges. Pour faire une cuvée rosée ou clairet où tout sera mélangé ! Je rêve de ça !

L’art et le vin à La Croix Gratiot
L’art et le vin à La Croix Gratiot

La WINEista. Vous faites intervenir beaucoup d’artistes sur le domaine, qu’est-ce que l’art et le vin ont en commun ?

A.R. Tout ! Il n’y a rien qui nous sépare... Alors, nous on est vraiment connecté à la terre et dépendant de Dame Nature. Mais après, je pense que c’est vraiment un art de faire du vin. C’est évident pour moi que l’on a beaucoup de choses à faire en commun.
J’ai nommé le rosé Rosé Roséphine en référence à la chanson Osez Joséphine d’Alain Bashung. Je fais intervenir depuis toujours Didier Tallagrand, artiste contemporain et enseignant à l’Ecole Supérieure d’Art d’Annecy, pour créer nos étiquettes. Quand on a emménagé le caveau de vente on a laissé de l’espace sur les murs afin de pouvoir accueillir des expositions de peinture. Dans la cave, on a un grand graff coloré. On a rencontré l’artiste, le courant est passé, on lui a laissé l’espace le vendredi soir et on a eu la surprise le lundi matin.

Un grand merci Anaïs pour cette belle leçon de passion et de courage. Vous êtes pour moi un exemple à suivre pour toutes les femmes du vin qui n’osent pas assez, et pour tous les hommes du vin qui n’arrivent encore parfois pas à concevoir que l’on puisse manier un tracteur avec élégance...

Crédit photo : Audrey Martinez (La WINEista)