Les vins de Bourgogne accompagnent vos fêtes de fin d’année

Les vins de Bourgogne accompagnent vos fêtes de fin d’année

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas, l’occasion de retrouver vos proches autour de repas conviviaux et savoureux qui font la part belle aux mets d’exception. Mais savez-vous quels vins sélectionner pour les sublimer ? Parce qu’il est difficile de s’y retrouver dans l’infinité de cuvées à notre disposition, pourquoi ne pas miser exclusivement sur une région viticole prestigieuse, la Bourgogne ? De l’entrée au dessert, je vous ai déniché les nectars idéaux pour ravir les papilles de vos convives.

Huîtres et saumon fumé – Montagny 1er Cru Les Chaniots

Pour débuter notre repas de Noël, nous aimons servir des mets venant de la mer. En effet, ils permettent de mettre le palais en éveil et de commencer ce marathon gastronomique avec une légèreté bienvenue. Les huîtres et leurs notes iodées sont incontournables, comme le saumon fumé qui combine chair fondante et goût délicat. Ils appellent un vin blanc qui fait écho à leur minéralité, et qui saura souligner leur goût subtil sans l’écraser.

Direction Montagny et le Domaine de Montorge. Son 1er Cru Les Chaniots tire son nom de son sol argilo-calcaire riche en terres brunes et silex. Car chaniots signifie cailloux. De cette géologie singulière, le Chardonnay exprime des notes de pierre à fusil caractéristiques qui sont des alliées sensationnelles de ce type de mets. Elles se démarquent instantanément au nez, et rencontrent des fragrances d’aubépine, de chèvrefeuille et de citronnelle. En bouche, il est fringuant et fantastique de tension. Impeccable pour lancer ce réveillon.

Foie gras – Nuits-Saint-Georges

Impossible de parler d’agapes de fin d’année sans mentionner le foie gras. Et si l’on a tendance à l’accompagner traditionnellement de blancs moelleux, il forme un mariage audacieux et bien plus aérien avec des rouges fruités. Car leur croquant allègera son côté gras, quand leur rondeur pourra enrober cet onctueux délice.

En Nuits-Saint-Georges, le Domaine Jean Chauvenet cultive sont Pinot Noir sur des terres limoneuses, sableuses et graveleuses avec quelques minerais de fer par endroits. Cette cuvée est élevée en fûts d’un à plusieurs vins, avec 15% en fûts neufs. Ainsi, le bois est un support du fruit, il est intégré avec délicatesse. Au sein du bouquet, la rose se mêle à la fraise, au cuir et au pruneau. Charpenté et harmonieux, il possède des tanins présents mais fondus, qui ne prennent donc pas le pas sur la subtilité du foie gras.

Chapon – Givry 1er Cru Les Galaffres

Il est désormais temps de passer au plat de résistance, le chapon. Cette volaille généreuse est souvent accompagnée de pommes de terre fondantes, de châtaignes joliment croquantes et d’ail en chemise pour relever le tout. Elle sera somptueuse avec un vin blanc élégant qui contrastera magnifiquement avec sa peau croustillante et grasse.

Le Domaine Chofflet propose un Chardonnay plein de matière. Les vignes s’épanouissent sur un coteau de marnes et calcaires exposé plein sud. Une fois récolté, il est fermenté majoritairement en cuve avec une partie en fûts neufs. En découle une belle complexité aromatique oscillant entre le citron, le tilleul, la pomme et la noisette. Il trouve son équilibre entre moelleux et acidité, et enveloppe la chair fine et parfois sèche de la volaille, sans jamais perdre de sa fraîcheur. Une association captivante.

Bûche au chocolat – Volnay

Le repas se termine sur un dessert qui enchante tous les becs sucrés, la bûche au chocolat. Oubliez les vins effervescents et bousculez les codes avec un assortiment bien plus approprié au chocolat, le vin rouge. S’ils font aussi bon ménage, c’est parce qu’ils font tous les deux montre d’une certaine puissance et reposent sur une trame tannique.

Attention, toutefois, à préférer une cuvée sur la souplesse pour ne pas trop durcir ces tanins et finir sur une sensation de douceur. Le Domaine Bitouzet-Prieur transcende le Pinot Noir sur 3 parcelles voisines des 1er Crus de Volnay. Élevé en fûts de chêne français durant 12 à 16 mois, il offre un boisé d’une finesse incroyable, mais n’oublie jamais de laisser place à des notes de framboise, de mûre et de violette. Des arômes qui s’accordent à merveille avec des saveurs chocolatées.

Publié , par Marie Lallemand
Mise à jour effectuée