Connaissez-vous les vins du Pays Basque ?

Connaissez-vous les vins du Pays Basque ?

Longtemps restés dans l’ombre du bordelais, les vignobles du Sud-Ouest gagnent pourtant à être connus. Gaillac ? Gascogne ? Quercy ? Non, c’est au Pays Basque que nous nous intéressons aujourd’hui. Car autour de Saint-Étienne-de-Baïgorry et Saint-Jean-Pied-de-Port évolue l’un des plus petits vignobles de France, une pépite bien cachée à découvrir d’urgence.

Un parcours mouvementé

La vigne y a été implantée très tôt par les romains, mais s’est réellement développée grâce aux moines de l’Abbaye de Roncevaux. Comme tant d’autres dans l’hexagone, il doit son essor à la communauté religieuse au Moyen-Âge car la région est traversée par les chemins menant à Saint-Jacques-de-Compostelle. Après les pèlerins, la production est consommée par les ouvriers locaux, à tel point que sa superficie atteint 1700 hectares au début du XXème siècle. Mais il ne sera pas épargné par le phylloxéra, et la première guerre mondiale emportera une grande partie de sa main d’œuvre. Il lui aura fallu du temps, mais il s’est peu à peu reconstruit, modernisé et a trouvé sa place dans le paysage viticole français.

Une seule AOC, Irouléguy

Et la première étape majeure de ce second souffle fût la reconnaissance en 1970 de la seule et unique appellation d’origine contrôlée du Pays Basque à ce jour : Irouléguy. Constituée de parcelles morcelées, elle représente environ 230 hectares plantés et une cinquantaine de vignerons. Bien installée sur les piémonts pyrénéens, à l’abri des vents froids, elle profite de versants bien exposés. Grès, schiste, argile rouge et calcaire composent une mosaïque de sols idéale pour la culture de cépages noirs tels que le Tannat, le Cabernet Franc et le Cabernet Sauvignon. Côté blanc, le Gros Manseng, le Petit Manseng et le Courbu apprécient la fraîcheur des reliefs montagneux. Les vignes sont majoritairement aménagées en terrasses pour pallier aux fortes pentes, à quelques 300 mètres d’altitude en moyenne, et cohabitent avec prairies, forêts et autres cultures. La nature est donc mise à l’honneur sur ces terres où règne un microclimat apportant les vents du sud à l’automne et favorisant une maturation optimale.

Des crus de caractère

Le Pays Basque délivre des vins intenses, inimitables et généreux, à l’image de ses paysages et de ses habitants. Les rouges, très colorés, gagnent à être conservés quelques années pour adoucir leurs tanins. Le fruité de la jeunesse deviendra alors confit et accompagné de belles épices. Les rosés, désaltérants, rond et fruités, sont agréablement parfumés. Enfin, les blancs, minoritaires en termes de volumes, n’en sont pas moins intéressants. Entre gras, fraîcheur, fruits exotiques, épices et touches floral, difficile de ne pas se laisser tenter. De manière générale, tous ces vins sont caractérisés par une acidité et une amertume particulièrement présentes, un régal lorsque l’équilibre est atteint.

Mais Irouléguy n’est pas la seule ressource viticole de la région. Celle-ci ne cesse de gagner en qualité et de se dynamiser grâce à des viticulteurs aussi passionnés qu’innovants. En témoigne l’aventure d’Emmanuel Poirmeur et ses 2 hectares sur les falaises de la Côte Basque, territoire encore inexploré par les viticulteurs locaux qui révèle un magnifique potentiel. Afin de profiter de l’intégralité de son environnement, il utilise également une méthode de vinification sous-marine. Enfin, évoluant en dehors du carcan des AOC, il joue avec les variétés en utilisant Ugni Blanc, Colombard, Ekigaina, Arinarnoa, Grenache et Chardonnay. Tous ces éléments contribuent à la création de la gamme Egiategia, 100% immergée, dans les trois couleurs, ainsi que le blanc Erlaitza. Le Pays Basque n’a pas fini de nous étonner !