Tour du monde des vignobles : le Royaume-Uni
Tour du monde des vignobles : le Royaume-Uni
Publié le mercredi 24 janvier 2018

Tour du monde des vignobles : le Royaume-Uni

Non, il n'y a pas que de la bière et du whisky en Grande-Bretagne. Profitant du réchauffement climatique qui lui a apporté ses années les plus chaudes, le Royaume-Uni mise désormais sur sa production de vin.
Alors qu'on assistait auparavant à une grande utilisation de la chaptalisation, sur les dernières décennies, le taux de sucres naturels a significativement augmenté, rendant cette pratique moins courante. Un constat qui est à l'origine d'une forte tendance, l'industrie ayant connu une croissance de 135% en dix ans et annonçant vouloir doubler sa production d'ici 2020. De nouveaux domaines apparaissent en permanence et gagnent en savoir-faire chaque jour.

Une myriade de vignobles

Les îles britanniques représentent près de 1600 hectares de vignes réparties dans toute la moitié méridionale de l'Angleterre. Si ces chiffres sont encore bien loin derrière la France, on compte toute de même plus de 500 domaines dont la majeure partie se trouve dans le sud-est, dans les comtés du Kent, de l'East, du West Sussex et du Surrey. Le reste est dispersé le long des vallées de la Tamise et de la Severn, dans l'East Anglia, région la plus sèche d'Angleterre, dans le sud du Pays de Galles et en Irlande.

2,5 millions de bouteilles par an

Concernant l'encépagement, on constate une forte influence champenoise. En effet, les cépages de prédilection de la célèbre région viticole française, le Chardonnay, le Pinot Noir et le Pinot Meunier, représentent 45% de l'encépagement total du pays. Un chiffre déjà conséquent qui ne cesse de croître au grès des nouvelles plantations et de l'arrachage des vieilles vignes. Dans les variétés les plus cultivées, on trouve également Bacchus, Seyval blanc, et Reichensteiner.
On peut aussi citer le Madeleine x angevine 7672, seul cépage propre au Royaume-Uni. D'origine française, il serait le résultat d'un croisement entre la Madeleine royale et le Précoce de Malingre. Au total, le pays produit en moyenne 2,5 millions de bouteilles par an dont 80% de blancs acides, aromatiques et vifs. Les 20% restants sont essentiellement des vins rosés, malgré la présence de quelques rouges légers.

L'envie de concurrencer la Champagne

La production britannique est largement dominée par les vins effervescents inspirés du modèle champenois : issus des mêmes cépages, ils bénéficient d'une fermentation en bouteille. Avec cette hausse généralisée des températures, les îles britanniques ont pour ambition de se dresser aux côtés des crus champenois. Après tout, les sols crayeux de la région des Downs rappellent ceux de la Champagne…

Retrouvez l'article de La WINEista Vins effervescents anglais, le retour de la Guerre de cent ans ?