Tour du monde des vignobles : la Suisse
Tour du monde des vignobles : la Suisse
Publié le mercredi 09 mai 2018

Tour du monde des vignobles : la Suisse

Longtemps resté isolé, le vignoble Suisse est aujourd'hui encore trop méconnu malgré la qualité de sa production. Cette dernière, dont seulement 1% est exporté, est consommée localement en grande majorité. Mais avec ses paysages incroyables et le savoir-faire ancestral de ses vignerons, la Suisse n'a pas à rougir devant ses illustres voisins européens.

Une mosaïque de domaines viticoles

La viticulture Suisse bénéficie d'une grande diversité de terroirs. On y trouve notamment des vignobles en altitude parmi les plus élevés d'Europe, ainsi que des vignes cultivées sur des terrains très escarpés en amont du Rhône et du Rhin. Ensemble, ils constituent environ 15 000 hectares de vignes sur lesquels on compte des milliers de vignerons travaillant dans des conditions très particulières. En effet, il n'est pas rare que ces domaines confidentiels soient gérés par des viticulteurs à mi-temps qui en prennent soin plus comme des jardins que comme des entités commerciales. Le coût de la vie, et donc de la production, étant très élevé ils ne misent pas sur des vins bon marché mais sur des cuvées singulières ayant une grande typicité.

Plus de deux cent cépages cultivés

Le plus planté des cépages blancs, et de loin, reste le Chasselas. Généralement consommé comme raisin de table en dehors des frontières suisses, il trouve ici sa véritable typicité et arrive à s'affirmer. Très présents à l'origine, un grand nombre de cépages à raisins blancs ont été remplacés par du Pinot Noir, les oenophiles suisses préférant de loin le vin rouge. L'incontournable variété bourguignonne représente aujourd'hui plus de la moitié de l'encépagement. Répondant aussi au nom de Blauburgunder ou Clevener, il est cultivé dans l'ensemble du pays, hormis dans la région du Tessin qui met le Merlot à l'honneur.
Il existe aussi de nombreux cépages autochtones, parmi lesquels l'Arvine, l'Amigne, l'Humagne Blanc, l'Heida ou le Rèze pour les blancs, et l'Humagne Rouge, le Cornalin ou le Bondola Rouge pour les rouges. Une incroyable diversité de cépages avec plus de 200 variétés de vignes recensées.

Valais, Vaud et Genève, les principaux cantons vinicoles

A eux seuls, ces trois cantons représentent les trois-quarts de la production de vin Suisse. Cœur historique de la Suisse Vinicole, le Vaud accueilli il y a 900 ans les moines cisterciens venus de Bourgogne qui y plantèrent les premières vignes. 61% du vignoble est consacré au Chasselas, qui donne ici des vins très expressifs. Le rouge emblématique est le Salvagnin, un assemblage de Gamay et de Servagnin. L'influence tempérée du Lac Léman apporte à ces vins une agréable maturité.

Autrefois en deuxième position, le Valais a aujourd'hui pris la tête de la production Suisse, devant le Vaud, avec ses 5070 hectares et ses 20 000 viticulteurs. Acteur majeur de la région, la cave coopérative Provins vinifie un cinquième des vignes du canton. Ici, l'Arvine tire particulièrement son épingle du jeu grâce au climat aride et de manière générale les vins blancs produits sont puissants. Comme le Vaud, le Valais a un assemblage rouge qui lui est propre, le Dôle (Pinot Noir et Gamay). Il possède aussi un vin unique, le vin de glacier, issu de Rèze vieillie très haut dans les Alpes, que l'on pourrait apparenter au vin jaune du Jura.

Longtemps dominée par le Chasselas, la région de Genève est désormais le terroir de prédilection du Gamay, auquel s'ajoutent le Pinot Noir, le Gamaret et le Chardonnay. Sous-estimée durant des années, elle a cependant connu une magnifique évolution grâce à des viticulteurs ambitieux ayant troqué la tradition contre l'innovation. Avec des vins en gain constant de qualité, elle est maintenant un vignoble à surveiller de très près.