Test comparatif : 4 pompes à vin au banc d'essai
Test comparatif : 4 pompes à vin au banc d'essai
Publié le mercredi 25 mars 2015

Test comparatif : 4 pompes à vin au banc d'essai

Les fabricants sont formels : les pompes à vin permettent de conserver une bouteille ouverte pendant plusieurs jours. Sur le papier, ces petits outils composés d'un bouchon et d'une pompe sont ultra faciles à utiliser. Il suffit de reboucher votre bouteille et de pomper pour faire le vide d'air, empêchant ainsi l'oxydation du vin. Et dans les faits ? Toutlevin.com a voulu en avoir le cœur net. Nous avons demandé à Tristan Ringenbach, sommelier et caviste à Lyon, de tester avec nous quatre modèles de pompes à vindifférents. Banc d'essai.

La méthodologie du test

Tristan Ringenbach a sélectionné pour notre test cinq bouteilles de Côtes du Rhône rouge 2011 produites par la maison Guigal. Toutes ont été débouchées le premier jour. Après une première dégustation, quatre ont été rebouchées avec des pompes à vin, la cinquième avec son propre bouchon de liège. La deuxième dégustation a eu lieu 24 heures plus tard, la troisième, 48 heures après l'ouverture, le tout dans les mêmes conditions.

Première dégustation

Nous avons volontairement choisi des bouteilles qui n'ont pas besoin d'être ouvertes à l'avance pour ne pas fausser le test. A la première dégustation, le Côtes du Rhône se révèle tendre et juteux. Mis en bouteille en 2011, ce millésime est arrivé à maturité : il allie des tanins souples et des arômes de fruits noirs prononcés, mûre et myrtille en tête. Composé de syrah et de grenache, il révèle quelques notes épicées. On retrouve ainsi un peu de réglisse et d'épices douces. Bref, un vin structuré et gourmand, qui a une belle matière en bouche.

Les pompes à vin testées : résultats

Pompe à vin Vacuvin

Le placement sur la bouteille : Une fois le bouchon en silicone placé sur la bouteille, la pompe entre en action. Le mode d'emploi indique qu'il faut attendre un clic. Après plus de 30 secondes de pompage, la résistance commence à se faire sentir. Le fameux bruit, lui, est plus que discret.

Après 24 heures : Les arômes de fruits noirs ont laissé place à des notes plus douces de petits fruits rouges, comme la framboise et la cerise. Le nez reste intéressant, mais le vin a perdu de la longueur en bouche.

Après 48 heures : Si on retrouve encore quelques notes de fruits rouges, cette fois-ci le cacao torréfié et le pruneau dominent. En bouche, le Côtes du Rhône se révèle plat, comme s'il était passé.

Le + : Son petit prix
Le - : Le clic peu audible

Vacuvin et ses deux bouchons, à partir de 12 €

Gard'Vin ON/OFF L'Atelier du Vin

Le placement sur la bouteille : Ici, le bouchon en plastique est muni d'un piston rouge, qui sert d'indicateur. Lorsque la partie colorée n'est plus visible, plus besoin de pomper. Une astuce pratique, plus facilement détectable qu'un son ou qu'une résistance. Résultat, une vingtaine de secondes ont suffi à faire le vide d'air.

Après 24 heures : L'évolution est peu marquée. On retrouve les notes de fruits noirs originelles. En bouche, le vin se rapproche beaucoup de la première dégustation. Chair et structure sont au rendez-vous, il garde un bel équilibre.

Après 48 heures : Loin d'être éventé, le vin est toujours élégant après 2 jours d'ouverture. Les arômes fruités sont toujours présents, et les notes d'épices de plus en plus prononcées. La longueur en bouche se rapproche beaucoup de la veille. Aucune gêne à déplorer : difficile de deviner qu'il a été débouché il y a 48 heures.

Le + : Le piston rouge et le design de la pompe
Le - : Rien à dire : un sans faute !

Gard'Vin on/off et ses deux bouchons, L'Atelier du Vin, à partir de 22€

Bouchon vide d'air Vinilec

Le placement sur la bouteille : Oubliez la pompe manuelle. Le Vinilec se présente sous la forme d'un mini tonneau à visser sur le goulot de la bouteille. Alimenté par des piles, il fait lui-même le travail en aspirant l'air grâce à son moteur compact. Facile à installer, il se met à ronronner instantanément. Comptez près d'une minute pour faire le vide.

Après 24 heures : Le nez s'est éteint. Le vin a clairement perdu en expression. Les arômes d'alcool dominent les notes fruitées. En bouche, même constat : plus de sécheresse, moins de longueur.

Après 48 heures : Le bilan n'était pas reluisant la veille et il ne s'est pas amélioré. Le bouquet quasi inexistant laisse deviner des arômes fanés. Fade et plat, il en devient presque désagréable à déguster.

Le + : Son design original
Le - : Le prix ; il faut également penser à acheter des piles adaptées, non fournies avec la pompe.

Vinilec, partir de 39€

Pompe à vin Screwpull Le Creuset

Le placement sur la bouteille : Comme les deux premières pompes, le Screwpull se compose d'un bouchon à placer sur la bouteille et d'une pompe manuelle. Ici, pas d'indicateur : seule la résistance indique que le vide d'air est fait. Surprise ! Après avoir pompé quelques secondes, le vin se met à mousser légèrement !

Après 24 heures : Il faut quelques secondes au vin pour se ré-oxygéner. Une fois ouvert, il révèle une bouche longue et des arômes très proches de ceux de la veille.

Après 48 heures : Avec des arômes plus proches du champignon que du fruit, le Côtes du Rhône fermé avec le Screwpull a perdu de sa fraîcheur. On retrouve une note d'eucalyptus assez dérangeante. La bouche reste belle, avec une pointe d'acidité un peu plus marquée.

Le + : Ses trois bouchons : pratique lorsqu'on doit reboucher plusieurs bouteilles à la fois.
Le - : Le manque d'indicateur et la prise de mousse suspecte.

Screwupull Le Creuset et ses trois bouchons, à partir de 19€

Le bouchon en liège

Le placement sur la bouteille : Contrairement aux idées reçues, le bouchon en liège ne doit pas être inséré à l'envers : la poussière qu'il contient tomberait alors dans le vin. N'hésitez pas à forcer un peu pour lui faire reprendre sa forme d'origine, dans le sens où vous l'avez débouché.

Après 24 heures : Le vin semble avoir évolué pendant la nuit. Moins expressif, il laisse place aux arômes de sous-bois, entre le fruit et le champignon. Le bouquet reste agréable, mais la bouche est plate, comme si elle avait perdu son côté charnu.

Après 48 heures : En toute logique, le vin a continué d'évoluer depuis la veille. Les notes de sous-bois sont plus accentuées, mais la longueur en bouche reste la même. Le liège a fait le boulot : le Côtes du Rhône simplement rebouché est encore tout à fait buvable 48 heures après.

Palmarès de notre test

Après 24 heures, le Gard'Vin et le Screwpull Le Creuset se disputent la première place du podium. Le bouchon en liège s'impose devant le Vacuvin et le Vinilec, très décevants.

Après 48 heures, le Gard'Vin tient ses promesses et remporte haut la main la première place du classement, suivi du… bouchon en liège. Le Screwpull Le Creuset s'essouffle après 24 heures, tandis que le Vacuvin et le Vinilec plongent dans les profondeurs du palmarès.

Tristan Ringenbach, sommelier et caviste de la cave Triovino à Lyon, plaçant les pompes sur les bouteilles lors du test - toutlevin.com
Tristan Ringenbach, sommelier et caviste de la cave Triovino à Lyon, plaçant les pompes sur les bouteilles lors du test - toutlevin.com

Tristan Ringenbach, sommelier et caviste de la cave Triovino, rue Childebert à Lyon, plaçant les pompes sur les bouteilles lors de notre test.

Alexandra Reveillon