Quels vins avec une tarte à l'oignon ?

Quels vins avec une tarte à l'oignon ?

Aujourd’hui, nous nous intéressons à une tarte salée connue de tous, en particulier dans l’est de la France. Car si on la trouve partout dans l’hexagone, c’est l’Alsace qui s’attribue sa paternité, elle serait d’ailleurs la recette la plus ancienne de la région. Je parle bien entendu de la tarte aux oignons. En entrée, lors d’un repas gourmand ou en plat principal le temps d’un déjeuner rapide, on aime la déguster sur une tablée familiale comme dans un bistrot cosy.

Non, l’appellation tarte n’est pas exclusivement réservée aux mets sucrés, et cette recette le prouve. Des oignons émincés ou hachés selon les foyers, mais toujours fondants, une pâte à pain ou brisée croustillante, une pointe de crème pour lier, du beurre pour la gourmandise, parfois une touche de muscade pour relever le tout, et, surtout, une saveur aussi puissante qu’irrésistible qui fait oublier très vite les quelques larmes lâchées en coupant les oignons.
Mais une tarte qui a du caractère demande forcément un vin qui en a lui-aussi. Alors quelle cuvée ouvrir pour l’accompagner ?

Un blanc sec

On oublie le vin rouge pour une telle association, et, logiquement, on file en Alsace pour un accord régional qui ravira vos papilles. Entre Sylvaner, Pinot Blanc ou Edelzwicker, n’hésitez pas longtemps car les trois seront parfaits. Des vins aromatiques, aux notes fruités et florales, qui font montre d’une belle acidité. Toujours à l’est, laissez-vous tenter par la pureté, la vivacité et les délicates touches d’agrume d’un Bourgogne Aligoté. Idéal pour contrebalancer le côté sucré de l’oignon.
Ce sera également le cas d’un Chignin Bergeron, en Savoie, un savant mélange de gras et d’acidulé. Enfin, en Loire, un Pouilly-Fumé ou un Sancerre seront du plus bel effet. Leur minéralité et leurs quelques épices apporteront une autre dimension à ce mets.

Quelques bulles

Et pourquoi ne pas tester l’effervescence ? Elle permettrait d’amener de la légèreté à ce plat qui peut en manquer. Je vous propose une Clairette de Die. Élaborée à base de Muscat, un cépage qui lui offre beaucoup de personnalité, ses notes exotiques apporteront de la complexité à la recette.
Autre option, un Saint-Péray aérien, presque cristallin, avec des bulles fines et des notes de noisette qui s’associeront magnifiquement avec la tarte. L’enjeu ici est de dénicher des vins avec assez de structure pour s’imposer face au goût fort de l’oignon.

Ou un rosé de caractère

Pour surprendre ses convives, on se dirige vers les côtes de diverses régions.
Les Côtes-de-Provence, tout d’abord, pour la délicatesse méditerranéenne. Son intensité et sa fraîcheur offrent une pointe de légèreté, sa gourmandise fait écho à la tarte et on aime son côté acidulé.
On peut également se rendre chez les voisins de ce mets, les lorrains, avec un Côtes-de-Toul. Petits fruits rouges et fleurs se mêlent dans son bouquet expressif, pour laisser place à une bouche harmonieuse empreinte de vivacité. De quoi mettre vos sens en éveil.

Retrouvez notre recette de tarte à l'oignon !