Que boire avec un porc au caramel ?
Que boire avec un porc au caramel ?
Publié le vendredi 07 septembre 2018

Que boire avec un porc au caramel ?

Vous avez tous déjà goûté au moins une fois ce mets parfumé qui nous fait voyager instantanément dans des contrées lointaines, que l'on soit dans le confort de notre maison ou dans un restaurant. Grand classique de la cuisine vietnamienne, le porc au caramel possède également une variante dans la gastronomie chinoise. Ce délicieux plat sucré salé, qui est traditionnellement servi accompagné de riz, séduit grâce à ses belles épices et à ses saveurs exotiques.

On adore ce porc tendre enveloppé dans une sauce au caramel gourmande, le tout relevé par une touche d'ail, de gingembre et de sauce soja qui apporte juste ce qu'il faut de piquant.

Alors quelle bouteille ouvrir pour sublimer ce mets savoureux ?

Un accord tout en douceur

Deux choix s'offrent à vous concernant la sélection du cru idéal à ouvrir sur le porc au caramel. La première option, qui est aussi la plus logique, est de rester sur la même ligne directrice que le plat avec de la douceur. Pour ce faire, on peut donc s'orienter vers un vin rouge sucré, tendre et fruité. On privilégiera les vins doux naturels comme le Rasteau en Vallée du Rhône ou le Rivesaltes dans le Roussillon. Ces deux appellations délivrent des vins avec une palette aromatique offrant de magnifiques notes épicées. Concentration, opulence et puissance seront au rendez-vous.
Mais les blancs doux sont également à considérer. Ainsi, un Coteaux de l'Aubance ou un Vouvray moelleux en Loire, comme un Loupiac à Bordeaux seront capables d'accompagner le plat sans l'écraser. Réputés pour leur magnifique acidité qui leur confère un bel équilibre, ces vins ont définitivement de quoi rehausser à la perfection et avec finesse cette pléiade de saveurs exotiques.

Un accord de contraste

On peut également choisir de jouer, comme le sucré salé, sur un accord de contraste grâce à des produits qui, s'ils sont censés s'opposer sur le papier, feront ressortir le meilleur de l'autre. Côté rouge, on préfèrera des vins secs à savourer dans leur jeunesse. Vous pouvez donc vous laisser séduire par la rondeur d'un Chinon en Loire, les épices directement venues de la garrigue d'un Ventoux dans le Languedoc ou la souplesse d'un Pessac-Léognan dans le bordelais.
En blanc, on retrouve l'Alsace Gewurztraminer, compagnon idéal de la gastronomie asiatique grâce, notamment, à son bouquet explosif autour des fruits exotiques. Ce vin aérien qui possède cependant une belle matière saura trouver sa place face à ce plat complexe tout en le sublimant avec subtilité.