Que boire avec un cheesecake ?

Que boire avec un cheesecake ?

Le cheesecake, qui signifie littéralement gâteau au fromage, s’est imposé dans nos pauses sucrées depuis quelques années maintenant. Un mets typiquement américain… c’est du moins ce que l’on pourrait penser.

En effet, comme beaucoup de spécialités d’outre-Atlantique, il aurait des racines européennes. A l’origine, il répondait au nom de Vatrouchka, autrement plus exotique. Ce gâteau a été mis au point par la communauté juive polonaise, à qui l’on doit également le délicieux pastrami. Ce délice sucré a ensuite suivi le même parcours que la célèbre charcuterie, emporté dans les valises des émigrés juifs d’Europe qui se sont installés en Amérique. Et il n’a pas tardé à conquérir cette nouvelle patrie, tout en adoptant ses codes. Ainsi, la recette a connu quelques modifications.

Alors qu’elle était à base de fromage blanc, ce dernier est remplacé par le fameux cream cheese, plus crémeux. Quant à la base croustillante, d’abord sous la forme de fine pâte sablée, elle se compose finalement de biscuits émiettés. Enfin, pour conserver le goût authentique et légèrement aigre de la Vatrouchka, le cheesecake a intégré du jus de citron dans sa confection. En résulte un dessert dense et onctueux, avec une agréable acidité. Mais quelle bouteille ouvrir en sa compagnie ?

L’écho du blanc moelleux

Pour un accord harmonieux qui agira en tant que rappel de toutes les saveurs du cheesecake, on part du côté de l’Alsace. Avec un Gewurztraminer Vendanges Tardives, pour un mariage autour du fruit, en particulier les fruits exotiques, ou un Riesling, Vendanges Tardives également, plus tendu et très aromatique. Tous deux ont une magnifique acidité qui apporte de l’équilibre à l’ensemble et leur permet de conserver une belle fraîcheur. Sur une fin de repas, cet accord ne sera donc pas trop lourd. Il fera écho à l’acidité du cheesecake et à sa douceur, qui se ressemble s’assemble.

Le contraste des bulles

Plutôt axé accord de contraste ? Misez sur un blanc effervescent ! Deux solutions s’offrent alors à vous. Soit l’opposition frontale avec un effervescent d’une grande vivacité. On appréciera alors la finesse d’un Crémant de Loire ou, dans la même région, l’élégance aromatique d’un Saumur. Une légèreté bienvenue face au gras de ce dessert. Soit un mariage fruité avec un Asti Spumante ou, dans l’hexagone, un Bugey. Une explosion aromatique pleine de fraîcheur entre fruits blancs et amandes.

La puissance des vins doux naturels blancs

Dans le cas d’un cheesecake à l’acidité particulièrement présente (beaucoup de citron, coulis de fruits rouges ou exotiques), jouez sur un accord surprenant. On pourra ainsi servir un Muscat de Beaumes de Venise, qui impressionnera par sa persistance et jolis arômes de mangue, d’abricot et de miel. L’exubérance d’un Rivesaltes sera aussi du plus bel effet. Entre ses agrumes, ses épices et son opulence, il apportera une complexité intéressante.