La chronique de Loïc et Olivier #9 - Un vin peut en cacher un autre

La chronique de Loïc et Olivier #9 - Un vin peut en cacher un autre

Bonjour à tous,
Aujourd’hui je crois que je vais vous surprendre !
A l’heure où vous me lisez, j’ai quitté le vignoble familial. En conclusion de ce cycle, voici une dernière et heureuse chronique.
Depuis le début de l’année vous avez été nombreux à la suivre.
J’ai eu une grande joie à partager chaque instant de cette épopée, mais aujourd’hui j’annonce mon retrait de cette aventure.
Comment cela se peut-il ? Après autant de passion et d’émotions partagées ?
Au fil des mois, pris dans la ligne rédactionnelle de cette chronique, je n’ai pas fait état de la cohabitation familiale. Le pouvais-je, je ne crois pas. A la découverte de ce métier, des choix et orientations, des divergences sont apparues. Il était temps pour moi de repartir vers la diversité d’horizon que la vie du vin m’a toujours apporté.
Je pourrais parodier la chanson d’Aznavour : “Désormais nous ne vinifierons plus ensemble”.
J’ai vécu ces deux cycles de saisons viticoles comme une immersion d’une intensité, d’un goût inégalable. Uniquement pour cela, si c’était à refaire, je signerai à nouveau pour cette tranche de vie.

Le point de départ, non anodin, de ce périple aura été la mort de papa.
Pris dans l’urgence, poussé par l’appel du vin, un sentiment de ne pas vouloir interrompre le travail de papa, nous nous sommes lancés la fleur au fusil.
Tout a été très vite, peut-être trop, mais la réalité de la vigne n'aurait pas attendu.
Dans ce rush à reprendre en cours l’histoire d’un vignoble, sans doute a t-il manqué le temps d’une nécessaire réflexion commune. Les savoirs, les gestes à acquérir, les questionnements en ont fait une tranche de vie d’une coloration et d’une intensité particulière.
Les rangs de la vigne de papa auront été autant de chemins, d’improbables guides.
Ils auront amenés de belles rencontres. Loin des facéties de la ville, les hommes de la terre sont simples et humbles.
Mais la plus belle rencontre est celle de la terre. De ces jours, de ces semaines passées à vivre aux quatre éléments, une nouvelle conscience s’est ouverte dans mon esprit. A une époque inquiète des bouleversements climatiques, j’ai acquis le sentiment intime que l’homme et la nature peuvent se réconcilier.

La vigne fleurie
La vigne fleurie

Prendre pied dans la vigne est une telle expérience, de celles qui vous changent un homme.
Certains traversent l’Himalaya, d’autre vont à Saint-Jacques, ici nulle question d’horizons lointains. A chacun son voyage initiatique, son voyage intérieur. J’ai fait ce voyage à Pauillac, il n’aura pas été un retour, mais un détour aux sources.

Une boucle est bouclée. Je repars nourris d’un enseignement sur la vigne, la vie, ma vie.
Plus que des mots, voici quelques photos souvenir, de beaux souvenirs à partager encore une fois avant de refermer l’album.

C'est malin, on fait quoi maintenant ?

Et bien on fait du vin !

Aujourd’hui, je vais encore vous surprendre !
Prendre pied dans la vigne, c’est d’abord prendre son pied.
Mon chemin de vie à la vigne ne pouvait s’arrêter là. Hasard heureux, une page se tourne et une autre s’ouvre.

Souvenez-vous dans la rubrique “Tourner en barrique”, je vous parlais de Benjamin Lasserre, tonnelier de son état depuis quatre générations. Il se trouve aussi être vigneron, quatre génération aussi, ça en fait huit alors.
Pour un passionné de vin, évidemment avoir en la même personne cette double compétence est loin d’être anodine et avait de quoi exciter mes papilles.
La famille de Benjamin possède un joli château confidentiel, une pépite en A.O.C. Haut Médoc. Le château Lesquireau Desse.

Le château Lesquireau Desse
Le château Lesquireau Desse

Un jour il me fait faire le tour du propriétaire… Le vignoble est un écrin de trois hectares sur la commune de Vertheuil près de Saint Estèphe. Complètement atypique, sa configuration surprenante. Avec une belle exposition en plateau, les cépages sont plantés à l’opposé de Saint Emilion et du Médoc. Les merlots sur des graves fines, et les cabernets sauvignon sur un sol calcaire : super intéressant. Le joyau de la maison est la parcelle de Cabernet, elle remonte au moins à l’arrière grand-père.
Les bâtiments étagés sont situés sur la place du village et donne directement sur la magnifique chapelle et son abbaye classée. Abbatiale Saint Pierre, le prénom de papa...
Une grande cour, la maison de l’arrière grand-père et un chai bien équipé : une vraie carte postale. J’y ressens une histoire paisible. Avec un véritable coup de cœur, je commence à proposer ce vin à quelques-uns de mes clients. Benjamin mène la propriété avec son papa, et m’explique que pris par sa tonnellerie le château n’a pas été sa priorité.

Après avoir quitté l’exploitation de ma famille, j’ai la ferme intention de continuer une expérience viticole. Et là, il faut croire à la synchronicité : explication.
Quasiment concomitamment, nous décidons spontanément et sans concertation avec Benjamin de nous voir pour parler du château. Benjamin pour me demander si je pouvais réfléchir avec eux pour redynamiser le bébé. Et de mon côté, pour voir le concours que je pouvais leur apporter pour rester dans cet univers, avec comme bagage l'expérience acquise avec la vigne de mon père.
Très naturellement nous nous entendons sur une collaboration.
J’apporte une contribution transversale pour mettre en avant tous les charmes de cette pépite et lui redonner toute la lumière qu’elle mérite. Et dans même temps, il me confie une parcelle avec laquelle je vais faire joujou. Je pense faire une cuvée éthique dénommé “10 SIRI”, avec 10 rangs, dix barriques. Les vieux Cabernet Sauvignon vont parler.

Une nouvelle aventure commence ! La vie est surprenante, la vigne aussi.

A tous qui avez suivi cette aventure, merci de votre lecture.

Un grand merci à Charlotte et Cécile de Toutlevin.

Retrouvez la série complète de la Chronique de Loïc et Olivier :

- Episode 1 : La chronique de Loïc et Olivier
- Episode 2 : C'est la taille qui fait la différence
- Episode 3 : Tourner en barrique, mais pas que ...
- Episode 4 : Avril 2019
- Episode 5 : Du sol au ciel : sois bio et tais-toi
- Episode 6 : Juin 2019
- Episode 7 : Le gringo, la bimbo, le bobo et le robot
- Episode 8 : Août sans doutes