Et si vous replaciez les spiritueux au centre des tables de fêtes ?

Et si vous replaciez les spiritueux au centre des tables de fêtes ?

A l'approche de Noël et du Nouvel An, on voit d'ici clignoter en lettres d'or et en paillettes le mot champagne dans vos têtes. Certes, c'est une option amplement envisageable. Mais pour varier, pourquoi ne pas agrémenter vos fêtes de fin d'année d'un twist de spiritueux, ces alcools à l'immense variété et à la riche palette aromatique ? Voici nos trois suggestions, de l'apéritif au digestif.

Au fait, un spiritueux, qu'est-ce que c'est ?

A l'inverse des boissons fermentées, comme le vin, la bière ou le cidre, les spiritueux sont obtenus par distillation et/ou macération de matières premières agricoles (fruits, céréales, plantes, graines, canne à sucre), certains étant ensuite vieillis en fûts. Ils affichent une teneur en alcool minimale de 15%. On en recense pas moins de 46 catégories, réparties en plusieurs grandes familles : eaux-de-vie de fruits, eaux-de-vie de vin (armagnac, cognac, marc), eaux-de-vie de cidre (calvados), amers/bitters/gentianes, rhums, gins/genièvre/vodkas, whiskies, anisés, liqueurs et crèmes...

A l'apéritif, on réinvente les spiritueux en cocktails

Pour mettre ses papilles en condition, point de complexes, osez diluer! On allège la teneur en alcool des spiritueux en les allongeant. Les eaux-de-vie (tout particulièrement les blanches ou les jeunes), mais aussi la liqueur, se prêtent particulièrement bien au long drink. Pour ce faire, il suffit d'y adjoindre de la glace pilée ou non, de l'eau gazeuse, un tonic, voire du jus de fruits, selon les goûts. N'hésitez pas à jouer la carte esthétique : présenter dans des verres hauts cylindriques, agrémenter d'une tranche d'agrume, ou de quelques fruits dans le verre ou en décoration...

Quand les spiritueux passent à table

Vous n'y auriez pas pensé ou pas tenté... Et pourtant, les beaux accords sont légion à table avec les arômes et la force de caractère des spiritueux, notamment en accompagnement de divers mets festifs. A noter au passage : la quantité d'alcool ingérée pour un petit verre de 2 cl, fréquemment employé pour ce type de dégustation, n'est pas supérieure à celle d'un verre de vin.

Sur les poissons fumés (saumon, truite), on privilégie les cognacs, armagnacs ou une genièvre, sur le caviar une vodka, pour un accord à la fois puissant et frais, tempérant le sel de ces mets. Avec le foie gras cuit ou poêlé, subtilement saupoudré de gros sel, une eau-de-vie de mirabelle ou de prune viendra jouer le contraste. A l'heure du fromage, un munster sera sublimé par un marc de gewurztraminer, un camembert par un calva. Mais c'est certainement le moment du dessert venu que les spiritueux, tout particulièrement les alcools à 40 degrés, à la fois secs et très aromatiques, expriment leur plein potentiel, leur côté rafraîchissant allégeant l'opulence des gâteaux et autres gourmandises. Quelques couples qui marchent : une eau-de-vie de framboise et une bûche de Noël à la framboise ou aux fruits rouges, une eau-de-vie de poire et un dessert chocolaté ou au caramel, une vieille prune et une tarte tiède aux quetsches, un kirsch et une forêt noire, un limoncello et une tarte au citron meringuée... Et pour une touche de légèreté (un besoin que l'on comprend aisément en période de fêtes de fin d'année !) pourquoi ne pas simplement opter pour un vieux rhum avec un ananas rôti, ou une liqueur à l'orange avec une salade d'agrumes.

Les spiritueux, éternellement en digestif

On vous a déjà dit de vous inspirer de la sagesse de vos grands-parents ? Et bien cette recommandation est toujours d'actualité en matière de spiritueux ! Ressortez donc cette eau-de-vie ou cette liqueur jalousement oubliées au fond d'une armoire, et savourez-les comme vos aïeux, en digestif, afin d'en apprécier la riche palette aromatique et de mettre tous vos sens en éveil !

Plus d'informations et d'inspirations sur : www.spiritueux.fr