Comment choisir les vins de son mariage ?
Comment choisir les vins de son mariage ?
Publié le lundi 23 février 2015

Comment choisir les vins de son mariage ?

Une fois le lieu choisi, la robe essayée et le traiteur testé, les futurs époux se retrouvent souvent face à une question pas si évidente : quels vins servir lors de son mariage ? Derrière l'image du champagne qui coule à flot, la réalité demande un peu de pragmatisme. Budget, région, nombre de convives… Il ne faut négliger aucun paramètre. Toutlevin.com a demandé à Jean- Michel Deluc, sommelier du Petit Ballon, de partager ses conseils et ses bons plans. Suivez le guide !

Le champagne est-il incontournable lors des mariages ?

Tout dépend du budget dont vous disposez. Si un bon champagne fait toujours plaisir, investir dans une centaine de bouteilles n'est pas à la portée de toutes les bourses. Mieux vaut opter pour un bon crémant, qu'on trouve autour de 8€. Servi au verre, il fera illusion tout en gardant le côté festif et pétillant des bulles. On peut également servir un vin blanc ou un rosé lors du vin d'honneur, notamment si le mariage a lieu en été, dans une région ensoleillée. Les petits budgets peuvent se tourner vers les cocktails à base de mousseux ou de crémant, comme la soupe angevine ou le mojito au champagne. Il suffit de mélanger quelques bouteilles de bulles à des jus de fruits ou des alcools forts pour obtenir une boisson originale sans se ruiner. Effet garanti.

Peut-on changer du triptyque vin blanc en entrée, rouge avec le plat et champagne au dessert ?

Rien ne vous oblige à vous enfermer dans un schéma classique. Vous avez choisi un cocktail long et copieux ? Zappez l'entrée et passez directement au vin rouge si vous servez de la viande, blanc s'il s'agit de poisson. L'un et l'autre se marieront très bien avec le fromage. A l'heure du dessert, attention au champagne. De nombreux couples tiennent absolument à déboucher quelques bouteilles pour accompagner pièce montée et mignardises. Pourquoi pas, à condition de bien le choisir. Evitez de servir le même champagne qu'à l'apéritif. Brut, il trancherait trop avec les desserts. L'idéal est de compter quelques bouteilles de demi-sec pour marquer le coup tout en soulignant le côté gourmand de vos gâteaux.

Vers quelles appellations se tourner ?

Image oblige, les appellations les plus connues sont plébiscitées lors des mariages. Servir un Bordeaux ou un Chablis donne aux invités l'impression d'être gâtés, contrairement à une AOC moins répandue. A vous de voir ce que vous préférez. Si proposer un vin dont la réputation n'est plus à faire compte à vos yeux, n'hésitez pas à vous tourner vers des appellations satellites : un Lussac Saint-Emilion, un Blaye, un Côtes de Bourg ou un Lalande de Pomerol estampillés Bordeaux Premier Cru feront autant d'effet que les grandes AOC, la facture salée en moins. Qu'importe le nom, ce qui importe pour vous c'est la qualité ? C'est l'occasion de proposer des petites appellations de la région dans laquelle vous vous mariez. A vous les vins du Languedoc ou de Provence, au rapport qualité prix imbattable.

Quelle quantité de vin faut-il prévoir ?

En règle générale, le sommelier conseille de compter une bouteille pour trois personnes, soit un total de 33 quilles pour un mariage de 100 personnes, à répartir du cocktail au dessert. A vous d'ajuster selon vos convives : le nombre devra sans doute être revu à la hausse si vos témoins sont les piliers d'une équipe de rugby, à la baisse si la plupart de vos amies sont enceintes. Dans tous les cas, mieux vaut prévoir un peu de marge. Contrairement au pain ou aux petits fours, le vin n'est pas périssable. Il trouvera très bien sa place dans votre cave en cas de surplus !

Où acheter les vins de son mariage ?

Le plus simple est sans doute de s'adresser à son caviste, surtout lorsqu'on organise un mariage à moins de 100 personnes. Si la liste des invités se rapproche plutôt des 200 convives, se déplacer peut valoir le coup, notamment en Champagne où les producteurs proposent souvent des tarifs avantageux à la sortie des chais. A Bordeaux, l'écart entre le prix au domaine et chez le caviste est moins marqué. Inutile de sauter dans sa voiture à moins d'être dans la région : de nombreuses maisons proposent de vendre leur vin à distance, sans frais de port à partir d'un certain nombre de bouteilles.

Alexandra Reveillon

Merci à Jean-Michel Deluc, sommelier du Petit Ballon.