A la découverte du Château Haut Lignières

A la découverte du Château Haut Lignières

Après avoir rencontré la famille Decoster à Saint-Emilion (voir notre article), je vous emmène cette fois-ci à Faugères, Appellation d’Origine Protégée au nord de Béziers pour découvrir le Château Haut Lignières et son propriétaire, Jérôme Rateau qui y officie avec talent et courage. J’ai découvert ses vins pendant le confinement et ça a été un véritable coup de cœur que je partage avec vous.

God Bless Bacchus : Jérôme, qui es-tu, d’où viens-tu, comment es-tu arrivé dans le monde du vin ?

Jérôme Rateau : Jérôme Rateau, j’ai 40 ans (fêté pendant le confinement !) originaire d’une petite ville du Perche près de Chartres. Passionné par le vin grâce à mon père qui m’a transmis ce goût des bonnes bouteilles, j’en ai fait mes études, je suis devenu œnologue diplômé de la faculté d’œnologie de Bordeaux. J’ai exercé comme maître de chai dans le bordelais quelques années notamment à Saint-Emilion avant de me lancer dans l’aventure vigneronne en 2007 pour assouvir mes envies de liberté dans la vinification !

Jérôme Rateau
Jérôme Rateau

God Bless Bacchus : Qu’est-ce qui t’as amené jusqu’à Faugères ?

JR : Au départ quand j’ai décidé de devenir vigneron, j’ai évidemment cherché là où je me trouvais et où je connaissais c’est-à-dire le bordelais. J’ai longtemps prospecté mais lorsque les prix étaient abordables le terroir n’y était pas et quand le terroir y était le prix était délirant. C’est un collègue de l’époque qui ayant travaillé dans le Minervois quelques temps m’a orienté vers le Languedoc. Je dois avouer au départ je n’étais pas franchement convaincu de son conseil. Mon idée des vins du Sud était celle de beaucoup dans les années 2000, un vignoble de petits vins... Quelle claque j’ai pris lors de ma première visite ! C’était à Narbonne, je déguste une cuvée Romain Pauc de la Voulte Gasparet (NDLR : Vignoble situé non loin de Narbonne, à quelques kilomètres de l’Abbaye de Fontfroide)… et j’ai compris que tout était possible dans cette région !
Ensuite, j’ai parcouru la région dans tous les sens et je suis tombé amoureux du terroir de Faugères ! Ses montagnes, cette nature omniprésente, ses coteaux de schistes et surtout ses vins ! Élégants, subtiles et racés ! Ensuite c’est une succession de rencontres qui m’a amené au château Haut Lignières. Il était à vendre depuis 2 ans et le coup de cœur a été instantané lorsque je me suis retrouvé dans le vignoble avec cette vue panoramique jusqu’à la Méditerranée portant à 40 kms !

Ce qui fait le terroir de Faugères, ce sont définitivement ses coteaux de schistes, associés à l’altitude et l’orientation du vignoble qui est tourné vers la mer. Les vins sont plus élégants, plus vifs, moins too much que dans bien des zones de l’Occitanie. C’est ça qui m’a séduit ici.

Les vignes du Château Haut Lignières <sup>©</sup>Jérôme Rateau
Les vignes du Château Haut Lignières ©Jérôme Rateau

God Bless Bacchus : Quelles sont les origines des noms de tes cuvées ?

Il y en a beaucoup ! Mais le 1er s’appelle ainsi car au commencement il n’y avait qu’une cuvée au château Haut Lignières, et lorsque mes prédécesseurs ont décliné la gamme, le 1er vin produit est donc resté nommé le 1er tout simplement.

- Carmina Butis signifie la colline rouge car notre vignoble est sur des collines dont le feuillage vire au rouge à l’automne.

- Les Petites Plumes est nommée ainsi car cette cuvée est délicate et douce comme une petite plume, mais plus personnellement c’est un petit hommage à la petite plume qui partage ma vie depuis près de 10 ans déjà.

- Empreinte Carbone c’est une cuvée qui au départ se faisait entièrement à la main, viticulture et vinification comprise ! Sans tracteur ni électricité. D’où le nom empreinte carbone, car celle-ci est la plus faible possible pour produire ce vin. Désormais mon dos et mes genoux ne me permettent plus de faire autant de travaux manuels, mais je continue dans cet esprit au maximum sur cette cuvée tant que j’en suis encore capable physiquement.

<sup>©</sup>Jérôme Rateau
©Jérôme Rateau

God Bless Bacchus : Une anecdote sur tes vendanges ?

Il y en a des tonnes ! Notamment lorsque j’attendais une benne de raisin depuis une heure, mon père arrive à la cave hilare il y en a un qui a mis sa benne dans le fossé et il essaye de la remonter tout seul ! … Il se trouve que c’était ma benne ! …. No comment !
Il y a aussi la première cuvée Empreinte Carbone qui en fait était le résultat d’une expérimentation d’un stagiaire DNO (NDLR : Diplôme National d’Œnologie) et qui au final était tellement bonne que j’ai décidé de la mettre en bouteille, c’était en 2011. Pour la petite histoire cette cuvée a failli s’appeler Le stagiaire avait raison !
Il y a aussi ce millésime 2014 tellement compliqué avec pas moins de 7 épisodes cévenols tombés avant et pendant les vendanges, nous mettant dans des situations très délicates et provoquant parfois de gros dégâts dans les rangs de vignes. Des chemins disparus par le ravinement, des raisins éclatés par la violence des pluies etc… Nous nous sommes beaucoup battus cette année-là. Je n’ai jamais été aussi fatigué mais le résultat est là : un millésime atypique et superbe ! Ma sœur l’a même choisi pour son mariage en 2018 !

Le paysage du Vignoble de Faugères <sup>©</sup>Diabolo Bohème
Le paysage du Vignoble de Faugères ©Diabolo Bohème
Les schistes présents sur l’appellation Faugères  <sup>©</sup>Diabolo Bohème
Les schistes présents sur l’appellation Faugères ©Diabolo Bohème