Zoom sur la Biodynamie
Zoom sur la Biodynamie
Publié le vendredi 20 janvier 2017

Zoom sur la Biodynamie

Et si une nouvelle ère se mettait en place ? Une ère à l'écoute de la nature, à l'écoute des plantes et de l'interaction entre elles et leur environnement qu'il soit immédiat ou global. Et si l'Homme sentait enfin germer l'idée que la nature a encore beaucoup à nous apprendre à défaut de la dégrader à vitesse grand V ? Il me semble logique de faire des petits pas qui mis bout à bout et si chacun s'y met tranquillement, feront bouger les choses à moyen terme.

Et c'est en ce sens que la biodynamie est très intéressante. Il s'agit de repenser la perception des cycles de la vigne. Plutôt que de mettre un paquet de produits chimiques en se disant que dans le tas, il y a bien quelques maladies qui partiront (je ne jette pas la pierre mais alors pas du tout, je sais combien il est difficile de conserver la vigne en vie car elle reste très fragile et la solution la plus abordable reste le phyto), la biodynamie se penche directement sur l'influence de l'environnement de la vigne pour l'aider à pousser le plus naturellement possible.

Et pour cela il existe pas mal de méthodes. Afin de donner un cadre très sérieux à ce qui semble devenir une vague organique dans les vignes, quelques organismes ont été créés afin de certifier les méthodes dites de biodynamie comme Demeter ou Biodyvin. Et le cahier des charges est très strict . On est loin des débuts où tout un chacun y allait de sa théorie green.

Mais alors c'est quoi la différence entre le bio et la biodynamie ?

Disons que la biodynamie est l'aboutissement du bio. En effet, pour être certifié en biodynamie, un vignoble doit pouvoir justifier d'un certain nombre d'années en culture bio à savoir plus d'engrais chimiques dans les vignes et d'autres mesures restrictives pour le chai. Ensuite il faut pouvoir justifier des méthodes très concrètes.

Ainsi le vigneron qui s'implique en biodynamie est amené à utiliser (mieux, faire lui-même) des tisanes à base de plantes dont chacune a une fonction très précise en fonction de la période de l'année (protéger contre un insecte en avril, une maladie en juin, de bactéries quelques semaines avant les vendanges…) . Il existe aussi la fameuse bouse de corne, une simple bouse de vache fermentée dans les cornes du dit animal, qui sera ensuite pulvérisée régulièrement dans les sols pendant la période hivernale. Je dois avouer qu'au départ je pensais qu'il s'agissait d'une blague mais c'est bel et bien une méthode consignée dans le cahier des charges. L'eau dynamisée est un autre élément important en biodynamie. Il s'agit de récupérer les eaux de pluie afin de les faire chauffer à 35/37°C puis d'utiliser un dynamiseur pour créer un mouvement dans l'eau qui est cassé en changeant le sens de rotation de l'axe de la machine. Le tout dans une cuve en cuivre. Oui c'est technique et c'est bien pour cela que c'est passionnant.

Pour résumer, la biodynamie c'est avant tout un état d'esprit, une manière de voir la nature différemment et surtout un respect et une connaissance très aboutie des divers processus de la nature. La corrélation avec la lune par exemple est très importante, tout comme le placement de haies ou de petits bois non loin des parcelles de vigne qui permettent une belle protection car c'est un habitat naturel pour certaines espèces d'animaux ou d'insectes qui sont eux-mêmes des prédateurs pour des bactéries ou d'autres insectes. C'est un retour à l'observation et finalement à ce que faisaient nos ancêtres mais avec des méthodes bien plus poussées.

Il ne faut pas forcément taper sur l'agriculture traditionnelle car elle a permis de faire progresser de manière fulgurante les méthodes de vinification mais aussi de pousse de la vigne. Et c'est de ces processus mis en place depuis plusieurs décénies que sont aujourd'hui adaptées les méthodes de biodynamie. Rien ne se perd, tout se transforme.

Cela reste néanmoins un gros investissement en temps pour le vigneron qui décide de faire de la biodynamie. On ne se lance pas comme ça du jour au lendemain. C'est un cheminement et cela rejoint tout à fait mon idée qu'il s'agit avant tout d'un état d'esprit qui va eu delà du simple produit vin . Les plus grands vignobles comme le Château Ferrière à Margaux se sont mis il y a déjà pas mal de temps à ces méthodes naturelles. Beaucoup d'autres petites et grandes propriétés leur ont déjà emboité le pas et se lancent dans la biodynamie.

On n'a pas fini d'en entendre parler, croyez-moi !