Vins volcaniques : à la découverte de l’Etna

Vins volcaniques : à la découverte de l’Etna

Volcan célèbre pour ses éruptions spectaculaires mais, heureusement, rarement meurtrières, l’Etna domine la Sicile du haut de ses 3350 mètres. Il abrite également un vignoble singulier, producteur de rouges tanniques comme de blancs minéraux et floraux qui se construisent, au fil des années, une belle réputation.

Une histoire explosive

L’origine de la viticulture remonte ici à l’Antiquité. Ces vins voyageaient d’ailleurs en amphore dès le VIIème siècle avant Jésus Christ et, passés de la domination grecque à la romaine, ils n’ont cessé de gagner en notoriété. Une histoire millénaire qui explique l’importance de la tradition. Certaines techniques inventées à l’époque, telles que le pressoir à vis, sont encore utilisées par endroit à l’heure actuelle. Sans oublier I Vigneri, association de vignerons héritière des confréries d’autrefois qui défend ce savoir-faire ancien.

Au Moyen-Âge, puis à la Renaissance, ils prennent encore plus de poids grâce à leur capacité à être transportés. Une faculté que l’on attribue aux tanins et l’élevage en fûts de chêne. Ils atteignent ainsi 50 000 hectares de vignes à la fin du XIXème siècle, l’âge d’or de cette région. Mais ils connaîtront ensuite moult obstacles tels que le phylloxéra et la hausse des taxes sur le vin. Cependant, un vent nouveau souffle depuis les années 60, notamment à travers la reconnaissance de la qualité par l’obtention d’une DOC, l’équivalent de nos AOC. On compte aujourd’hui quelques 4000 hectares.

Terroir unique et cépages autochtones

Le vignoble de l’Etna, c’est un écosystème unique sur une île déjà singulière. Bien installé dans le bassin méditerranéen, il s’imprègne des coulées de lave basaltique. Les rangs de vignes s’épanouissent entre les agrumes en bas et les châtaigniers en haut, dans une biodiversité particulière, une multitude de microclimats, et la proximité de la rivière Alcantara. Elles s’étendent sur des pentes entre 400 et 800 mètres d’altitude, et sont structurées en terrasses délimitées par des murets en pierre de lave.

A l’instar des autres régions italiennes, il possède des variétés locales. On peut ainsi citer le Nerello Mascalese, connu aussi sous le nom de Nireddu en Sicile. Ses raisins bleutés à violacés délivrent fruits rouges intenses et épices. Ses tanins marqués et son acidité rappellent le Pinot Noir. Toujours en rouge, le Nerello Cappuccio qui serait de la même famille que le Sangiovese, cépage utilisé pour produire le fameux Chianti. On apprécie sa robe profonde et ses fruits compotés. Côté blanc, le Carricante aime la fraîcheur. On le cultive donc à des altitudes plus élevées pour révéler ses notes exotiques. Le Minnella, lui, est aromatique et pur, et le Catarratto rentre dans la composition de nombreux assemblages, dont celui du Marsala.

Des cuvées pour tous les œnophiles

Ensemble, ces variétés offrent une large gamme, rouges, blancs, rosés, effervescents. Le point sur les quatre DOC à retenir. Etna Rosso, tout d’abord. Située sur le croissant oriental du volcan, elle propose des vins à la robe grenat ou rubis. Ils se démarquent par leurs tanins structurés, leurs arômes de fruits rouges et, plus surprenant, leurs notes de cannelle, poivre et fumé parfois. Etna Rosato ensuite, des rosés secs, floraux et subtilement astringents. Etna Bianco également, à la couleur jaune paille aux reflets verdâtres. Leur bouquet oscille entre fleurs, blanches, citron, herbes sauvages et pomme. On retient surtout leur minéralité et leurs touches iodées, signes de l’influence marine. Etna Spumante, enfin. Ces vins mousseux conçus dans la même zone géographique que les blancs tranquilles, en blanc ou rosé, sont élaborés en méthode champenoise avec seconde fermentation en bouteille. De quoi ravir les papilles de tous les profils d’amateurs de vin.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi Tour du monde des vignobles : l’Italie

Publié , par Marie - Drink a beat