Tout savoir sur le Champagne rosé
Publié le mardi 15 décembre 2015

Tout savoir sur le Champagne rosé

Derrière ses bulles fines et sa robe grenadine, le champagne rosé intrigue. Il serait féminin, doux, sucré même. Et s'il s'agissait plutôt d'un champagne de caractère, travaillé de la même façon, ou presque, qu'un champagne blanc ? Pour éviter les idées reçues, toutlevin.com s'est penché sur les mystères du champagne rosé et vous emmène à la découverte de sa fabrication.

Comment le champagne rosé est-il fabriqué ?

Comme le champagne blanc, le champagne rosé est élaboré selon la méthode traditionnelle, dite champenoise. Une fois vendangés, les raisins sont pressés de façon à obtenir un jus. Celui-ci est placé dans une cuve, dans laquelle il repose pendant plusieurs semaines. C'est la fermentation : le sucre des fruits se transforme en alcool. Le vigneron procède ensuite à des assemblages entre ses différents vins tranquilles, avant de les mettre en bouteille. Il ajoute alors un liquide, la liqueur de tirage. Composée de vin, de sucre et de levures, elle provoque une seconde fermentation, qui entraine la formation des bulles. Le champagne vieillit enfin en cave, régulièrement remué pour faire remonter le dépôt qui se forme naturellement dans le goulot. On plonge alors la bouteille dans un bain de saumure à -17°C, pour congeler ce dépôt. Sous la pression des bulles, ce dernier est expulsé. Le vigneron en profite pour ajouter la liqueur d'expédition dans la bouteille. La quantité de ce mélange de vin et de sucre varie selon le résultat désiré. On parle alors de dosage, qui permet d'obtenir des champagnes zéro dosage, extra bruts, brut, extra dry, sec, demi-sec ou encore doux.

D'où vient la couleur du champagne rosé ?

Contrairement au champagne blanc, le champagne rosé est élaboré à partir de jus colorés. Il existe deux façons d'obtenir un vin effervescent à la robe rose. La première reprend les principes de production des vins rosés tranquilles. Les raisins noirs à jus blanc issus du cépage pinot noir ou pinot meunier sont foulés avec leur peau. Celle-ci donne alors sa couleur au jus lors de la macération. On obtient alors un vin tranquille rosé, qui est ensuite travaillé de la même façon que les vins blancs utilisés pour élaborer les champagnes blancs. La seconde consiste à vinifier séparément du vin rouge reconnu par l'AOC Champagne et du vin blanc tranquille. Il suffit alors de les réunir lors de l'assemblage, avant la mise en bouteille et la prise de bulles. La Champagne est la seule région française autorisée à mélanger vin rouge et vin blanc.

Les cépages sont-ils les même que ceux utilisés pour obtenir un champagne blanc ?

Le pinot meunier et le pinot noir peuvent tous deux entrer dans la composition des champagnes blancs comme des rosés. Les vignerons peuvent aussi utiliser du chardonnay dans le cas où ils optent pour un champagne rosé d'assemblage, ce raisin blanc ne permettant pas de coloration s'il est vinifié seul.

Champagne rosé et champagne blanc, quelle différence aromatique ?

Mêmes cépages, même méthode champenoise… les champagnes rosés se distinguent pourtant des champagnes blancs par leurs arômes. On retrouve ainsi des notes friandes de petits fruits rouges, là où le champagne blanc est réputé pour ses notes de fruits blancs, de fleurs et de brioche. Les arômes différents du Champagne rosé sont dus à la macération de la peau des raisins, qui contient des tanins. Plus cette macération est longue, plus les champagnes rosés sont puissants.

Le champagne rosé est-il forcément sucré ?

Non ! Ne vous fiez pas à sa couleur : une robe grenadine peut cacher un champagne extra dry, bien moins dosé en sucre qu'un rosé demi-sec. Comme pour le champagne blanc, le champagne rosé contient une liqueur d'expédition composée de vin et de sucre. On peut alors aussi bien obtenir un champagne rosé brut que doux.

Quels plats servir avec un champagne rosé ?

Les champagnes rosés brut et extra-dry peuvent être servis à l'apéritif ou lors d'un dîner, accompagnés de verrines de saumon fumé, voire de toasts de foie gras. Leurs arômes de fruits rouges se prêtent également très bien aux mariages avec les épices et les saveurs orientales. N'hésitez pas à les déguster avec des plats sucrés salés comme un tajine aux abricots ou une volaille laquée. Les vins plus sucrés, comme le demi-sec ou le doux, s'apprécient au dessert, surtout si vous servez une recette à base de fraises ou de framboises.

Alexandra Reveillon