Tout savoir sur Bacchus

Tout savoir sur Bacchus

Parce que le vin c’est aussi (et surtout) de la culture, nous allons parler un peu de mythologie aujourd’hui. On le connaît sous le nom de Bacchus chez les romains, mais également de Dionysos chez les grecs, vous avez déjà vu des représentations de lui un verre à la main et entouré de grappes de raisins, il s’agit bien entendu du dieu du vin.

Sauvé par la vigne

Comme il est coutume dans les mythologies grecques et romaines, l’apparition de Bacchus résulte d’une histoire pour le moins… particulière. Il est le fils de Jupiter et de Sémélé, une mortelle fille du roi de Thèbes. Mais Junon, femme de Jupiter et déesse, voit d’un très mauvais œil cette union. Elle décide donc d’intervenir et convainc l’humaine de demander à son amant de se présenter devant elle sous sa forme divine. Elle meurt sur le coup et Jupiter, désireux de sauver son enfant, le retire du ventre de Sémélé et l’installe dans sa cuisse jusqu’à sa naissance.

Mais le répit de Bacchus est de courte durée car Junon reste déterminée à l’éliminer. Il subit la fureur des titans qui le découpent en morceaux et le font bouillir dans un chaudron. Une fois de plus, il est sauvé in extremis et part vivre avec les nymphes de Nysa sous la forme d’un chevreau. Il grandit dans une grotte, protégé d’une vigne qui lui sert aussi à se nourrir et explique son rôle futur de dieu du vin. Cependant, il n’est alors qu’un demi-dieu. C’est en réussissant l’exploit d’aller chercher sa mère aux enfers qu’il atteint finalement le statut divin.

L’incarnation de la liberté

Loin d’être l’entité la plus vénérée à l’époque, il était surtout réservé à un public d’initiés contrairement à son homologue Dionysos qui est une figure incontournable du panthéon grec. Ses disciples se livraient aux mythiques bacchanales, des orgies d’abord réservées aux femmes, puis mixtes, qui étaient connues pour la débauche qui y régnait. Elles avaient un caractère subversif et beaucoup de romains étaient choqués par les discussions indécentes qui s’y tenaient. Le sénat tenta ainsi de les interdire par décret, sans aucun succès. Les fêtes continuent et deviennent même un symbole de la liberté d’expression.

Car au-delà du vin, Bacchus respire l’art. Dieu des festivités, de la danse et des plaisirs, il est aussi le père du théâtre et de la tragédie. On le nomme parfois Liber, car il libère l’esprit de tout souci. Assis sur un tonneau, le corps charnu, la tête surmontée de cornes, un thyrse dans sa main ou une corne d’abondance à ses côtés…nombreuses sont ses représentations. Son bel enthousiasme et son côté fantasque ont inspiré les peintres à travers les siècles. Tout comme le vin, il est depuis toujours affectionné des artistes.