Tour du monde des vignobles : À la découverte du vignoble grec
Tour du monde des vignobles : À la découverte du vignoble grec
Publié le vendredi 10 août 2018

Tour du monde des vignobles : À la découverte du vignoble grec

La Grèce a dû surmonter de nombreuses difficultés pour devenir un vignoble moderne et s'étendre à l'international. On peut par exemple citer les caractères de la langue grecque, illisibles pour un public étranger, la notoriété jusque-là confidentielle de ses vins, ou encore la géographie complexe du pays. En effet, entre risques de sécheresse et une myriade de terroirs aussi complexes que montagneux, il aura fallu à la Grèce de nombreux viticulteurs passionnés pour exprimer la richesse de ses terres.

Une nouvelle impulsion

Ce sont eux qui, les premiers, ont perçu le potentiel incroyable de cette zone géographique. Les vignes s'y épanouissent à des altitudes élevées sur des pentes abruptes, les terres plus fertiles étant dédiées à d'autres types d'agriculture. Pour comprendre l'évolution du vignoble grec, il faut remonter à 1985. A cette époque, une nouvelle génération d'agronomes et œnologues y reviennent après avoir été formés en France. Ce mouvement, couplé à de multiples subventions, venues notamment de l'Union Européenne, permet une grande avancée des technologies et la création d'exploitations sur des terroirs jusqu'ici inexploités. La viticulture se développe alors dans des climats plus frais et la gamme de vins grecs s'agrandit profondément en offrant un bel éventail d'expressions.

Une mosaïque de terroirs

La Grèce se compose d'une multitude de climats et de sols, à l'origine de vins foncièrement différents. Ainsi, la Macédoine est synonyme de production de rouge où le Xinomavro, cépage autochtone, est roi. Son nom, qui signifie acide noir, explique le magnifique potentiel de garde des vins qui en sont issus. La région abrite l'appellation la plus conséquente et la plus ancienne du pays : Nàoussa. Toujours sur le continent, on trouve la région de l'Épire comprenant une seule et unique appellation, Zitsa. Ici, la variété phare est le Debina, qui offre des vins blancs secs tranquilles et effervescents. Mais c'est également en Épire que l'on trouve les plus hautes vignes de Grèce, à 1200 mètres d'altitude. Enfin, la partie centrale du pays est la maison mère du Retsina, cru le plus connu de Grèce. Ce vin résiné à la palette organoleptique singulière a longtemps représenté la production grecque.

Cependant, la viticulture ne s'arrête pas qu'aux vins continentaux. La Grèce possède plusieurs îles qui se sont distinguées dans ce domaine. On peut commencer par citer la Crète, la plus importante productrice, qui est à l'origine du renouveau de cépages autochtones presque oubliés : le Vidiano, le Dafni, ou encore le Plyto. Dans le nord-ouest, on trouve aussi la Céphalonie et sa voisine Zante. Autre spécificité, certaines îles sont réputées pour leur production de muscat, parmi lesquelles Sàmos et Limnos. L'île de Rhodes, elle, s'est construit une solide notoriété grâce à ses blancs effervescents. Enfin, Santorin est aussi appréciée des touristes que des œnophiles grâce à ses vins blancs intenses et minéraux.

Riche en cépages locaux et en terroirs atypiques, la Grèce a réussi à s'imposer dans le paysage viticole international à travers des vins originaux aux expressions diverses.