Que boire avec un riz au lait ?

Que boire avec un riz au lait ?

Madeleine de Proust par excellence, le riz au lait est un fleuron de la cuisine française du quotidien. Un mets si ancien que Louis IX en aurait dégusté en 1248. Sa recette a évolué au fil des siècles mais son côté régressif, lui, n’a jamais changé. Pour terminer le repas ou commencer la journée, chacun a sa manière favorite de le consommer.

Son ancêtre est le porridge, sorte de bouillie à base de céréale et d’eau ou de lait assez nourrissant pour nourrir une famille entière lorsque les temps étaient durs. Il ne connût sa forme actuelle qu’à partir des échanges commerciaux avec l’Asie, et donc l’arrivée du riz. S’il a définitivement des origines françaises, il est également l’un des desserts les plus répandus à travers la planète. On le trouve ainsi lors du repas de Noël en Scandinavie, aromatisé avec diverses épices en Inde, au citron et à la cannelle en Grèce, avec une pointe de sirop d’érable aux États-Unis, cuit dans des ramequins typiques en Turquie, enrichit de l’onctuosité de la crème fraîche au Royaume-Uni, ou encore riche en fleur d’oranger au Maroc. Dans l’hexagone, il est généralement vanillé, parfois agrémenté de zestes d’agrumes, de fruits confits, ou d’un gourmand nappage au caramel. Mais avec quel vin peut-on le sublimer ?

Un blanc liquoreux

L’accord parfait se fera avec un vin structuré à la douceur profonde et avec beaucoup de finesse. Attention cependant à ne pas trop ajouter de sucre dans votre riz au lait pour éviter de saturer votre palais, particulièrement en fin de repas. Pour cela, on se dirige vers l’Alsace et un Pinot Gris Vendanges Tardives. Ses notes d’abricot sec, de miel et d’épices feront écho aux saveurs de ce délice sucré, tandis que sa minéralité équilibrera le tout. Dans le bordelais, l’opulence du Sauternes, combinée à ses saveurs de fruits exotiques et de pain d’épices composeront une alliance explosive. Enfin, un Vin de Paille de l’appellation Arbois, qui oscille entre fraîcheur et sucrosité avec des arômes de raisins secs et de cannelle sera idéal.

Un effervescent atypique

Particulièrement adapté sur un riz au lait peu sucré et riche en écorces d’agrumes confites, un vin effervescent émerveillera les papilles de vos convives. On évite les extra brut pour garder un peu de sucre résiduel et ne pas trop trancher avec la douceur de ce mets. Cependant, la vivacité du vin apportera un joli contraste. On peut opter pour un Vouvray Mousseux, issu du cépage Chenin. On apprécie particulièrement sa matière fraîche, sa minéralité et sa persistance aromatique. Dans un autre registre, les fruits secs et l’onctuosité d’un Crémant de Die ou d’un Gaillac Méthode Ancestrale constitueront un mariage agréable.