Pourquoi trinquer ?
Pourquoi trinquer ?
Publié le mercredi 15 août 2018

Pourquoi trinquer ?

Anniversaires, mariages ou tout simplement retrouvailles entre amis…nombreuses sont les occasions de lever nos verres et de trinquer. Mais d'où vient cette coutume particulière, qui s'est profondément installée dans nos quotidiens d'œnophiles ?

Sus aux empoisonneurs !

L'origine de cette tradition considérée comme joviale de nos jours s'avère cependant très sombre. En effet, il faut remonter à l'époque du Moyen-Âge pour comprendre comment est arrivé ce geste étrange de cogner nos verres entre eux. Bien que surprenante aujourd'hui, l'explication est pourtant très simple : les empoisonnements étaient alors courants au sein des grands banquets accueillant des seigneurs concurrents et la méfiance était donc de rigueur. Ainsi, le fait d'entrechoquer les verres permettait de transférer une petite quantité de ce que contenait chacun d'eux dans les autres. Plus qu'un instant de communion, c'était surtout une véritable cérémonie, les buveurs trinquant les uns après les autres et buvant religieusement leur première gorgée. Le fait de ne pas y participer faisait alors de vous un empoisonneur potentiel aux yeux de tous et avait donc un effet dissuasif.

Du pain et du vin

Lors d'événements festifs, il est également courant de porter un toast. Mais savez-vous d'où est originaire cette expression ? Ici encore, il faut jeter un œil du côté du Moyen-Âge qui semble-t-il regorgeait d'habitudes curieuses. L'une d'elles était ainsi de tremper une tranche de pain grillé dans du vin (ou de faire couler un peu de vin dessus) en début de repas. Désignée par le mot tost en vieux français, elle est devenue toast lorsque les Anglais, qui l'appréciaient grandement, s'en sont emparé. A tel point qu'ils ont créé une tradition qui leur est propre, s'en servant pour courtiser les femmes. L'homme épris invitait ses amis à boire tour à tour dans un verre contenant la tranche de pain et se réservait la dernière gorgée pour trinquer à la gloire de la femme convoitée. Si elle n'est plus dédiée uniquement à un usage romantique, cette coutume permet cependant toujours aujourd'hui de mettre en lumière l'un de ses proches.

Tchin tchin

Autre usage incongru, la prononciation de l'expression tchin tchin en trinquant. N'ayant pas vraiment de signification dans la langue française, difficile de savoir d'où nous est venu cette tradition. Elle est en fait un dérivé de qing qing (qui se prononce justement tchin tchin), une expression chinoise que l'on pourrait traduire par je vous en prie. Plutôt récente chez nous, en comparaison avec l'action de trinquer, elle ne serait arrivée en France qu'au début du XXème siècle grâce à des soldats revenus de la campagne de Chine. Elle est alors rapidement entrée dans les mœurs, notamment parce qu'elle rappelle fortement le bruit des verres qui s'entrechoquent. Une amusante et idéale coïncidence.