Optiwine®  ou la révolution d'une carafe vraiment pas comme les autres
Optiwine®  ou la révolution d'une carafe vraiment pas comme les autres
Publié le vendredi 27 juillet 2018

Optiwine® ou la révolution d'une carafe vraiment pas comme les autres

L'évolution des Hommes et des Vins est souvent étroitement liée. Le passage des siècles, les révolutions technologiques imposées par la fameuse condition humaine marquent leur empreinte, avec leurs améliorations sensées simplifier le dur labeur de vigneron mais aussi
rendre justice à un terroir et à ses vins. Entre le passage climatologique du millésime sur un vignoble, sa pousse, sa récolte, ses process de vinification, le passage en barriques jusqu'à l'embouteillage, une bouteille de vin aura subi bien des outrages pour offrir le meilleur d'elle-même. Puis vient le moment attendu de la bouteille sur la table, choisie selon son étiquette, son allure, son nom, son appellation et pour les connaisseurs selon le millésime. Puis se pose la question incontournable, selon que la bouteille se veut rare, d'un millésime ancien ou récent mais aussi quand toutes vos économies y sont passées :

Dois-je carafer mon vin ?

Cette étape qui peut s'avérer majeure dans le cas d'un vin d'une structure tannique conséquente supportera parfaitement cette prise brusque d'oxygène. Si le vin, au contraire, avec le poids de l'âge possède une trame affinée voire légère, une colonne vertébrale décalcifiée, alors le risque de tuer le vin devient décuplé. Envolé le millésime 47 que conservait le grand-père dans les profondeurs de sa cave. Quant aux bouteilles aux sédiments importants, tout l'art résidait dans l'inclinaison de la bouteille, voire l'utilisation d'une bougie au niveau du goulot. Tout prenait des allures de cérémonial dédié à la parfaite dégustation de l'élixir en devenir...

Michael Paetzold by Mj
Michael Paetzold by Mj

Michael Paetzold

...sauf lorsqu'un chercheur-trouveur en nano-aération, œnologue de formation, à la discipline de pensée toute germanique, né à Sarrebruck, 53 ans plus tôt, qui révolutionne depuis les années 80 tout le connu en matière de technologie au chai, décide de donner un soir de 2011, une réception à tous ses salariés et de leur offrir les plus belles bouteilles. "Ce soir là, j'ai ressenti une frustration extraordinaire, avec l'impression durable que l'émotion et la chorégraphie gustatives étaient ratées." Michaël Paetzold, les vignerons le surnomment "l'intelligence du vin". En 1990, il mène une thèse en fac d'oenologie près de Denis Durbourdieu sur l'influence des filtrations sur la qualité des vins. "L'analyse sert à pondérer ce que l'on a ressenti en dégustation.

La Recherche est un état de déséquilibre absolu, aussi je transgresse toujours mes limites" Le carafage représentait un modèle de pensée qu'il m'a fallu bousculer. Je voulais réveiller les arômes en douceur un peu comme lorsque on se réveille au petit matin. Je ne veux jamais m'enfermer dans un schéma de pensée, je déteste la claustrophobie intellectuelle."

Olivier Caste à gauche ou l'histoire d'un binôme
Olivier Caste à gauche ou l'histoire d'un binôme

Olivier Caste

L'idée va donc faire son chemin surtout qu'en rencontrant une sorte de top model, passionné de vins de Bordeaux, issu de la Finance, qui vient de jeter son dévolu sur la Gironde en larguant Paris derrière lui, avec femme et enfants, un certain Olivier Caste. Aux antipodes du parcours scientifique de son associé d'aujourd'hui, sa vie trépidante passera par le mannequinat chez Marithé & François Girbaud, la gestion de fortune pour aboutir à la création d'une régie publicitaire au sein d'une radio, autodidacte totalement atypique, issu d'une famille bourgeoise parisienne sur laquelle il est bien décidé à prendre sa revanche. Il se définit lui même comme un Mr 100000 Volts, avec toujours un projet en tête.

En rencontrant Michael Paetzold, la mayonnaise prend de suite, une rencontre née des différences. "J'ai rien branlé pendant un an et demi et en rencontrant le personnage, il m'a fait le très beau cadeau du projet Optiwine, lui arrivé au bout de ses compétences et où les miennes ont pu démarrer, nous avons donc décidé de nous associer à parts égales", affirme Olivier Caste, qui parallèlement arpente golfs et vignobles, et va appliquer ses connaissances pointues du marketing et de la finance. En 2013, le projet Optiwine démarre.

Optiwine ou la carafe de poche

"C'est un acte inventif pur, il m'a fallu clarifier mon propre intérieur" se souvient l'industriel allemand débarqué en France en 1976, avec un père brasseur, "grand buveur de bières" et une mère cordon-bleu. L'homme qui sort d'une grosse période de burn out, reste un maître incontesté dans le domaine de la nano-aération. "Je puis avancer que je possède la vision la plus avancée sur l'oxydation d'un vin. L'idée d'un bouchon à la place d'une carafe bouscule tous les schémas de pensée. J'avais créé un injecteur inspiré par le système Coravin et j'ai pensé que tout se passait au niveau de la bouteille elle-même unité de mesure et Euréka, j'ai déterminé un endroit normalisé, les 16 facettes du bouchon et de leurs canaux, permettant une maîtrise absolue de l'aération."

Le nano-aérateur, grâce à un brevet unique au monde, va révéler le potentiel de dégustation d'un vin. Un gadget de plus ? Pas si sûr : il s'agit d'un outil œnologique précis extraordinaire, qui s'avère étonnamment beau et précieux sur une table.

Très vite, les grands de la planète vins vont identifier son extrême influence sur leurs propres vins, les laissant stupéfaits du potentiel décuplé des arômes après la pose du bouchon fait de matériau high-tech à la ressemblance du cristal sans sa fragilité.

Utilisation simplissime, 3 bouchons à sélectionner entre 3 tailles différentes en fonction de l'âge du vin que l'on applique à l'entrée de la bouteille. Puis le geste du sommelier se bornera à appuyer tout en inclinant délicatement l'optiwiner, 2 fois pour une bouteille de 37,5 cl, 3 fois pour 75cl, et 5 fois pour un magnum. Puis attendre minimum 10 mn avant de servir en laissant l'optiwiner sur le goulot.
Les résultats, testés à l'aveugle à plusieurs reprises, me confirmeront que l'effet sur les vins, les ciselant et les précisant restent confondants.

Le plus remarquable aussi reste la facilité d'utilisation, ce qui lui vaudra le nom de carafe de poche. Beau, pratique, pur produit du design, une révolution dans le domaine de la dégustation. De quoi convaincre les sceptiques de tout poil.

Crédit Photo : Marilyn Johnson