Les vins venus du froid
Les vins venus du froid
Publié le vendredi 03 février 2017

Les vins venus du froid

En bon français, vous râlez tous les jours en ce moment en enfilant votre bonnet et vos dix couches de vêtements pour affronter le froid hivernal ? Puisque rien ne sert de lutter, voici un petit tour d'horizon des vins parfaits pour se fondre dans l'ambiance flocons et feu de cheminée…en attendant les beaux jours.

Les vins de glace : les indétrônables

Comme de nombreuses nouveautés scientifiques et gustatives, les vins de glace ont été le résultat d'un heureux hasard lors de la petite ère glaciaire qui a eu lieu au 18ème siècle en Moselle. Surpris par de telles températures, les vignerons ont donc vendangé en vitesse des grappes encore gelées et ils virent que cela était bon ! S'ils sont restés typiquement allemands pendant longtemps, les eiswein sont désormais produits dans plusieurs contrées glacées comme le Canada (icewine), l'Autriche, l'Alsace, le Luxembourg ou la Hongrie. Le principe ? Un pressurage en douceur des raisins encore gelés avec un peu de pourriture noble. Une cryoextraction naturelle en somme, qui offre un moût concentré aux arômes de fruits exotiques et confits, ainsi qu'une belle acidité.

Et pour les plus gourmands, les québécois ont aussi eu la brillante idée de faire du cidre de glace.

L'Europe de l'Est : la renaissance

Géorgie, Hongrie, Allemagne, Autriche…autant de pays qui ont été pendant des siècles les précurseurs de la viticulture avant de laisser leur place aux grandes nations productrices que l'on connaît aujourd'hui. En effet, entre les joies de l'oppression soviétique d'un côté et les ravages des guerres successives de l'autre, l'activité viticole a été suspendue. Cependant, depuis une vingtaine d'années, des viticulteurs passionnés ont à coeur de faire revivre ces vignobles en conservant leurs typicités et en rendant hommage à leurs cépages autochtones. En témoignent les tokaj hongrois et les magnifiques riesling allemands.

Les Pays-Bas : un challenger à suivre ?

Entre l'humidité, la grisaille quasi continuelle et les températures très basses (mais sinon, c'est vraiment sympa les Pays-Bas), la viticulture a rapidement été jugée trop compliquée et un peu laissée à l'abandon au profit de la bière. Mais depuis le début des années 90 et l'apparition de nouveaux cépages hybrides plus résistants et mieux adaptés aux conditions climatiques néerlandaises, tout cela pourrait peut-être changer.

Si on est encore loin des grands pays producteurs avec une surface inférieure à celle du

vignoble bordelais, cette nouvelle génération de vignerons pourrait bien nous surprendre dans les années à venir avec les nouveaux arômes apportés par le Johanniter ou le Scolaris.

Enfilez vos gants et attrapez votre verre, vous êtes prêts pour dégustation qui vous donnera des frissons.