Les vins en amphore, un triomphe ancestral
Les vins en amphore, un triomphe ancestral
Publié le mercredi 28 mars 2018

Les vins en amphore, un triomphe ancestral

Ces dernières années, les amphores ont fait un retour remarqué dans le monde viticole, que ce soit pour la vinification et/ou pour l'élevage du vin. De son utilisation en Géorgie depuis des temps anciens à son récent succès dans les vignobles occidentaux, partons à la découverte d'un contenant pas comme les autres.

Géorgie, des vins aux saveurs de l'Antiquité

La tradition des vins en amphore en Géorgie s'explique par l'histoire même du pays. En effet, situé entre la Russie et la Turquie, celui-ci était régulièrement envahi. Les agriculteurs avaient donc pour habitude de cacher leur récolte, vins, huiles ou céréales, dans des amphores enterrées. Il n'est d'ailleurs pas impossible, encore aujourd'hui, de tomber sur ces fameuses qvevri en creusant un peu.
Bien que la Géorgie ait depuis connu une véritable révolution viticole, ayant pour conséquence une industrialisation du secteur, de nombreux vignerons ont continué à vinifier leur production dans des amphores en terre. Comme le veut la coutume, après la première fermentation, le vin est transvasé dans une autre qvevri. Le marc et les rafles sont ensuite distillées pour obtenir le tchatcha, un spiritueux local. Plusieurs transvasements ont lieu au cours de ce processus, notamment au printemps et aux nouvelles vendanges. Cette méthode rudimentaire, qui ne nécessite aucune installation moderne (eau courante, électricité, climatisation, pressoir) est appelée méthode kakhétienne. Elle s'oppose à l'approche imerouli, où les grappes sont éraflées, et qui donne des vins moins rudes. En résulte un vin rustique réputé pour son acidité, dont le plus connu est le vin orange.

Pourquoi une vinification en terre cuite ?

Ces pratiques ancestrales ont inspiré un grand nombre de viticulteurs, particulièrement en France et en Italie, où elles sont très appréciées des domaines ayant mis en place une démarche de viticulture durable. Si on les appelle amphores de manière générale, surtout pour faire un rappel à la terre cuite qui les compose, ces contenants actuels sont loin des vases au col rétréci et aux anses d'antan. Pour être précis, elles sont en réalité calquées sur les modèles des dolias romaines et des fameuses qvevri géorgiennes et peuvent contenir jusqu'à 3 000 litres.
Le principal trait de caractère de l'amphore est qu'elle ne demande aucune intervention lors de la vinification. Un processus très naturel durant lequel l'oxygénation s'obtient grâce à la porosité de l'amphore et l'extraction se fait en douceur. Réputées pour leurs rouges aux tanins souples et leurs blancs de macération (les fameux vins oranges) que l'on pourrait comparer aux vins jaunes du Jura, elles permettent de produire des vins sur le fruit et la pureté offrant également un joli potentiel de garde.

Où trouver des vins en amphore ?

Pour tous les oenophiles curieux désirant déguster ces vins, voici une liste non exhaustive de domaines utilisant ces contenants :

- Domaine de La Tour du Bon, Bandol
- Mas del Périé, Cahors
- Château Pontet-Canet, Pauillac
- Domaine Viret, Vallée du Rhône
- Domaine Frédéric Magnien, Bourgogne
- Clos Canarelli, Corse
- Domaine de l'Ecu, Vallée de la Loire
- Domaine Bannwarth, Alsace
- Clos des Amandiers, Géorgie
- Pheasant's Tears, Géorgie
- Elisabetta Foradori, Italie
- Cortes de Cima, Portugal