Les vignes de géants, vous connaissez ?
Les vignes de géants, vous connaissez ?
Publié le mercredi 10 janvier 2018

Les vignes de géants, vous connaissez ?

Hautes de quinze mètres, les vignes cultivées en hautain s'enroulent autour de peupliers, perpétuant une ancienne coutume datant de l'Antiquité. Si elles ont autrefois recouvert de grandes surfaces, elles sont aujourd'hui très rares et sont souvent une histoire de tradition pour les viticulteurs.

Des vignes perchées historiques

Dans les années 80 Alain Carbonneau, professeur de viticulture, étudia des vignes sauvages et les sépara en deux catégories. On avait d'un côté des vignes évoluant sous forme buissonnante, typiques de zones arides, et de l'autre des vignes grimpantes, caractéristiques de régions humides et arborées. Les vignes cultivées actuellement appartiennent au second groupe. Vigoureuses et riches en sucre, elles ont été sélectionnées dès -5000 ans avant JC en Géorgie. Elles s'éloignent naturellement du sol pour s'élever vers le soleil.

Source : www.lucianopignataro.it
Source : www.lucianopignataro.it

Dès l'époque romaine, les agriculteurs les laissaient grimper aux arbres qui servaient alors de tuteurs. Cela permettait notamment d'écarter la vigne de l'humidité et des prédateurs. Un mode de culture qui s'est étendu à de nombreux vignobles. On retrouve des traces de cet essor dès 1600, lorsqu'Olivier de Serres parla dans son ouvrage Théâtre d'agriculture et mesnage des champs de vignes perchées dans le nord de la France (Champagne, Bourgogne, Loire).

Des géants cachés au Portugal et en Italie

Très rare aujourd'hui, cette viticulture a pris fin, de manière générale, lorsque le phylloxéra a ravagé le vignobles et redéfini les méthodes de culture. Cependant, on en trouve encore offrant des cuvées confidentielles en Italie, en Crète et au Portugal.

Elles étaient autrefois prisées pour la production de Vinho Verde. Nécessitant peu de surface au sol, elles permettaient de multiplier les cultures sur une même surface. Mais la région a depuis majoritairement laissé la place aux vignes palissées, plus faciles à mécaniser et demandant moins de main d'œuvre.

Source : https://commons.wikimedia.org
Source : https://commons.wikimedia.org

Au milieu du siècle dernier, on recensait plus de deux millions d'hectares de hautains en Italie. Une tradition qui subsiste encore près de Naples, en Campanie. Ici, quelques domaines possèdent toujours des vignes centenaires non greffées. Elles poussent le long des peupliers, arbre de prédilection pour ce type de viticulture grâce à son développement rapide et à ses petites feuilles laissant la vigne profiter de l'ensoleillement.

On peut notamment citer le domaine Borboni et ses vignes non taillées, non traitées, atteignant une hauteur de quinze mètres. Un mode de culture qui n'est pas de tout repos et qui a un coût, les vendanges nécessitant un matériel particulier : des échelles adaptées à la morphologie de chaque vendangeur et des paniers pointus qui s'enfoncent dans le sol en tombant. Le cépage utilisé est l'asprinio. Le viticulteur obtient une grande quantité de raisins peu mûrs et acides (la vigne surchargée n'ayant pas assez de sève pour nourrir tous les grains) utilisée pour la production d'effervescent. Borboni produit aussi un liquoreux, fruit de vendanges tardives et de séchage des baies durant plusieurs mois.