Les cépages méconnus : l'Aubun

Les cépages méconnus : l'Aubun

Aujourd'hui, nous partons à la découverte d'un cépage particulier du sud de la France, à ne pas confondre avec l'Aubin à la phonétique identique mais aux qualités organoleptiques bien distinctes. L'Aubun, lui, est un cépage très ancien que l'on connaît également sous le nom de Moutardier, de Carignan de Bedouin, de Bourrisquou, de Grosse Rogettaz en Savoie, de Morescola en Corse. Il est aussi important de noter que certains l'appellent Counoise, ce qui crée forcément la confusion avec le véritable cépage du même nom dont il est un parent.

Un cépage sudiste

Discret, il s'est fait un nom à la fin du XIXème siècle lors de la terrible crise phylloxérique. On l'a cru résistant au célèbre puceron ravageur, malheureusement à tort. Cela ne l'a tout de même pas empêché que connaître un grand succès, atteignant quelques 5800 hectares plantés en 1979. Cependant, il a ensuite fortement régressé, notamment au profit de la Syrah, et représente désormais moins de 1000 hectares. Si ce cépage noir est présent dans la Vallée du Rhône, le Languedoc et le Sud-Ouest, il s'est très peu exporté. On le trouve néanmoins dans quelques vignobles de l'Australie et de la Californie.

Originaire du Vaucluse, dans le sud de la France, il apprécie les sols très pauvres. Hormis le mildiou et les cicadelles, il est réputé pour sa résistance aux maladies. Robuste, il craint toutefois les vents violents et doit donc être implanté à l'abri. Son grand besoin de soleil et sa maturité tardive expliquent son développement dans des vignobles chaleureux. Généralement assemblé, on le trouve peu seul, à l'exception de quelques rares cuvées. Il apporte du fruité et de la fraîcheur lorsqu'il est associé au Grenache, à la Syrah, au Carignan, ou encore au Tempranillo.

Dans le verre

Il est fréquent de le vinifier en rosé. Il se révèle alors friand et tendre, et délivre une agréable palette aromatique, entre fragrances de petits fruits rouges, de grenade, de poire, de groseille, mais aussi de mirabelle. Mais on le trouve aussi en rouge, offrant des notes de myrtille, de framboise et de pivoine, qui gagnent en complexité lorsqu'elles rencontrent le poivre et le fumé. Ronds et souples, ces vins sont caractérisés par un fruit croquant et charnu. Ce sont des crus rustiques, légers, à la robe peu colorée et au faible degré alcoolique. Ces vins de copains taillés pour des instants conviviaux sont à marier avec des plats simples. A déguster avec un plateau de charcuterie dans leur version rouge ou des grillades lorsqu'ils sont sous leur forme rosée.