L'Aperitivo, le cocktail à l'italienne
Publié le mardi 18 juillet 2017

L'Aperitivo, le cocktail à l'italienne

Depuis quelques années, notre traditionnel apéritif prend des accents italiens et met en avant ces alcools venus de chez nos amis transalpins. Aujourd'hui je m'intéresse aux trois cocktails de ce pays voisin qui vont rythmer votre été.

L'americano

Créé dans le bar de Gaspare Campari en 1861, il s'est appelé pendant plusieurs décennies le Milano-Torino. Ce n'est qu'en 1917, lorsque les touristes américains prennent d'assaut les côtes italiennes et se délectent particulièrement de ce cocktail, qu'il sera renommé Americano en leur honneur. Rafraichissant et légèrement sucré, il sera d'ailleurs l'une des rares boissons alcoolisées à être autorisée durant la période de la Prohibition aux Etats-Unis.

Composé de 2 cl de Vermouth, de 5 cl de Campari et de 5 cl d'eau gazeuse, il est servi dans un verre à whisky, agrémenté de glaçons et d'une rondelle ou écorce d'orange.

Le Negroni

Cousin de l'Americano en version plus corsée, le Negroni fût inventé à Florence, au Café Casoni, en 1919. Le comte Camillo Negroni se rendait alors régulièrement dans ce lieu très fréquenté par l'aristocratie locale pour y savourer son cocktail préféré, l'Americano. Mais après s'être lassé de ce breuvage et avoir découvert le gin lors de ses voyages à Londres, il proposa au barman de renforcer cette boisson en remplaçant l'eau gazeuse par cet alcool anglais. Le cocktail rencontre un véritable succès et est alors nommé Negroni en hommage à son inventeur. Il a depuis largement dépassé les frontières italiennes puisqu'il a été élu deuxième cocktail le plus apprécié au monde l'an dernier, juste derrière le Old Fashioned.

Composé de Gin, de Vermouth et de Campari à parts égales (3 cl), il est servi exactement comme l'Americano.

Le Spritz

Incontournable ces dernières années durant lesquelles il a envahi toutes nos terrasses, le Spritz possède cependant une histoire bien plus ancienne. Apparu dans la région vénitienne pendant la domination autrichienne, il vient d'une coutume particulière introduite par ces soldats. En effet, lorsqu'ils se sont retrouvés confrontés à des boissons plus alcoolisées que celles auxquelles ils étaient habitués, ils ont pris l'habitude de demander aux serveurs  d'arroser  le vin avec de l'eau. Ce geste,  spritzen  en allemand, a donné son nom au cocktail qui deviendra plus élaboré au fil des années grâce à l'apparition des bitters.

Composé de 3 cl de Prosecco, de 2 cl d'Apérol et d'un trait d'eau gazeuse, il est servi avec des glaçons et une demi-tranche d'orange. Privilégiez de préférence un Prosecco axé sur la fraicheur, la vivacité, la finesse des bulles et de belles notes d'agrumes comme le Villa Veroni. Vous pouvez également profiter de sa version sans alcool qui se compose de Bitter orange, tonic et limonade