Des étiquettes de vin en braille

Des étiquettes de vin en braille

L’originalité dans la création des bouteilles de vin est toujours appréciée, surtout lorsqu’elle permet d’aider des œnophiles en situation de handicap. Encore anecdotique, l’étiquette en braille se développe petit à petit. Mais connaissez-vous les techniques utilisées pour résister aux conditions de conservation du vin et les viticulteurs qui les accolent sur leurs cuvées ?

Faciliter le quotidien des amateurs de vin

Simple geste du quotidien pour la plupart d’entre nous, sélectionner une bouteille de vin peut s’avérer très compliqué pour les non-voyants. Un vin se découvre, certes, avec les papilles mais doit avant cela être choisi selon certains critères. S’ils sont guidés par la forme de la bouteille qui peut leur indiquer la région de production, ils doivent faire preuve d’une organisation quasi militaire, en rangeant leurs cuvées selon un ordre bien défini et parfois en étiquetant eux-mêmes leurs cartons. Cela représente énormément de travail, notamment lorsque l’on a une cave conséquente. Créer des étiquettes en braille leur permet donc d’avoir accès à toutes les informations essentielles en les effleurant du bout des doigts : nom de la cuvée, du domaine, appellation, couleur, cépage, millésime, ou encore titrage en alcool.

Des techniques précises

Mais le braille résiste-t-il à tout ? C’est une question que l’on peut légitimement se poser, les contenants étant soumis à diverses conditions selon les foyers. Ces étiquettes sont-elles conçues pour rester intactes dans une cave classique, mais se détériorent-elles dans le frigidaire ou au contact de l’eau ?
Heureusement, l’évolution technologique a permis de mettre au point des techniques pour qu’elles restent toujours lisibles. Deux principales sont utilisées : l’impression par embossage qui produit un relief par effet de pression et la sérigraphie par dépôt de résine qui appose une encre transparente gonflante. Cela a bien entendu un coût que l’on estime en moyenne à 12 centimes par étiquette.

Chez quels viticulteurs trouver des étiquettes en braille ?

Les vignerons convertis au braille se comptent sur les doigts de la main. On peut bien sûr citer la Maison M.Chapoutier en Vallée du Rhône, pionnière sur ce sujet puisqu’elle a adopté ce type d’étiquettes dès 1996. Elle a ainsi rendu hommage à Maurice Meunier, inventeur du braille abrégé et ancien propriétaire de terres en Hermitage qui lui appartiennent désormais.
En Bourgogne, on note les initiatives de Bertrand Guillemaud à Meursault et du Domaine du Clos Moreau à Mercurey.
Des viticulteurs que Louis Braille, inventeur de cette technique révolutionnaire et propriétaire de vignes en Seine-et-Marne, aurait certainement apprécié rencontrer.