Cracher, c’est gâcher ?

Cracher, c’est gâcher ?

La nouvelle campagne de Vin et Société joue fort sur les mots avec son hashtag déjà légende #recracheradorer. Mais le sujet est réel et pas seulement chez le jeune consommateur. Après tout, pourquoi recracher quand on est là pour le plaisir ? C’est gênant, même impoli et franchement au prix du vin aujourd’hui...

Moins c’est plus

Vous êtes à une dégustation chez le vigneron, ou à un salon. Après quelques fonds de verre qui n’en étaient pas vraiment, vous commencez à être joyeux, puis fatigué, puis à ne plus savoir différencier le bon du mauvais. Le malin recracheur lui aura la tête claire et après la bonne dizaine de vins dégustés, quelques idées pour bien placer son chéquier. Il pourra même vous raccompagner !

Recracher c’est gâcher ?

Oubliez cette vieille histoire qui crie dans vos souvenirs finis ton assiette sinon tu n’auras pas de dessert. Ici, le plaisir c’est dès la première gorgée, même quand elle est recrachée. D’autant plus que le pro qui vous sert pour goûter, va généralement mettre un peu plus de vin que nécessaire pour que vous puissiez mieux en apprécier les arômes et la couleur. Il sera bien embêté s’il doit attendre que vous ayez fini votre verre pour continuer.

Une fois le vin en bouche ?

Profitez en quelques secondes, tournez dans le sens qui vous fait plaisir, silencieusement si possible. Les plus à l’aise pourront essayer d’aspirer un peu d’air après avoir mis les lèvres en positon bisou (technique du grumage). Soyez serein, chacun son tour de main, il y a autant de styles que de recracheurs. Et hop, laissez écouler le divin liquide, avec un peu de pression, en dehors de votre bouche. Agréable non ? Attention, on y prendrait goût ! Les plus avertis auront tout de même vérifié la présence du crachoir à proximité.

Le crachoir ?

Généralement en forme d’entonnoir pour éviter les éclaboussures. il peut aussi être un vase, existe en version poche, avec un fond couvert de sable et chez le caviste ne devrait pas poussiéreux (crachoir en jachère). Oui, on évite généralement de recracher dans son verre. A défaut de contenant, le caniveau ou le gazon marchent bien mais attention, le crachat est sournois et éclabousse les mocassins. Quoi qu’il arrive à ce moment précis, soyez tranquille, recracher n’est pas tromper : on ne crache pas sur un vin quand on le recrache.

Comment apprendre ?

Il existe certainement des formateurs mais une amie journaliste assez forte dans le crachat (au dernier concours de caniveau) m’a donnée son secret : recracher dans son bain en visant les pieds, ou en se lavant les dents tout en visant la baignoire. Pour vous qui saviez déjà si bien boire, vous voici promu roi de la dégustation.

Un temps pour tout

Évidemment, il n’est pas question de recracher partout, et vient le temps de choisir le vin qui vous accompagnera ce soir. Bonne dégustation !