Confréries #2 : la Jurade de Saint-Emilion

Confréries #2 : la Jurade de Saint-Emilion

Après vous avoir présenté le fonctionnement global des confréries viticoles le mois dernier, je vous emmène ce mois-ci à la découverte de l’une des plus vieilles au monde : la Jurade de Saint-Emilion, gardienne de la mémoire et de la tradition des vins de l’appellation. En route !

La Jurade de Saint-Emilion
La Jurade de Saint-Emilion

Qu’est-ce qu’une Jurade ?

Ce n’est ni plus ni moins une des dénominations des confréries, aussi appelées congrégations, corporations, guildes, etc…

La Jurade de Saint-Emilion est une des plus vieilles du monde car elle trouve sa naissance en l’an 1199 avec la signature du statut de la Juridiction de Saint-Emilion grâce à Jean Sans Terre (fils d’Aliénor d’Aquitaine). En effet, depuis 1154, l’Aquitaine est sous la juridiction anglaise et les notables et personnalités de Saint-Emilion ont rapidement voulu prendre un peu d’indépendance et d’autonomie tant administrative que politique ou judiciaire. En échange de ce nouveau statut, la juridiction a activé de manière efficace, ses échanges avec l’Angleterre et notamment depuis le port de Libourne où le vin était envoyé par bateau jusqu’à Bordeaux puis par l’estuaire et le long de l’Atlantique vers le nord (Source : https://www.saint-emilion-tourisme.com).

Sigillum Com Si Emiliani

Telle est la devise de la Jurade de Saint-Emilion ce qui signifie tout simplement le sceau de la commune de Saint-Emilion. Le mot commune sous entendait à l’époque une ville avec beaucoup d’indépendance et de pouvoir. Cette devise qui semble sobrement intitulée correspondait pourtant bel et bien à une vraie autorité de la Cité.

Au fil des siècles, les délibérations et décisions prises par cette institution n’ont plus concerné qu’en majorité le vin et sa production. En effet, la Jurade surveille de près la production des vins, vérifie si tout correspond à une sorte de cahier des charges avant l’heure.
Et surtout elle est détentrice de la marque à feu, le sceau qui est apposé sur chaque barrique qui sort d’une propriété et qui authentifie la qualité des vins fins de l’appellation.
Elle a également le pouvoir de sanction en cas de fraude.
Elle vérifie la maturité des raisins et fixe la date des vendanges. Il faut savoir que la date des vendanges étaient imposée par vote afin de garder une récolte saine, éviter les sous et sur-maturations et également les fraudes.

La Jurade de Saint-Emilion était donc une organisation visionnaire qui avait compris très vite le potentiel et la qualité des vins de son aire de production. Rien de mieux pour pérenniser cette fabuleuse production que de gérer à la source la qualité des vins produits afin de valoriser l’ensemble de la production et ainsi lui faire gagner en notoriété . Une AOP à elle toute seule des centaines d’années avant leur création.

Les Chapitres

C’est comme cela que se nomment les temps forts annuels de la Jurade. Il y en a deux principaux : la Fête du Printemps le 3ème dimanche du mois de Juin et le Ban des Vendanges le 3ème dimanche de septembre. Il existe également des Chapitres extraordinaires selon les actualités, les anniversaires de propriétés ou de l’appellation à fêter.

Le premier est une réunion à l’aube de l’été afin d’introniser de nouveaux Jurats – c’est comme cela que se nomment les membres de la Jurade – et le deuxième, bien que sensiblement le même dans l’organisation, puise son histoire et sa tradition dans des faits bien concrets. En effet, il y a fort longtemps, comme je vous le disais plus haut, la date des vendanges était soumise à autorisation. Des experts étaient alors envoyés dans les différentes propriétés de la Cité et déterminaient si ces dernières pouvaient ou non lancer la récolte du raisin. La Jurade levait alors le ban des vendanges c’est à dire qu’elle levait l’interdiction de vendanger.

Au moment même où je rédige ces lignes, se tient le Ban des Vendanges millésime 2019.

Et cet événement est empli de traditions et de codes scrupuleusement respectés. Le ban est proclamé du haut de la Tour du Roy . Souvent précédé ou suivi d’un défilé des Jurats (en fonction de la météo car tous sont habillés en costumes rouges à capes) à travers la Cité mais pas dans n’importe quel ordre. C’est tout d’abord le Marguillier (le patron laïc de la Jurade en quelque sorte) qui ouvre la marche. Suivi de près par le porte-bannière ainsi que le grand vinetier (historiquement c’était dans un cloître, le moine chargé du vin et à Saint-Emilion, il s’agit du gardien des sceaux de la Jurade).
Puis viennent les chanceliers, les Dames de la Jurade, les Jurats et le 1er Jurat. Enfin les invités d’honneur et les 1er Jurats honoraires et adjoints qui précèdent les nouveaux Jurats et intronisés en cape.

La Jurade de Saint-Emilion
La Jurade de Saint-Emilion

Mention vidéo : Yann Todeschini – Château Mangot

Le rituel d’intronisation est lui tout aussi codifié. Le 1er Jurat présente la Jurade ainsi que les vins de l’appellation et de ses satellites (Montagne, Puisseguin, Lussac et St Georges) . Viennent à son appel chaque impétrant (futur intronisé) à qui seront donnés des titres honorifiques. Il s’agit surtout de prêcher la bonne parole de Saint-Emilion à travers le monde et d’agrandir toujours un peu plus l’aura de l’appellation.
D’ailleurs la devise de la Jurade est A Saint-Emilion, toujours fidèle. Cela annonce clairement la couleur.

De tout temps, la Jurade a été symbole de solidarité dans l’adversité. Ainsi en 1884 lors de la crise du phylloxera, le 1er syndicat viticole français a été créé à Saint-Emilion afin de mutualiser les efforts et les recherches pour éradiquer cette catastrophe sanitaire. Puis en 1931, création de la 1ère cave coopérative du bordelais. En 1948, après un siècle et demi de suspension suite à sa dissolution à la Révolution, la Jurade a été reconstituée. Elle semble presque éternelle et traverse le temps et les époques en survolant les mœurs et les sociétés.

La Jurade de Saint-Emilion
La Jurade de Saint-Emilion

Quelques chiffres

La Jurade de Saint-Emilion existe depuis plus de 800 ans. Il y a 140 Jurats qui gardent et transmettent la tradition et les rituels. Plus de 3000 personnalités ont été intronisées depuis 1948. Son aura s’exerce au-delà du territoire français puisqu’il existe également 10 chancelleries à travers le monde (Source : https://www.saint-emilion-tourisme.com).

C’est donc une institution ancestrale et mythique dont l’existence ne tient qu’au maintien rigoureux des traditions et des rituels perpétués par les membres actifs. Ces derniers se relaient toute leur vie durant pour que perdure autant que possible ses valeurs.

Dans notre société toujours en mouvement, il est bon de trouver encore des piliers immuables qui traversent les époques sans se soucier du temps qui passe, ni des modes, encore moins des jugements.

La Jurade a existé, elle existe et existera demain, peu importe les modes. C’est ce qui fait sa force. Qu’elle puisse perdurer pour toujours et montrer au monde que cet écrin merveilleux qu’est la Cité de Saint-Emilion et ses propriétés – protégées au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1999 – est un des joyaux de la France viticole !

Crédit photo couverture : JB Nadeau

Retrouvez les autres articles de la série :

Confréries : origine et existence
Confréries #3 : La Confrérie des Chevaliers du Tastevin