Comment dénicher des valeurs sûres en grandes surfaces ?
Comment dénicher des valeurs sûres en grandes surfaces ?
Publié le vendredi 22 mars 2013

Comment dénicher des valeurs sûres en grandes surfaces ?

Il est 19h30, vous sortez du bureau en pressant le pas. Bousculade dans le métro. Le nez sur votre montre, vous doutez d'arriver à l'heure à votre dîner. Vous faites un calcul rapide : si le trafic reprend normalement, vous ne devriez pas dépasser le quart d'heure de politesse. Trente minutes plus tard, vous émergez d'une station. Sur l'écran de votre téléphone, un message : Peux-tu apporter une bouteille ?. Autour de vous, deux cavistes… fermés : il va falloir partir à la chasse au trésor au supermarché. Pressé, perdu au milieu de dizaines de références, vous optez pour la bouteille la plus chère. Dommage ! Il existe de très bons rapports qualité/prix en grande surface, à condition de savoir les choisir. Suivez le guide !

Privilégiez les petites appellations

Oubliez Margaux, Saint Estèphe et Sauternes. Touchés par la spéculation, les grands crus ont vu leurs prix s'envoler. L'entrée de gamme s'affiche à une quinzaine d'euros : gardez-les pour la version haut de gamme d'une appellation moins en vogue. Du Saint-Chinian, au Madiran en passant par le Haut-Médoc, vous pouvez trouver votre bonheur à petit prix. On trouve des Bordeaux très corrects à quatre euros !

En règle générale, les petites appellations proposent un meilleur rapport qualité/prix. Amateur de vin de la Vallée du Rhône, troquez le Châteauneuf du Pape pour un Gigondas ou un Vacqueyras. Vous cherchez un vin blanc liquoreux ? Optez pour un Loupiac, un Jurançon ou un Coteaux du Layon, beaucoup plus abordables que le premier Sauternes. Côté rosés, vous prenez peu de risques en choisissant un Côtes de Provence.

Apprenez à chercher

Ne vous arrêtez pas aux bouteilles placées devant vos yeux. Le placement des flacons dans les linéaires tient surtout aux tractations entre les enseignes et les producteurs. Les chefs de rayon optimisent leur espace de façon à favoriser la vente. Ainsi, un vin apprécié des clients peut être relégué sur l'étagère la plus basse : les amateurs le trouveront de toute façon, et c'est autant de place gagnée pour un vin qui se vend moins bien.

Ne vous fiez pas aux apparences

L'habit ne fait pas le moine. Une étiquette pompeuse ne cache pas forcément un vin mauvais, et un dessin moderne n'est pas un gage de qualité. Une fois décidé sur l'appellation, fiez-vous aux informations proposées. Taux d'alcool, accords mets et vins ou année de mise en bouteille permettent d'affiner votre sélection selon le plat que vous comptez servir.

Vous pouvez vous référer aux récompenses dignes de confiance : la réputation des concours de Paris ou Mâcon n'est plus à faire. Quant au sigle Saveur de l'année : il est décerné par un jury composé de consommateurs avisés, des consommateurs réguliers de vins, leur avis a donc un sens.

Soyez malin

Vous vous retrouvez hésitant dans un supermarché pendant vos vacances ? Jouez la carte régionale ! N'hésitez pas à acheter des vins produits aux alentours : un blanc de Provence peu connu, un Cahors récolté dans les vignes voisines, un crémant mis en bouteille à quelques kilomètres. Certains vignerons ne distribuent pas leur vin en grande surface, à l'exception des magasins proches de leur exploitation. Profitez-en !

Prenez note

Vous avez trouvé une bouteille qui vaut le détour ? C'est le moment de dégainer votre Smartphone. Pensez à prendre une photo de l'étiquette, elle vous servira lors de votre prochaine virée au supermarché.

Merci à Sébastien, caviste dans une grande surface de l'ouest parisien, pour ses conseils.