Château Croix de Labrie

Château Croix de Labrie

Lorsque j'ai commencé à écrire dans les années 2000 sur les vins de Bordeaux, j'avais été interpellée par ce terme de "vins de garage", nés 10 ans plus tôt.
Ayant fréquenté la table mémorable de Murielle et Jean-Luc Thunevin, lors d'un dîner, je posais la question qui me brûlait les lèvres, me sachant chez ces vignerons qui ont forgé le mythe de ces mêmes vins de garage par l'entremise de leur ami de jeunesse, un certain Alain Vauthier, qui propulsant Ausone dans la galaxie des grands crus de Bordeaux, trouva le moyen d'apprendre à ses potes, Jean-Luc Thunevin, salarié du Crédit Agricole, en tête, Michel Puzzio ainsi que l'entrepreneur Michel Gracia, a créer des méga-cuvées qui forgeront leur réputation mondiale avec Valandraud, Gracia et Croix de Labrie (vinifié dans le salon) à partir de micro-crus.

Les vins de garage, c'est un peu le rêve de l'Oncle Sam à la française, faire de l'or en partant de rien, ou plutôt d'un chais emprunté au garage du vigneron, en terre battue, des micro-parcelles, des micro-vendanges sur le terroir de Saint-Emilion, le tout travaillé comme l'orfèvre avec une pépite.

A table donc, Jean-Luc me précisa qu'en fait, il hésitait sur l'origine du nom de ces vins, et que la paternité résidait entre le lettré journaliste Michel Bettane et le critique américain, rédacteur de Vinous, Stephen Stanzer, présent à cette même table. Le mystère demeura, épais.

27 ans plus tard, après avoir dépassé les vignobles de Saint-Emilion, je débouchais sur la commune Saint-Christophe des Bardes, préservé, intact au cœur d'un océan de vignes sur un plateau argilo-calcaire.
En pénétrant sur le domaine d'Axelle et Pierre Courdurié, je comprends immédiatement que la priorité du Château Croix de Labrie acquis en 2013, se situe tout d'abord au vignoble, la parcelle résidant près du chais, respire le soin apporté par ses tout nouveaux propriétaires. Le chai à l'extérieur est resté dans le jus, fidèle à l'image de ces petites propriétés familiales qui représentent la réalité des vins de Bordeaux et des crus classés de la Rive Droite.

Axelle Courdurié, la fée du Château Croix de Labrie by Mj
Axelle Courdurié, la fée du Château Croix de Labrie by Mj

Axelle Courdurié a le regard clair et direct des femmes engagées, déterminées. Le vignoble, la taille, le labour au cheval, les palissages, l'effeuillage, le contre-effeuillage, tous les travaux nécessités sans relâche, tout le long de la végétation des merlots et des cabernets francs qui font l'assemblage de leurs trois cuvées issues de... 2,52 ha répartis sur trois zones distinctes, au lieu-dit Badon près du célèbre Pavie, vont donner naissance au Château Croix de Labrie Grand Cru, un 100% merlot qui signe les grandes heures du cépage, le Chapelle de Labrie, issu des parcelles de Saint Sulpice de Faleyrens sur un terroir plus siliceux propice au cabernet-franc qui rentre dans l'assemblage avec un merlot prédominant.
Les vins, trois cuvées distinctes, Les Hauts de Croix de Labrie et le dernier-né qui porte le nom de leur fille Camille, sont particulièrement ciselés, un ADN constant sur l'ensemble de leurs vins avec un fruit rouge sous haute tension, remarquables.

Axelle a un parcours atypique dans la mesure où après avoir empoché son diplôme viti-oeno, elle va opter au départ par un job dans les BTP, dans les carrières de granulat. Très vite, elle s'ennuie ferme, mais la vie lui fait rencontrer son futur mari, aux USA, elle qui œuvrait au sein de la Colombia Winery quand lui s'occupait d'aéronautique à Seattle.
Le rêve va se concrétiser lors d'un dîner à Singapour et le vignoble de Saint-Emilion consulté depuis le départ par Jean-Philippe Fort du cabinet Rolland va s'imposer.
Pierre, né dans le Cantal, devenu entre temps négociant et sa femme, vont aller jusqu'au bout de leurs rêves.

Zéro pesticide, culture précise, ultra-raisonnée, au chai, les malolactiques se font dans des barriques de chêne neuf et français avec des chauffes mesurées moyennes à longue. Axelle goûte et regoûte, apporte clairement une touche précise et vive à ses vins, à la recherche de la perfection.

Fatigués des cuvées gâchées par le liège et les TCA, ils vont là aussi rechercher une alternative nouvelle et faire appel à un procédé révolutionnaire, ArdeaSeal® dont le bouclier du bouchon (seul à entrer dans le contact du vin) est constitué de polymères mais préservant les échanges gazeux (ceux-la mêmes qui engendraient une réduction sur l'ensemble des vins bouchés par les bouchons en silicone après une décennie) et en évitant ainsi les TCA dus au liège contaminé.
Encore une fois, la recherche de la perfection et plus encore de la précision est leur moteur principal.

Avec son regard farouche, Axelle ajoutera : "il n'y a que là que je me sente bien".

Les "Cinderalla wines" ont de beaux jours devant eux, ils ont trouvé leur fée.