Cépages méconnus, le Tressallier

Cépages méconnus, le Tressallier

Nous partons aujourd’hui à la découverte d’un cépage originaire d’une appellation bourguignonne à la personnalité unique : Saint-Pourçain. Trésallier, Trésalier, Trésaillier, Tressallier… il collectionne les variantes orthographiques locales et serait une référence à la trésaille, une charpente sur laquelle les sarments s’entrelacent. Autre théorie : il rendrait hommage à son potentiel autre berceau, l’Yonne, et aurait donc traversé l’Allier, d’où ce nom de trans allier.

La typicité de Saint-Pourçain

Si on estime actuellement sa superficie à 640 hectares, répartis sur 19 communes, le vignoble de Saint-Pourçain est tout de même l’un des plus anciens de France. En effet, son histoire remonte au Vème siècle et a connu une période prospère grâce à la présence de l’Allier. C’est à partir du Moyen-Âge que l’on décèle tout le potentiel du cours d’eau qui sert alors à acheminer les vins. Par l’Allier, puis la Loire, ils atteignaient Orléans et ensuite Paris. Très rapidement, ils gagnent en notoriété, jusqu’à être servis aux têtes couronnées de l’hexagone. On peut notamment citer les Capétiens et les rois Bourbons parmi ses admirateurs. Fort de ce succès, le vignoble se développe, et atteint 8 000 hectares au XVIIIème siècle. Et cette expansion a grandement aidé celle du Tressallier.

Car il est une spécialité de l’Allier depuis le début de la viticulture dans la région. C’est du moins ce que l’on imagine, les traces écrites de son implantation précise n’existant pas. On a même longtemps pensé qu’il s’agissait d’une variété autochtone, mais la génétique a révélé qu’il en est autrement. Il est désormais avéré qu’il est identique au Sacy, un cépage introduit en Bourgogne en 1782. Quant à savoir lequel des deux est véritablement arrivé en premier ici, le débat continue…

Élégance et vivacité

Ce croisement de Pinot Blanc et de Gouais Blanc apprécie tout particulièrement les sols argilo-calcaires. Il est utilisé majoritairement pour la production de vins blancs tranquilles associant élégance et caractère, mais peut également se retrouver chez certains effervescents. En bouche, finesse et vivacité sont généralement au rendez-vous. Selon le travail du vigneron, il n’est pas rare qu’il soit synonyme de fraîcheur et de légèreté. De prime abord, il rappelle la richesse organoleptique du Viognier à la dégustation.

Mission périlleuse, le Tressallier a réussi l’exploit de s’imposer aux côtés du Chardonnay et du Sauvignon Blanc, des cépages qu’on ne présente plus. Lorsqu’il est assemblé, il est responsable des arômes de pomme Granny et de chèvrefeuille qui se dégagent. En somme, il apporte une jolie note d’originalité.