Cépages méconnus : le César

Cépages méconnus : le César

Notre tour d’horizon des cépages (injustement) méconnus s’intéresse aujourd’hui à une variété très ancienne que l’on reconnaît à sa couleur noire bleutée, le César. Si son nom évoque une origine différente, on le trouve essentiellement dans le département de l’Yonne. Tantôt nommé Romain, Lombard, Hureau, Gros Monsieur ou Picarniau, il ne s’est jamais exporté en dehors de son berceau.

De Rome à la Bourgogne

La légende voudrait qu’il ait été apporté dans notre beau pays lorsque César conquit la Gaule.
Quoi qu’il en soit, sa présence dès l’époque romaine a été attestée grâce à des représentations sur pierres sculptées découvertes dans les fouilles du village d’Escolives-Sainte-Camille. Une histoire qui expliquerait qu’on l’appelle César ou Romain.

Il est le résultat d’un croisement naturel entre le Pinot Noir et l’Argant du Jura, lequel a également des racines allemandes. La région viticole de la Bourgogne se l’est entièrement appropriée, plus particulièrement en Irancy. En effet, cette dernière compte à elle seule 4 hectares de César, soit presque la moitié de la superficie totale du cépage dans l’hexagone. D’autres appellations l’autorisent dans leur encépagement : Coteaux Bourguignons, Bourgogne-Coulanges, Bourgogne-Côtes d’Auxerre, Bourgogne-Epineuil, Bourgogne-Chitry, ou encore Bourgogne Mousseux.

Une variété capricieuse

Sensible aux gelées de printemps, au vent, à l’oïdium et au mildiou, il est difficile à cultiver et demande énormément d’attention de la part du viticulteur, ce qui explique sa faible présence. Rares sont les vignerons qui proposent des vins issus exclusivement du César. Et lorsqu’ils s’y aventurent, il est commun de ne pas en présenter à chaque millésime, tant ce cépage se révèle capricieux. Cependant, l’ensemble de ces originalités contribuent à en faire un vin unique, qui transmet différentes émotions à chaque année de production.

Très rarement utilisé seul, donc, il est généralement assemblé au Pinot Noir, son ancêtre et variété emblématique de la Bourgogne. Il apporte de la structure, de la matière, de la couleur et un beau potentiel de vieillissement. Les vins qu’il délivre sont réputés riches en tanins. Leur palette aromatique est dominée par les fruits rouges, spécialement la cerise. A l’instar de nombreux cépages oubliés avant lui, il attire à nouveau l’attention des viticulteurs depuis quelques années. Il est désormais très apprécié de faire la part belle aux variétés autochtones et certains producteurs ont décidé de replanter du César pour profiter de ses épices et de sa bouche corsée.