A la découverte des vins de Géorgie

A la découverte des vins de Géorgie

La Géorgie est le berceau de la viticulture dans le monde. Entre tradition et modernité, cette terre de contrastes, riche de son histoire mouvementée, est tout particulièrement attachante. Partons à la découverte de ses vins...

Une histoire mouvementée

Ce pays de la région du Caucase en Eurasie, situé au carrefour de l’Asie occidentale et de l’Europe orientale, a été pendant des milliers d’années un lieu de passage convoité. Sa situation sur la Route de la Soie lui apporta de la richesse, mais de bien trop nombreuses guerres ont laissé des traces encore indélébiles.

Le développement du vignoble a bien évidemment été marqué par ces événements successifs, mais les géorgiens ont toujours continué à faire du vin.
Depuis plus de 8000 ans, la tradition vinicole a réussi à perdurer. La Géorgie est considérée comme le berceau de la viticulture et le pays ayant la plus longue tradition ininterrompue de vinification au monde !

Le Château Mukhrani
Le Château Mukhrani

Un vignoble qui témoigne de son histoire

On peut dire que la viticulture en Géorgie avance à deux vitesses : entre les petits propriétaires et les grandes exploitations.

Depuis toujours, les familles font du vin à partir de petits lopins de terre. Les entreprises importantes ont appartenu aux familles royales, comme le Château Mukhrani, le seul et unique château vinicole du pays, qui fut la propriété du Prince Mukhranbatoni au 19ème siècle, avant qu’il ne soit exproprié suite à la mise en place du régime soviétique en 1921.

Pendant cette époque, de vastes surfaces ont été plantées avec des cépages productifs afin d’approvisionner l’URSS. Ces structures étatiques produisaient des vins de faibles qualités, victimes de leurs rendements élevés et de leurs vinifications de masse.

Aujourd’hui, ces gros domaines ont été rachetés par des industriels, la Winery Khareba (1000 ha de vignes) ou la Georgian Wines and Spirits Company (400 ha). La restructuration du vignoble (plantation de cépages internationaux) et la maîtrise des techniques de vinification européenne leur permettent de commercialiser des vins de bons rapports qualité prix à destination de l’export et de leur premier client, la Russie.

A côté de cela, des petits producteurs, Baia’s Vineyard (3 ha) ou Iago’s Wine (2 ha), perpétuent la vinification traditionnelle en amphores, les qvevris, en valorisant l’extraordinaire diversité de cépages autochtones (plus de 500).

Chubini Wine Cellar, un domaine avec vue sur le Grand Caucase
Chubini Wine Cellar, un domaine avec vue sur le Grand Caucase

Le pays où l’on tire le vin de la terre

La méthode traditionnelle suit le même processus que celui développé il y a près de 8000 ans. Elle a même été reconnue par l’UNESCO comme essentielle au patrimoine culturel de l’humanité en 2013.

Il s’agit d’une vinification et d’un élevage dans des jarres en terre cuite en forme d’œuf, enduites de cire d’abeille, enfouies dans le sol.
Les qvevris accueillent pendant plusieurs mois (de 3 à 12 mois) la vendange plus ou moins éraflée et pressée, avec très peu d’intervention de l’Homme, afin de pousser la macération à l’extrême pour extraire toute la complexité et l’authenticité des cépages endémiques.

C’est ce procédé qui est à l’origine des superbes vins ambrés géorgiens. Des vins secs, issus de raisins blancs macérés (vinifiés comme des vins rouges), qui expriment une richesse incroyable autant au niveau aromatique que de par leur structure en bouche.

Les vins de Géorgie en quelques chiffres

Le vignoble compte 100 000 ha (un peu moins que le vignoble de Bordeaux), répartis sur 4 régions principales, la Kakheti (70% de la production), l’Imereti, Kartli et Racha.

La Kakheti à l’est, où les vignes sont dominées par la majestueuse chaine de montagnes du Grand Caucase, n’est pas que la principale région viticole de Géorgie. Elle est célèbre parce que c’est le berceau de la vigne et qu’elle abrite la plus grande diversité de cépages indigènes.
On y retrouve notamment le Saperavi (le rouge le plus planté ,10% des surfaces), et en blanc, le Rkatsiteli (le cépage le plus répandu, 43% des surfaces), le Mtsvane et le Krakhuna.

L’Imereti à l’ouest, au climat continental atténué par les influences de la Mer Noire, et sa variété la plus populaire, le Tsolikauri, parfois assemblée avec du Tsitska (en blanc).

Kartli, proche de la capitale Tbilissi, se différencie avec son Tavkveri en rouge et son Chinuri en blanc.

La petite région de Racha, au nord de l’Imereti, qui accueille l’appellation préférée des Géorgiens. L’AOP Khvanchkara et ses deux cépages que l’on ne retrouve qu’ici (l’Aleksandrouli et le Mujuretuli), reconnue pour ses rouges de vendanges tardives mi-sucrés.

Vous l’aurez compris, on trouve en Géorgie une incroyable richesse de cépages (540 au total), couplée à une multitude de terroirs et à diverses méthodes de vinification (traditionnelle ou européenne), pour un large éventail de vins secs, mi-sucrés, sucrés ou mutés, blancs, rosés (très peu), rouges ou ambrés, qui n’ont pas fini de vous étonner !

La Géorgie est une terre de contrastes qui mérite vraiment d’être connue et reconnue !

Crédit photos : Audrey Martinez (La WINEista)